Divertissement
Netflix

«Fubar»: Schwarzenegger sur Netflix, voici notre avis

Vidéo: youtube

Alors, Schwarzie dans une série Netflix, ça vaut quoi?

Dans Fubar, rien n'est grave. Pas même le fait que la première série avec Arnold Schwarzenegger est un doux navet comme on les aime.
26.05.2023, 17:0227.05.2023, 12:40
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

L'un fait mine de vendre du matos de fitness, l'autre prétend bosser dans l'humanitaire. Père et fille sont en réalité, et à leur plus grande surprise, deux espions de la CIA qui seront très vite amenés à collaborer sur la même mission. Cette situation est aussi Fucked up by assholes in the rear que le scénario. Mais ça tombe plutôt bien, puisque c'est précisément le nom de la série: Fubar.

«"Fubar" va vous botter le cul tout en vous faisant rire, comme "True lies"!»
Schwarzie, au moment d'assumer cet adorable navet, disponible sur Netflix depuis jeudi

Faut-il bouder le premier atterrissage d'Arnold Schwarzenegger sur Netflix, sous prétexte que tout est magistralement bancal? Bien sûr que non. Et vous le savez déjà, puisque vous venez de lire les mots Arnold Schwarzenegger. Schwarzie, cet acteur né dans le même pays qu'Hitler et qui a passé sa vie à péter des gueules dans des nanars hollywoodiens, avant d'asseoir son arrière-train tout musclé dans le fauteuil de gouverneur de Californie. Rien ne va et pourtant: personne n'a réussi mieux que lui à investir tout son capital sympathie dans une activité qui consiste à flinguer minutieusement tout le monde.

«Il fait de son mieux et je l'aime, parce que ça vient de lui», soupire Emma, dans le premier épisode, en déballant un minable Kitchen Aid offert par un paternel à côté de la plaque. En une phrase, la fille à son papa vient aussi de résumer la carrière d'Arnold.

Image
netflix

Mais revenons plutôt à Fubar, voulez-vous. Luke Brunner, 65 ans (dix de moins que Schwarzie), est à deux explosions de la retraite et rêve de reconquérir son ex-femme, fatiguée des mensonges de ce soi-disant magnat de l'haltère bon marché. Une dernière mission en Afrique le sépare du yacht de luxe «Oden 410», utilisé lors d'«une opération au Panama» et que la CIA lui offrira pour ses vieux jours. C'est dans la jungle de Guyana, «à 400m du camp de base», que père et fille découvriront le mensonge familial. Lui en costard, venant d'atterrir. Elle en sang, venant de défoncer la mâchoire d'un pote de combat de rue. Plongé dans une ambiance rappelant Mr. et Mrs. Smith, mais version fête foraine, ce duo que tout sépare sauf l'ADN va devoir sauver le monde, la face et la famille.

Plus c'est gros, plus ça passe. Et ça passe. Malgré la quantité de doux poncifs livrés en semi-remorque.

La bande-annonce de Fubar:

Vidéo: youtube

L'agent Brunner, rouillé des rotules, force sur l'accent autrichien et le pied de chaise cubain, mais balance des grenades aux méchants comme des Schatzi à sa fille. Emma, jeune femme peu commode, mais ancrée dans son époque, maîtrise les crochets du droit comme les universités romandes le point médian. D'accord, cette guerre de génération évolue à plusieurs années-lumière de l'élégance d'un James Bond. L'action est un peu lyophilisée, l'humour est plus gras qu'un taco, les dialogues ne cassent pas trois doigts aux meilleurs scénaristes de la planète et l'intrigue s'avère aussi prévisible qu'un séisme en Californie.

Mais ce n'est pas tant ce qu'on demande à ce type de comédies calorifiques, que seuls les Américains sont capables de nous imposer sans rosir des joues.

«Oui, je ferai l'amour avec ma femme sur le pont du bateau. Et vous viendrez polir ma barre sur la marina»
Luke Brunner, aux agents Ruth et Aldon, quand il évoque finement le navire de luxe que la CIA lui offrira pour son départ à la retraite.

Bien sûr, sans Schwarzie, le projet n'aurait jamais osé frôler le bureau des huiles de Netflix. Mais le binôme est attachant (fantastique Monica Barbaro, d'ailleurs) et la star au cigare n'essaie pas de planquer sa souplesse de papy. La série peut aussi compter sur une grappe de seconds rôles à qui les auteurs ont offert toutes les meilleures répliques. On pense notamment aux vannes expulsées par Ruth et Aldon, la féministe caricaturale et le mâle convaincu d'être irrésistible. Deux agents de la CIA qui ne servent à rien, sinon à nous faire aller au bout des huit épisodes de Fubar sans ronger la télécommande.

Image
netflix

Un constat s'impose: c'est d'abord Netflix qui avait cruellement besoin d'Arnold Schwarzenegger. L'ex-gouverneur bodybuildé, lui, est sans doute ravi de retrouver son jeu d'acteur aussi fin que son biceps et de remplir le tiroir-caisse. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, dans quelques jours, sortira un documentaire, sur la même plateforme et baptisé Arnold, tout à la gloire du Terminator autrichien.

Fubar, disponible sur Netflix depuis le 25 mai 2023.

Netflix? Vous avez dit Netflix?

Les coulisses du tournage de la série Mercredi
1 / 13
Les coulisses du tournage de la série Mercredi
partager sur Facebookpartager sur X
Fast and Furious c’est pas encore fini
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'aime vos océans!» Cette gagnante de l'Eurovision nous parle de la Suisse
Loreen se produira à Zurich l'an prochain. Celle qui a gagné deux fois l'Eurovision nous donne des conseils sur la manière dont la Suisse devrait organiser l'édition 2025 et nous parlent de la beauté de «nos océans». Interview.

«Souhaitez-moi bonne chance pour aller aux toilettes avec ceux-là!», nous lance Loreen après notre conversation zoom. Elle fend une dernière fois l'air avec ses ongles trop longs dans un mouvement qui rappelle celui d'un insecte, d'une sauterelle ou d'une mante religieuse. Les ongles, nous l'avons appris lors de notre échange, font partie d'un héritage maternel très présent. On y reviendra!

L’article