Divertissement
Netflix

«Money Shot»: notre avis sur le docu Netflix choc sur PornHub

«Money Shot»: notre avis sur le docu Netflix choc sur PornHub
L'univers du porno, largement dominé par PornHub, se raconte dans un docu choc intitulé «Money Shot» et signé Netflix.Image: netflix

«Money Shot», le docu choc sur PornHub signé Netflix

L'univers du porno, largement dominé par PornHub, se raconte dans un docu choc signé Netflix. De sombres histoires de viols, mais aussi les témoignages d'acteurs dont le travail est plus safe ici que dans certains studios aux pratiques douteuses. Un documentaire qui vous retourne le cerveau plusieurs fois.
15.03.2023, 18:4716.03.2023, 08:31
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

«Vous vous souvenez de votre premier porno?» Rires. Dès les premières secondes, Netflix dédramatise. Oui, on va parler d'un sujet tabou, but make it fun! Les intervenants, acteurs, anciens employés de la plateforme, journalistes, etc, nous racontent leurs premiers émois érotiques. Des anecdotes drôles, empreintes de nostalgie, donnant un ton léger sur l'industrie et l'avènement de l'entreprise canadienne PornHub. Le tout sur une musique entraînante, pour mieux endormir la vigilance du spectateur.

Car après le mignon, Netflix, comme la plateforme de streaming sait si bien le faire dans ses documentaires, embraie. Très vite, il est question de viols, de trafic, d'exploitation sexuelle. Voilà, le vrai ton est donné. Mais Money Shot, (en français PornHub - gros plan sur le géant du sexe) va vous retourner le cerveau plus d'une fois.

Money Shot - The Pornhub Story
La bande-annonce:

Vidéo: watson

Après une plongée historique dans la pornographie, où on nous rappelle qu'avant les vidéos, le commun des mortels s'excitait avec des photos sur papier glacé, puis plus tard sur des DVD à 90 dollars pour quatre scènes de sexe, le docu nous rappelle que cet univers s'est construit en même temps qu'internet. Et même qu'internet a su évoluer et s'adapter grâce à la pornographie. Avec toutes les dérives qu'on peut imaginer.

«Le porno, c'était des magazines dans les années 1960, qu'on laissait dans les bois pour faire plaisir à un groupe d'ados!»
Un rappel historique dans Money Shot.

Du fric, de la sécurité et des modérateurs sous l'eau

Il est notamment question de la sécurité des travailleurs du sexe. On fait la connaissance de Gwen Adora, une créatrice de contenu qui tourne ses vidéos chez elle, les monte, fait elle-même sa promotion. Elle est libre, pas à la botte d'un studio glauque aux conditions douteuses. PornHub, pour elle, c'est un bon gagne-pain, sécurisé.

La créatrice de contenu Gwen Adora est l'une des protagonistes de Money Shot.
La créatrice de contenu Gwen Adora est l'une des protagonistes de Money Shot.Image: netflix

Un autre acteur raconte qu'il peut gagner plus de 10 000 dollars par mois, bien plus qu'avant de pouvoir monétiser ses vidéos sur la plateforme. Sauf que tous n'ont pas la chance d'avoir pu faire ce choix. Comme le rappelle Money Shot, de nombreuses victimes de viols - qui plus est filmés - voient leur peine alourdie, car les vidéos de leurs agressions sexuelles sont disponibles sur PornHub. Parfois, les victimes sont mineures. Un pendant de la plateforme moins reluisant, qu'elle tente tant bien que mal de justifier.

Pour gérer ce contenu, on découvre que les modérateurs ne sont qu'une trentaine à travailler pour la plateforme (quand Facebook en comptait 15'000 qui peinaient à honorer leur mission). Ils étaient principalement basés à Chypre, quelques-uns au Canada. L'un d'eux témoigne anonymement, après avoir travaillé pendant trois ans (on ne sait pas quand exactement) pour PornHub. Il raconte qu'il était tenu de vérifier 700 vidéos par jour. Mais dans les faits, ce sont jusqu'à 1000 vidéos que l'ex-modérateur devait évaluer. En accéléré et sans le son. Et comment déterminer si une personne était majeure ou non? À l’œil.

On vous propose aussi ce docu:

Le «Monsanto du porn»

Des victimes défendues notamment par l'avocat new-yorkais Michael Bowe. Dans ses dossiers, les accusations contre la plateforme sont nombreuses. Et lourdes: trafic d'humains, pédopornographie, piratage de droit d'auteur, hacking, harcèlement, révélations d'informations privées, chantage et extorsion, fraude postale, détournement de fonds, fraude bancaire et fiscale, blanchiment d'argent... Pour l'avocat, PornHub, c'est le «Monsanto du porn». Il compare encore l'entreprise «aux trafics gérés façon Soprano».

«Il a des capos, ce n'est pas lui qui fait le sale boulot»
Michael Bowe, avocat de victimes.

Des rebondissements à la sauce Netflix

Si on peut regretter que la plateforme de streaming ne dévie pas de sa formule magique habituelle, de sa manière si spécifique et un brin (trop) sensationnaliste de raconter des scandales, on peut au moins lui reconnaître que les rebondissements arrivent pile quand on commence à s'ennuyer. Après quelques longueurs d'associations de défense des victimes, nouveau twist: on découvre que leurs projets ne sont pas réellement mus par la volonté de protéger les femmes et les enfants. Derrière, il y a des velléités... religieuses, et l'envie de faire taire l'industrie du sexe dans sa globalité. L'Amérique du Nord et ses immuables clichés.

Un autre docu?

Finalement assez bien fichu, ce docu choc nous plonge dans un univers parfois très sombre lorsqu'il touche aux victimes, et parfois très avenant et très rose, avec des créateurs de contenus qui trinquent et festoient ensemble, notamment lorsque Gwen Adora remporte le prix de BBW (pour Big Beautiful Women) de l'année. Un documentaire qui ne culpabilise ni les travailleurs du sexe, ni les consommateurs, mais qui risque de faire mal à PornHub, dont l'image a déjà été bien écornée par de précédents scandales.

«Money Shot - The Pornhub Story» (en français «PornHub - gros plan sur le géant du sexe»), disponible dès aujourd’hui sur Netflix.

Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un cunni baveux et un mort: «House of the Dragon» est déjà une déception
Après avoir été bercé par la presse américaine et ses grandes promesses de «bain de sang» et de «guerres fratricides», on découvre un premier épisode plat, fadasse et d'une lenteur exaspérante. House of the Dragon fait une entrée en matière décevante. Notre avis.

Mouchoirs à portée de main, cul calé dans le canapé, tartines de confiture en lévitation sur l'accoudoir, ce lundi soir, nous sommes prêts. Après deux longues années privé d'effusions de sang, d'inceste, de dragons, de personnages pourris jusqu'à la moelle, d'intrigues de palais immorales et de perruques peroxydées, House of the Dragon est enfin de retour pour de nouvelles aventures. Et assouvir, on l'espère, nos instincts les plus vils, les plus crades et les plus primaires.

L’article