ciel couvert
DE | FR
Economie
Analyse

Voici pourquoi les loyers vont encore augmenter en Suisse

Ein Maurer baut eine neue Wand in ein altes Haus, das zu einem Generationenhaus umgebaut wird, in dem sich die Bewohnerinnen und Bewohner zweier Generationen eine Kueche teilen, fotografiert am 2. Nov ...
Selon la banque Raiffeisen, on «fonce à toute vitesse vers la crise du logement».Image: KEYSTONE
Analyse

Pourquoi les loyers vont encore augmenter en Suisse

La Suisse est confrontée à une pénurie de logements, un bien essentiel. Cette situation fait grimper les loyers et les prix de l'immobilier.
06.02.2023, 06:0706.02.2023, 07:55
Niklaus Vontobel / ch media
Plus de «Economie»

En 2020, il y avait encore une surabondance de biens immobiliers et le nombre de logements vides grimpait en flèche. Puis, le vent a tourné. Désormais, il n'y a pas assez de logements locatifs et trop peu de maisons individuelles. Certains experts veulent faire bouger les choses. Explications.

La pénurie s'intensifie

La Banque Raiffeisen prévient que l'on «fonce à toute vitesse vers la crise du logement». Il faut agir, mais il n'est plus possible d'éviter, «les conséquences désagréables d'une crise aiguë du logement». Martin Tschirren, directeur de l'Office fédéral du logement, déclare que la Suisse doit se préparer à une «pénurie».

Pour ce faire, l'office fédéral s'appuie sur les chiffres de l'entreprise de conseil Wüest Partner, selon lesquels il manquera des milliers de logements dans les années à venir. En 2022, près de 6000 logements étaient manquants et cette année ce chiffre grimpera probablement à 19 700.

Les prix prennent l'ascenseur

Cette pénurie explique pourquoi les prix des logements en propriété continuent d'augmenter, et ce, malgré le redressement des taux d'intérêt. En raison de la hausse des taux d'intérêt, de moins en moins de personnes peuvent assumer les coûts d'une hypothèque. La demande diminue donc. Mais cet effet est surpassé par la baisse du nombre de logements à vendre.

Acheter son logement reste encore inabordable pour la classe moyenne, comme l'ont déjà constaté de nombreuses études. Même l'Office fédéral du logement le confirme:

«Il est frappant de constater que l'accès à la propriété est de plus en plus réservé aux riches et aux personnes âgées. Les familles en particulier en sont de plus en plus exclues»

En raison de la pénurie, il est à nouveau plus cher de louer les nouveaux logements proposés. Ces loyers qui ont quelque peu baissé pendant le boom de la construction ont repris l'ascenseur.

Il y a un deuxième renversement de tendance pour les baux existants. En effet, le niveau plus élevé des taux d'intérêt entraînera une augmentation du taux d'intérêt de référence qui est inclus dans le calcul de ces loyers. Cela pourrait être le cas au second semestre 2023. Certains bailleurs pourraient ainsi sauter sur l'occasion et augmenter les loyers.

Le nouveau quartier de Belle-Terre est photographie ce samedi 18 septembre 2021 a Thonex pres de Geneve. Le nouveau complexe immobilier de Belle-Terre se devoile, inaugure officiellement ce week-end a ...
Le nouveau quartier de Belle-Terre à Thonex (GE) 2021 Image: KEYSTONE

Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences sociales, selon Martin Tschirren de l'Office fédéral du logement. De nombreux locataires voient déjà leur charge augmenter en raison des frais annexes. Le mazout et l'électricité sont devenus plus chers. Aujourd'hui, il y a environ un demi-million de ménages pour lesquels les frais de logement engloutissent plus d'un tiers du revenu.

Pourquoi la pénurie augmente

Abondance nationale en 2020 et pénurie en 2022. Pourquoi cette inversion est-elle arrivée si vite?

L'offre est en baisse. Le boom de la construction de logements est terminé. Jusqu'en 2020, on comptait encore environ 50 000 logements supplémentaires par an. Mais comme le montrent les permis de construire délivrés, il n'y en aura bientôt plus que 40 000, soit 20% de moins.

La demande reste toutefois élevée. Elle est principalement alimentée par deux tendances. Il y a d'abord l'immigration, qui fait l'objet de beaucoup d'attention. Cependant, la tendance à la réduction de la taille des ménages est tout aussi importante, et parfois même plus. De moins en moins de personnes vivent ensemble dans un logement, il en faut donc davantage, année après année.

Un calcul approximatif de la demande est vite fait. Il faut plus de logements pour les nouveaux ménages. Par ailleurs, 57 000 nouveaux immigrés se répartissent environ 26 000 logements. Cela fait 48 000 logements supplémentaires nécessaires chaque année.

Une terrasse en commun et des balcons photographies devant un chantier, dans l'immeuble Soubeyran de la cooperative Equilibre, apres une conference de presse pour presenter le bilan du plan d&#03 ...
Immeuble Soubeyran de la cooperative Equilibre à Geneve.Image: KEYSTONE

Toutefois, en 2022, l'immigration a été très importante, il faudrait encore quelques milliers de nouveaux logements supplémentaires. Et puis, le marché a encore besoin d'un stock de base de logements vides pour pouvoir fonctionner. Ainsi, en 2022, il y aurait un déficit de près de 20 000 logements.

Les logements vides partent donc rapidement. Cela se voit aussi dans les statistiques sur les logements vacants. Il y a une baisse record.

Quelles sont les causes?

Comment expliquer que dans une économie de marché, on ne produise pas assez d'un bien essentiel, comme le logement, durant plusieurs années? Ceci alors que de nombreuses familles rêvent d'avoir leur propre maison.

Les économistes de la Banque Raiffeisen réclament un débat public urgent. Leur brève énumération de «tout ce qui ne va pas» tient moins de l'analyse objective que de la critique et ils attribuent une bonne part de responsabilité aux politiques.

Le règlement de construction est «rigide» et la population «extrêmement encline à s'opposer». C'est pourquoi la construction de logements n'est «tout simplement plus rentable» en de nombreux endroits.

La Suisse se retrouve face aux «limites de la croissance». Si l'on veut de la croissance, il faut «créer les conditions d'un développement de l'urbanisation qui fonctionne».

La Suisse est-elle un cas particulier?

La croissance rapide de l'économie suisse et les bons salaires ont entraîné une augmentation du nombre d'immigrants, ce qui a entraîné une pénurie et une hausse des prix des logements.

Pourtant, la Suisse n'est pas seule à connaître ces problèmes. Les évaluations de l'association de pays OCDE montrent une autre image. Il existe d'autres pays, où les frais de location pèsent encore plus lourd sur le budget des ménages. C'est notamment le cas du Canada, de l'Espagne, du Danemark et des Pays-Bas.

Dans tous les pays riches, les jeunes familles ne sont plus propriétaires de leur logement. Elles doivent aujourd'hui y consacrer une part nettement plus importante de leurs revenus que ne le faisaient leurs parents il y a 30 ans.

Il y a deux ans déjà, le magazine archi-libéral The Economist diagnostiquait un «dysfonctionnement insidieux» dans la construction de logements au sein du monde occidental.

Les villes ne peuvent pas grandir; les propriétaires vieillissants habitent des maisons à moitié vides et protègent leur vue par des objections. Une génération de jeunes grandit qui n'a ni les moyens de louer ni d'acheter - et qui croit donc que le capitalisme les laisse tomber.

On aime les mariages royaux par ici?
1 / 8
On aime les mariages royaux par ici?
La princesse et le prince de Galles saluent depuis leur carrosse le jour de leur mariage, sur cette photo du 29 juillet 1981 à Londres.
source: ap pa / pa
partager sur Facebookpartager sur X
Le Palais fédéral s'illumine pendant un mois. Et les économies d'énergie alors?
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Voici le meilleur canton pour gagner au loto
53,2 millions de francs sont en jeu aujourd'hui. Du jamais vu pour la loterie suisse. L'heureux gagnant devra néanmoins partager avec son canton et certains sont gourmands.

Avec une probabilité de 1 sur 31 474 716 de trouver les six bons numéros et le bon numéro complémentaire ce soir, le gagnant ou la gagnante pourra s'estimer plus que chanceux. A titre d'exemple, vous avez plus de «chance» de naître avec six doigts, d'être frappé par la foudre ou de vous blesser gravement en enfilant son pantalon au point d'être hospitalisé.

L’article