Economie
Chine

Apple: Tim Cook était en mission spéciale en Chine

Apple CEO Tim Cook reacts before a parallel session of the China Development Forum at the Diaoyutai State Guesthouse in Beijing, China, on Sunday, March 24, 2024. (AP Photo/Tatan Syuflana)
Tim Cook, le patron d'Apple, lors de la rencontre avec des dirigeants chinois dimanche à Pékin.Image: keystone

Le patron d'Apple était en mission spéciale en Chine

La Chine interdit l'utilisation de Microsoft et des fabricants de puces AMD et Intel dans les ordinateurs du gouvernement et des entreprises d'Etat. Parallèlement, le régime attire plus de 100 capitaines d'industrie occidentaux à Pékin. Des signaux contradictoires qui entravent de futurs investissements.
26.03.2024, 16:17
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Suivez-moi
Plus de «Economie»

L'économie chinoise patine. Les investissements étrangers ont chuté de près de 20% au cours des deux premiers mois de l'année et n'ont jamais été aussi bas depuis des décennies. C'est pour cela que les dirigeants de Pékin cherchent ces jours-ci à s'attirer les faveurs des capitaines d'industrie occidentaux lors du China Development Forum annuel.

Tim Cook, le PDG d'Apple, était présent à Pékin, après avoir rapidement ouvert un nouveau magasin Apple de grande envergure à Shanghai. Apple est confrontée à des défis en Chine pour son importante activité iPhone, avec de plus en plus de consommateurs chinois se tournant vers des marques nationales telles que Huawei, entraînant une récente baisse des ventes d'iPhone.

Tim Cook, le dirigeant le plus en vue de l'événement, a déclaré à la chaîne d'Etat chinoise CGTN qu'il avait eu une «excellente» rencontre avec le premier ministre chinois Li Qiang. Et de déclarer:

«Je pense que la Chine s'ouvre vraiment»
Apple CEO Tim Cook, right, speaks and Dean, School of Economics and Management, Tsinghua University, Bai Chong En, listen during Parallel Session the China Development Forum at the Diaoyutai State Gue ...
Tim Cook (à droite), le patron d'Apple, est l'invité vedette du China Development Forum 2024 à Pékin.Image: keystone

Attirer les investissements occidentaux

Tim Cook a réaffirmé qu'Apple continuerait à augmenter ses investissements dans la recherche et le développement en Chine et que les nouvelles lunettes VR Vision Pro seraient vendues en Chine dès cette année.

Outre le patron d'Apple, plus de 100 PDG occidentaux de multinationales pétrolières, de grandes banques, ainsi que des hauts dirigeants de l'industrie automobile et pharmaceutique, se laissent séduire par les dirigeants chinois lors du forum économique.

En effet, depuis que les Etats-Unis ont imposé de nouvelles taxes à l'importation sur les marchandises en provenance de Chine, renforcé progressivement leur embargo sur les puces électroniques et l'intelligence artificielle, et récemment qualifié la Chine de «non-investissable», Pékin cherche de plus en plus à attirer les investissements occidentaux.

La Chine expulse Intel, AMD et Microsoft

Pendant que le sommet économique était en cours, le journal économique britannique Financial Times a publié une information choquante dimanche: selon cette enquête, le gouvernement de Pékin envisage de bannir les puces informatiques des principaux fabricants américains de semi-conducteurs Advanced Micro Devices (AMD) et Intel, ainsi que le système d'exploitation Windows de Microsoft, des ordinateurs du gouvernement et des entreprises d'Etat.

Cette interdiction s'appliquerait aux services gouvernementaux au-dessus du niveau communal, tant pour les ordinateurs de bureau standard que pour les serveurs. De plus, les logiciels étrangers devraient être remplacés par des solutions nationales.

La raison invoquée est que les services gouvernementaux chinois doivent désormais utiliser exclusivement des processeurs et des systèmes d'exploitation sûrs et fiables. Selon l'agence de presse Reuters, des listes de processeurs, de systèmes d'exploitation et d'autres logiciels considérés comme «sûrs et fiables» ont été publiées dès la fin décembre, et ils seraient tous fournis par des entreprises chinoises.

Il semble que Pékin cherche à renforcer les fabricants de matériel et de logiciels nationaux en ripostant aux entreprises américaines. Déjà à l'automne dernier, des rapports indiquaient que Pékin envisageait de bannir les iPhones des ministères et des entreprises d'État. Cette nouvelle avait temporairement fait chuter la valeur boursière d'Apple de 200 milliards de dollars.

Une perte de confiance

En se refermant de plus en plus, une démarche que Pékin justifie au nom de la sécurité nationale, le régime envoie des signaux contradictoires et entrave ses propres efforts pour attirer de nouveaux investissements directs. En d'autres termes, tandis que les dirigeants minimisent les défis du pays devant l'élite économique internationale rassemblée, ils engendrent davantage d'incertitude chez les investisseurs potentiels. Cela se traduit par une perte accrue de confiance dans le pays.

Comme le montre l'exemple d'Apple, pour l'instant, toutes ces mesures n'ont pas encore empêché les entreprises occidentales de continuer à investir en Chine. Cependant, beaucoup d'entre elles se tournent également vers d'autres pays émergents, comme l'Inde.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

L'attentat contre le Crocus City Hall à Moscou
1 / 13
L'attentat contre le Crocus City Hall à Moscou
L'attaque contre le Crocus City Hall, à Moscou, a fait 137 morts.
source: sda / dmitry serebryakov
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
182 postes menacés: voici ce que réclament les ouvriers Vetropack
Le personnel de Vetropack, accompagné des syndicats Unia et Syna, a manifesté vendredi à Saint-Prex, dans le canton de Vaud, pour réclamer l'ouverture de négociations sur le plan social.

Le personnel de Vetropack s'est mobilisé vendredi après-midi devant l'usine de St-Prex (VD). Une cinquantaine de personnes, accompagnées des syndicats Unia et Syna, ont réclamé l'ouverture de «vraies négociations» sur le plan social.

L’article