Economie
smartphone

Huawei et Apple se livrent une concurrence féroce en Chine

Customers Try Huawei s Mate60 Pro Mobile Phone in Shanghai SHANGHAI, CHINA - SEPTEMBER 4, 2023 - Customers try Huawei s Mate60 Pro mobile phone at the company s flagship store in Shanghai, China, Sept ...
Huawei a lancé son nouveau smartphone Mate 60 quelques jours avant le nouvel iPhone 15. Image: www.imago-images.de

En Chine «c'est un honneur de ne pas acheter Apple»

L'achat d'un smartphone pourrait bien devenir un acte politique. De nombreux Chinois passent de l'iPhone à son concurrent national pour exprimer leur patriotisme.
24.09.2023, 07:5924.09.2023, 09:20
Fabian Kretschmer, Pékin / ch media
Plus de «Economie»

Ces derniers jours, une vidéo est relayée en masse par les influenceurs chinois. On y voit un magasin Huawei dans un centre commercial, devant lequel les clients font la queue jusqu'au coin de la rue. En face, le magasin Apple est désert. Les vendeurs s'ennuient devant leurs étals. Le message est clair: la marque nationale a largement dépassé son concurrent américain.

Le marché chinois est actuellement le théâtre d'une lutte acharnée entre deux géants. Huawei a lancé son smartphone Mate 60 quelques jours seulement avant le lancement du nouvel iPhone 15, manifestement dans le but de prendre des parts de marché aux Américains.

Le Mate 60 a choqué l'opinion publique mondiale, et pour cause: bien que Huawei soit coupé de la technologie américaine en raison de sanctions, l'entreprise a réussi à développer un smartphone compatible avec la 5G.

Selon les premières analyses, la puce a été développée par HiSilicon, une filiale de Huawei. Avec ses sept nanomètres, elle est certes en retard sur la concurrence de la Silicon Valley, mais la plupart des clients ne s'intéressent pas exclusivement aux capacités techniques. Bien au contraire. En Chine, l'achat d'un smartphone est depuis longtemps devenu un acte politique.

Huiawei Mate 60.
Le Huawei Mate 60.Image: Shutterstock

Huawei, symbole de patriotisme et de pouvoir

«Huawei a mis fin au blocus des Etats-Unis et a réalisé un exploit auquel je veux rendre hommage», explique quelqu'un sur la plateforme en ligne chinoise Weibo pour justifier son choix de smartphone. Un autre renchérit:

«C'est un honneur de ne pas avoir acheté un seul produit Apple. Toute ma famille utilise exclusivement Huawei»

La marque qui a vu le jour à Shenzhen est depuis longtemps devenue un symbole social de pouvoir. «Si tu sors et que tu regardes autour de toi, tous les chefs, les fonctionnaires ou les employés des entreprises d'Etat utilisent soit Huawei, soit d'autres marques locales. Donc si tu achètes un Huawei, les gens penseront que tu as de bonnes relations», explique un internaute.

Les experts s'attendent à ce que le nouveau Mate 60 se vende à six millions d'exemplaires d'ici la fin de l'année. Sur un marché global d'environ 280 millions de smartphones vendus chaque année, la question de savoir combien de parts Huawei peut effectivement reprendre à Apple reste ouverte. Actuellement, les Américains sont toujours en tête, avec 67%, tandis que Huawei arrive en deuxième position avec 15,6%.

Le marché chinois n'est pas tendre avec les marques occidentales

Les chiffres prouvent qu'Apple continue à progresser en Chine. Mais la situation peut rapidement changer. Comme l'a rapporté le Wall Street Journal, des fonctionnaires du gouvernement central ont demandé à leurs collaborateurs de ne plus se présenter au travail avec des produits Apple. Et depuis quelques années déjà, de nombreuses entreprises publiques n'achètent plus que des produits technologiques nationaux.

En conséquence, l'affaire «Apple contre Huawei» va au-delà du cas particulier. Elle illustre plutôt systématiquement la rapidité avec laquelle l'ambiance sur le marché chinois évolue. Les produits chinois sont teintés d'une fierté patriotique, tandis que les marques occidentales sont littéralement stigmatisées.

L'exemple le plus marquant a été donné il y a deux ans par l'entreprise de mode suédoise H&M. Après que celle-ci ait cessé d'acheter du coton en provenance de la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, par crainte d'un éventuel travail forcé, la Ligue des jeunes communistes a appelé au boycott.

Les foudres nationalistes n'ont pas tardé à se déchaîner au-delà de la toile: des manifestations enflammées ont eu lieu devant plusieurs filiales H&M, qui ont semblé désertées du jour au lendemain. Et les grandes plateformes de commerce électronique ont rapidement banni l'entreprise de leurs applications.

Le patriotisme comme argument publicitaire

Dans les mois qui ont suivi, des entreprises textiles locales comme Anta Sports, qui étaient auparavant perçues comme des variantes bon marché d'Adidas et autres, ont gagné massivement en popularité - notamment parce qu'elles faisaient une publicité offensive de leur patriotisme.

Elles promettaient ainsi fièrement sur des affiches publicitaires qu'elles s'approvisionnaient exclusivement en coton du Xinjiang et faisaient imprimer d'immenses drapeaux chinois sur leurs T-shirts.

Il y a quelques années encore, même les dirigeants du parti à Pékin conduisaient des Audi noires dans le centre-ville. Mais depuis longtemps, les limousines du gouvernement sont toutes de la marque «Hongchi», en français: «drapeau rouge». (aargauerzeitung.ch)

Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
1 / 9
Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur X
Ils sauvent un requin échoué sur une plage
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Migros licencie des femmes enceintes et se justifie
Le géant orange doit réduire ses coûts et s'est lancé dans de grandes coupes. Les femmes enceintes et celles en congé maternité sont touchées.

Migros procède à une restructuration radicale. Afin de créer «des processus simplifiés, des structures allégées et des rôles clairs», le nouveau chef de supermarché Peter Diethelm a supprimé, pour l'heure, 150 postes à plein temps. Ce sont surtout les employés du marketing du site de la Limmatplatz à Zurich qui sont concernés.

L’article