pluie modérée
DE | FR
Economie
Suisse

Restauration en Suisse: 33 000 jobs supprimés Du jamais vu!

33 000 jobs supprimés dans la restauration en Suisse. Du jamais vu!

M
La perte d'emplois dans le secteur de la restauration est historique.Image: sda
C'est la pire crise que la restauration ait connu. En quelques mois, 17% d'emplois ont disparu en Suisse. La Confédération et les cantons ne se précipitent pas pour soutenir ce secteur.
29.03.2021, 06:4329.03.2021, 09:43
ch media/watson
Plus de «Economie»

Fin 2020, le secteur de la restauration en Suisse comptait 17 % d'emplois en moins qu'un an auparavant. Dans un secteur qui comptait 190 000 emplois avant la crise, cela équivaut à 33 000 pertes d'emplois. C'est un effondrement de l'emploi à une échelle et à une vitesse jamais vues dans l’histoire.

Du jamais vu

Si la crise du Covid affecte de nombreux secteurs en Suisse, celui de la restauration est celui qui proportionnellement perd le plus d'emplois. La deuxième baisse la plus importante concerne l'industrie hôtelière. Vient ensuite le placement d'emplois temporaires.

D'autres crises l'avaient touché auparavant, mais dans une moindre mesure:

  • Suite à la crise immobilière des années 1990, le secteur avait été affecté quelques années plus tard
  • Une baisse importante d'emplois avait été observée en 2011. À cette époque, le secteur de la gastronomie était frappé par les effets tardifs de la crise financière. En 2009, la Suisse était en récession, suivie par la baisse constante de la valeur de l'euro.

En termes d'emplois, le secteur de la restauration est à la crise du Covid ce que les banques ont été à la crise financière de 2009 : le secteur principalement touché.

Néanmoins, les banques ont perdu moins d'emplois et surtout moins rapidement. La perte de 20 000 emplois s'étale sur une décennie entière. Dans le secteur de la restauration, c'est rapide et brutal : en un an, 33 000 emplois ont disparu.

Reproches du secteur gastronomique: les banques ont été aidées de manière plus décisive

Ce contraste ne passe pas inaperçu. Dans le secteur de la restauration, la comparaison fait mal: la Suisse n'a pas volé au secours des restaurateurs avec la même conviction. Un porte-parole de l'association professionnelle Gastrosuisse déclare que l'UBS a été sauvée à coups de dizaines de milliards de francs, alors que la grande banque a sa part de responsabilité dans la crise qu'elle a en partie engendrée.

Aujourd'hui, le secteur de l'hôtellerie et de la restauration sont en difficulté, sans que ce soit de leur faute. Mais le Conseil fédéral, le Parlement et de nombreux cantons n'agiraient que très faiblement.

«La volonté inconditionnelle d'aider n'est pas là»

La gastronomie autrichienne perd encore plus d'emplois

Un coup d'œil aux statistiques étrangères montre que la gastronomie subit la crise d'une manière aussi importante. D'après ces chiffres, les pertes d'emplois sont encore plus nombreuses en Autriche qu'en Suisse. En Italie ou en Allemagne, les pertes semblent atteindre des proportions similaires.

Histoire de se détendre un peu

Il semblerait bien que la pandémie engendre une crise mondiale dans le secteur de la restauration.

Mais comment l'Office fédéral de la statistique a obtenu ces chiffres?
L'Office fédéral de la statistique tient un tableau répertoriant le nombre d'emplois dans chaque secteur, trimestre par trimestre. Ces statistiques de l'emploi ont démarré il y a trente ans, en 1991. À partir du tableau, il est possible de calculer pour chaque trimestre l'évolution du nombre d'emplois au cours de l'année écoulée.
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La plus vieille banque du monde surprend les analystes
La banque italienne Monte dei Paschi di Siena (MPS) a réalisé un bénéfice net de 2,05 milliards d'euros en 2023, dépassant les attentes.

La banque italienne Monte dei Paschi di Siena (MPS) a affiché en 2023 un bénéfice net de 2,05 milliards d'euros, bien supérieur aux attentes, et compte distribuer des dividendes à ses actionnaires pour la première fois depuis treize ans.

L’article