DE | FR
Covid, toujours pas de terrasse

Image: Shutterstock

Cette fois c’est sûr: pas de terrasse avant fin avril

Le Conseil fédéral a tranché: vu la hausse du nombre de cas, aucun assouplissement n’est prévu dès le 22 mars. Ni même avant Pâques. Seul le nombre de personnes, pouvant se réunir en privé, passe de cinq à dix, dès lundi.



On sait enfin ce qu’a décidé le Conseil fédéral aujourd’hui. En clair: ne rien assouplir, ou presque: il autorise les réunions privées jusqu’à 10 personnes, dès ce lundi 22 mars. Oubliez donc de siroter un verre sur une terrasse… Même à Pâques.

Il est par ailleurs recommandé de se faire tester avant toute rencontre.

Ce qu’il est permis ou non, en résumé:

Bild

Voici les raisons que le Conseil fédéral avance:

«Les mesures en vigueur pour lutter contre la pandémie sont prolongées, l’objectif étant de préserver des conditions favorables, nécessaires au bon déroulement de la campagne de vaccination ces prochains mois, et à un assouplissement après Pâques»

Le Conseil fédéral

Le Conseil fédéral propose un modèle en trois phases pour les jours/semaines/mois à venir:

  1. Tant que toutes les personnes vulnérables ne sont pas vaccinées, des indicateurs stricts sont indispensables pour décider des mesures de lutte. Le Conseil fédéral évoque surtout l’incidence sur quatorze jours, qui sera limitée à 350, mais aussi l’occupation des hôpitaux ou le taux de reproduction (valeur Re).
  2. Lorsque toutes les personnes vulnérables seront vaccinées, il serait possible d’assouplir un peu les règles, tout en veillant à garder le contrôle de l’épidémie.
  3. Lorsque toutes les personnes, qui le souhaitent, seront vaccinées, la Suisse pourrait renoncer aux restrictions et aux indicateurs, sauf s’il faut réagir à l’apparition de nouveaux variants.

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Joseph Gorgoni a vu la mort tout proche et son récit est poignant

L’humoriste, alias Marie-Thérèse Porchet, a frôlé trois fois la mort en quelques mois, dont une à cause du Covid. Dans L'Illustré de mercredi, il raconte tout. Et ça prend aux tripes.

La vie qui chavire sans crier gare. Le naufrage qui dure. Les batailles et le retour à la lumière. Joseph Gorgoni, alias Marie-Thérèse Porchet, a vécu l'enfer. Dans l'Illustré de ce mercredi, l'humoriste de 54 ans raconte longuement comment, ces derniers mois, il a frôlé la mort à trois reprises.

Tout commence par une fibrose, soldée par une greffe des poumons. Première victoire, une merveille. A peine remis, le Genevois attrape le coronavirus en automne. La frayeur se change en catastrophe. …

Lire l’article
Link zum Artikel