DE | FR
Seules les terrasses devraient pouvoir rouvrir fin mars, selon la proposition du Conseil fédéral.
Seules les terrasses devraient pouvoir rouvrir fin mars, selon la proposition du Conseil fédéral.Image: Keystone

«L'ouverture des terrasses est une catastrophe»

Les milieux de la restauration sont loin d'être convaincus par la proposition du Conseil fédéral de n'ouvrir que les terrasses. Ils rappellent la situation dramatique du secteur et réclament une ouverture complète ou, au moins, un calendrier précis.
12.03.2021, 16:5812.03.2021, 17:22
Suivez-moi

La conférence de presse est à peine terminée que Gastro Suisse monte déjà au créneau. Aux yeux de l'organisation faîtière de la restauration, rouvrir les terrasses dès le 22 mars ne suffit pas. «La proposition du Conseil fédéral ne va pas assez loin», affirme Casimir Platzer, président de l'association, qui regrette que l'on paralyse une branche entière au nom du principe de précaution.

«Le Conseil fédéral ignore les faits et la population»
Gastro Suisse

Prônant une réouverture complète des établissements, Gastro Suisse rappelle la situation dramatique traversée par le secteur, dont 20% des membres ont déjà mis la clef sous la porte. Dans tous les cas, la faîtière réclame une amélioration des règles d'indemnisation des cas de rigueur.

«L'ouvertures des terrasses est une catastrophe», peste de son côté, Bruno Lustenberger, président de Gastro Argovie dans l'AargauerZeitung. S'appuyant sur les chiffres de son propre restaurant, il explique que la terrasse ne représente que 15% de son chiffre d'affaires. Ouvrir uniquement cette partie n'a donc aucun intérêt d'un point de vue financier.

Bruno Lustenberger assure que la situation est la même dans la grande majorité des établissements. Il souligne également les incertitudes liées à la météo.

Le président de Gastro Argovie souhaite donc que le Conseil fédéral fixe une date précise de réouverture, même à plus long terme, afin que les restaurateurs puissent s'organiser. «Nous ne pouvons pas simplement actionner un levier et rouvrir nos restaurants immédiatement», détaille-t-il.

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le diplomate russe Boris Bondarev est sous protection policière 24h/24
Le haut fonctionnaire a critiqué Poutine en démissionnant avec fracas lundi. Une prise de position qui l'oblige à être sous surveillance jour et nuit.

Boris Bondarev, un ex-diplomate russe de 41 ans, est sous la protection 24h/24 de policiers suisses, rapporte 24 heures. Les raisons? Il a quitté lundi, à Genève, le service de la mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) de son pays en attaquant le président russe Vladimir Poutine et sa guerre en Ukraine à travers une lettre ouverte. Une protestation qui a eu un retentissement mondial.

L’article