DE | FR
Attention, Mesdames et Messieurs, voici l’information absurde de la semaine.
Attention, Mesdames et Messieurs, voici l’information absurde de la semaine.Image: Montage watson
Absurdie

«Trigger warning»: arrêtons de prendre les lecteurs pour des idiots

C'était une spécialité d'outre-Atlantique, elle arrive maintenant en Europe: l'étiquette «trigger warning» sert d'avertissement au début de livres pouvant heurter des sensibilités. C'est quoi encore cette histoire? Absurdie.
01.11.2021, 18:5302.11.2021, 20:37
Suivez-moi

Comme si les bibliothécaires n'avaient déjà pas assez affaire à des étiquetages: cotations en mode «791.430 94 ELSA» (🤨), repères dans les rayons, normes en tous genres. Fichtre, les gardiens de nos bons vieux espaces de silence doivent rêver fiches et chiffres! Et voilà qu'une nouvelle étiquette réussit à faire son apparition. Pas n'importe laquelle: le «trigger warning», ou «traumavertissement». A savoir: la mise en garde au lecteur d'un contenu qui pourrait heurter sa sensibilité, lui causer un traumatisme. Bref, le choquer.

Concrètement, ça se
présente comment?

Imaginez: vous ouvrez un bouquin, par exemple du 18e siècle, un essai de Voltaire, tiens, et en introduction du livre qui a le défaut de contenir un passage avec le mot «nègre», vous trouvez une note qui vous spécifie: «TW racisme» (pour «tigger warning racisme»). D'après le site français Marianne, cette mention peut certes être matérialisée sous la forme d'une étiquette, mais aussi d’un avant-propos.

Selon l'article de l'hebdomadaire, la très historique Université de Cambridge s'y serait mise. Le nombre de livres concernés? Près de 10 000. Le coût? Quelque 100 000 euros. Le financement? Les impôts. Pourquoi se priver, si c'est sur de bonnes intentions? Le journaliste précise:

«Propos qui pourraient être lus comme racistes! Vite, une étiquette à l’attention du jeune public. Propos qui pourraient être lus comme faisant l’apologie du colonialisme. Vite, une mise en garde! La panique semble si grande que la presse britannique, notamment le quotidien "The Express", a décidé de publier [...] la liste des ouvrages à haut potentiel offensant.»

Pourquoi c'est absurde

L'absurdité réside ici dans l'infantilisation du rapport entre le lecteur et ce qu'il lit. Retour à notre exemple: peu importe que Voltaire soit l'un des pères du principe de tolérance, l'un des témoins les plus représentatifs de l'esprit des Lumières qui a cimenté nos sociétés libres... Peu importe que le mot «nègre» ait eu jadis le sens de «noir» («negrum» en latin), ni que le racisme ait été monnaie courante à l'époque... L'étiquette trigger warning ne s'intéresse qu'aux valeurs du présent et à la susceptibilité – supposée – des consommateurs (pardon, des lecteurs).

Mais il y a pire. Si l'ouvrage est choquant, le spécifier au début revient à le spoiler, à en divulgâcher une caractéristique incontournable, à savoir son caractère choquant. Pourquoi diable ne pas laisser le lecteur s'en rendre compte par lui-même? C'est une insulte faite à l'esprit critique, au mérite, à l'apprentissage par la lecture, à la formation de l'individu, et tout simplement à la réalité de ce qu'une lecture révèle:

«Tant mieux si des âmes progressistes de 2021 sont bousculées par des livres relayant des manières de penser ou de vivre qui leur sont étrangères: Cela dit quelque chose de ces livres comme de ces lecteurs»

C'est même plus basique que ça: si une mise en garde empêche le lectorat d'être authentiquement surpris et choqué par la suite, il n'y a plus de critère pour dire que ce livre est choquant au sens qu'il «heurte des sensibilités». Si ce n’est ces fameuses étiquettes. Mais qui est légitime à les préparer? Qui est suffisamment suffisant pour dire qu'il connaît par avance les remontrances de telle ou telle population face à une réalité aussi riche que la littérature? Il y a autant de lectures que de lecteurs.

On me répondra qu'il vaut mieux éviter des traumas. Eh bien, je ne le pense pas. Vivent les soi-disant «traumas». Encadrer la littérature sur le mode des «films déconseillés aux moins de 16 ans» en l'étendant aux critères d'origine, de sexe, d'orientation sexuelle, d'histoire coloniale, etc., c'est tuer la possibilité de s'énerver contre une œuvre ou son auteur, et la possibilité de se plonger dans l'Autre, de comprendre une époque ou une mentalité éloignée de la nôtre. Bref, c'est programmer la mort de la littérature. Et c'est prendre les lecteurs pour des idiots.

Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne

1 / 13
Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: L'outsider

Dans le reste de l'actu...

L'avenir du climat vous effraie? Restez optimiste grâce à Bertrand Piccard

Link zum Artikel

Torture mentale et physique, plongée dans l'enfer des «sites noirs» de la CIA

Link zum Artikel

Les cantons les plus vaccinés doivent-ils retrouver leur liberté?

Link zum Artikel

Le vaccin peut-il avoir des effets secondaires à long terme? Réponse en 4 points

Link zum Artikel
Islamistes, antivax, communistes: pourquoi Spartacus est leur héros
Promu leader de la cause antivax, Novak Djokovic est pour son père le nouveau Spartacus, sauveur des opprimés. Voici ceux qui se revendiquent de ce héros légendaire, chef des esclaves en révolte en l'an 70 avant Jésus-Christ.

Spartacus, alias Djokovic, est de retour à Belgrade. L’Australie, alias le système, n’a pas voulu de lui. Jamais les mots du père du joueur n’auront sonné si justes aux oreilles des convaincus. Souvenons-nous, c’était il y a une dizaine de jours, son fils était bloqué dans une piaule d’hôtel à Melbourne. Il disait:

L’article