DE | FR
Chaque semaine, un événement me fait sourire – jaune.
Chaque semaine, un événement me fait sourire – jaune.Image: Shutterstock / montage watson
Absurdie

Dire aux jeunes ados de cesser de construire des cabanes en forêt? Non!

La course aux règlementations et contraintes en tout genre va tellement loin que les jeunes sont priés de démonter leurs cabanes en forêt. On aura tout vu!
04.09.2021, 08:0505.09.2021, 19:27
Jonas Follonier
Suivez-moi

En Suisse, on vit plus souvent en Absurdie que dans une cabane. Au milieu d'une forêt de la région de Thierrens, dans le canton de Vaud, des fonctionnaires ont découvert une cabane, un petit abri et un pont construits par cinq ados. Une aventure amicale et inter-villageoise ayant coûté de l'effort et de longs mois. Les ados ont dû démonter leur œuvre, malgré l’accord du propriétaire des lieux et le comportement exemplaire du quintet.

La loi, c'est la loi (blabla)

C'est que ce genre de constructions est illicite. Selon l'inspecteur cantonal des forêts Jean Rosset, cité dans le journal 24 heures, il en va de la «protection des écosystèmes». En plus, le nombre de cabanes sauvages aurait enflé avec la pandémie. Mais le responsable est formel: la population suisse est chanceuse, elle jouit d'un «libre accès à la forêt.» No comment.

«Dura lex, sed lex» – la loi est dure, mais c'est la loi. Toujours est-il qu'elle n'est pas toujours faite pour être appliquée. La loi est parfois là pour donner un cadre général et ainsi porter un message. A savoir, dans le cas qui nous occupe: on ne fait pas ce qu'on veut dans une forêt, il faut respecter sa faune et sa flore.

Confessions d'un enfant des cabanes

C'est comme ça que je comprends «l'interdiction de construire une cabane» et que je peux la tolérer. Mais ces mots me procurent quand même une sorte de malaise. Quelle froideur que l'application de cette règle étatique alors que l'édification de cabanes est bien souvent synonyme de souvenirs lumineux de gosse! Je dirais même que c'est le symbole par excellence d'une «enfance bon enfant.» La matérialisation d'un réconfort et la possibilité d'une initiative.

Cette actualité, je l'ai donc lue avec des yeux d'enfant. Je ne pouvais pas faire autrement: un peu comme tout le monde, j'ai eu une vie où j'adorais aller «à la cabane» scier quelques arbres et faire des trucs (ma collègue Margaux me glisse à l'oreillette que ce fut aussi son cas, et ça me la rend encore plus sympathique.)

Que les choses soient claires: je ne m'oppose pas à l'interdiction des cabanes, ni à ce cas en particulier. Je dis plutôt: tant mieux que ces lois existent, pour qu'on puisse les narguer. Les frontières sont là pour qu'on les franchisse, les limites pour qu'on les dépasse. Modérément, cela va sans dire.

J'encourage donc tous les gosses à continuer à aller faire des cabanes. Pour qu'ils entreprennent des choses, pour qu'ils pratiquent l'entraide et la débrouillardise, pour qu'ils développent des savoir-faire et des imaginaires. Bref, pour qu'ils apprennent la vie. J'espère pouvoir le dire dans une chronique sans être sous le coup de la loi. Sans quoi j'irai me réfugier dans une cabane secrète. Je touche du bois.

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Pub religieuse sur un bus à Genève: omerta autour d’une décision controversée
A six mois des élections cantonales, silence des autorités genevoises, qui entendent prendre leur temps avant de réagir à la publicité religieuse figurant à l'arrière d'un bus, en possible infraction à la loi sur la laïcité.

La publicité religieuse placardée à l’arrière d’un bus des Transports publics genevois (TPG) semble embarrasser les autorités du canton. Cet affichage enfreint-il la loi cantonale sur la laïcité, en vigueur depuis 2018? Le président de Conseil d’Etat, Mauro Poggia, membre du Mouvement des citoyens genevois (MCG), devrait faire connaître sa réaction «d’ici quelques semaines au maximum», communique le service de presse de l’exécutif. Le Centriste (ex-PDC) Serge Dal Busco, chef du Département des transports, l’autorité de tutelle des TPG, se range prudemment derrière le délai présidentiel.

L’article