DE | FR
Image: Montage watson
Analyse

«iel»: Ce que les nouvelles entrées dans le dictionnaire font ressortir

Le pronom neutre «iel» est entré dans le Petit Robert. La pertinence de cette entrée peut être débattue. Mais prenons un peu de hauteur et posons-nous cette question: l'apparition d'un nouveau mot, qu'est-ce que cela implique?
24.11.2021, 17:2324.11.2021, 17:35
Suivez-moi

Jouez violons, sonnez trompettes. Après les très pandémiques «déconfinement», «Covid» ou encore «téléconsultation», le mot «iel» vient de faire son apparition remarquée dans le Dico en ligne Le Robert. Définition de ce nouveau venu (lien ici):

iel, iels pronom personnel
RARE Pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre. L'usage du pronom iel dans la communication inclusive. - REM. On écrit aussi ielle, ielles.

Disons-le d'emblée: personne, ou presque, n'utilise ce vocable. Mais ce n'est pas tant pour cela que l'entrée du mot dans le Dico en ligne Le Robert a fait beaucoup de vagues. C'est que ce pronom est devenu le porte-étendard d'une vision de l'homme et de la femme qui ne se satisfait justement pas de ces concepts jugés trop restreints («homme» et «femme»). Voici l'enjeu:

  • Les tenants du «iel» défendent la reconnaissance par ce terme d'une personne dont l'identité de genre n'est pas fixée, ou pas fixe: «non-binaire», «queer», etc.
  • Quant à eux, les adversaires du «iel» ou du «ielle» dans le dico y voient justement une emprise idéologique du wokisme dans les ouvrages de référence.

L'explication du Robert

Face aux nombreuses réactions, notamment en France, et jusqu'au sommet de l'Etat, à l'égard de l'entrée d'«iel» dans ses pages, Le Robert s'est exprimé par la voix de son président Charles Bimbenet au moyen d'un communiqué:

«Depuis quelques mois, les documentalistes du "Robert" ont constaté un usage croissant du mot "iel"»

Ajoutant:

«La fréquence d’usage d’un mot est étudiée à travers l’analyse statistique de vastes corpus de textes, issus de sources variées. C’est cette veille constante qui nous permet de repérer l’émergence de nouveaux mots, locutions, sens, etc.»

De là à comprendre que «iel» serait couramment répandu dans le langage, il n'y a qu'un pas, n'est-ce pas? Mais non, à en croire la suite de la déclaration officielle:

«Le mot "iel" a été discuté début octobre en comité de rédaction "Le Robert", au cours duquel il a été décidé de l’intégrer dans notre dictionnaire en ligne: si son usage est encore relativement faible (ce que nous avons souligné dans l’article en faisant précéder la définition de la marque "rare"), il est en forte croissance depuis quelques mois»

En somme, il y a une tendance autour de ce mot, dont il faut rendre compte. Nous avons voulu en savoir plus en demandant aux équipes du Robert si elles pouvaient nous spécifier les critères précis qui sont utilisés pour quantifier l'importance d'un usage – ou d'un début d'usage. Or, malgré nos sollicitations, les services du dictionnaire n'ont pas donné suite à notre demande.

Notons qu'outre le point central de l'usage de plus en plus fréquent du mot dans certains cercles, ce second argument est avancé dans le communiqué:

«Le sens du mot "iel" ne se comprend pas à sa seule lecture – dans le jargon des lexicographes, on dit qu’il n’est pas "transparent" –, et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu'ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter»

Ce qu'une nouvelle entrée fait ressortir

La grande force de l'entrée d'un mot dans un dictionnaire, selon le professeur de sociolinguistique (Unil/Chuv) Pascal Singy, c'est que ça lui offre une existence officielle, institutionnelle: «Le langage découpe le monde. La réalité prend corps, en quelque sorte, dès lors qu'on la nomme». C'est une forme de reconnaissance, d'attestation, d'une réalité qui existait déjà avant qu'on la désigne.

«L'atome, les phénomènes décrits par la physique quantique, etc., existaient déjà longtemps avant qu'on les découvre. Mais il y a aussi des réalités nouvelles, comme les êtres vivants qui naissent, les créations, etc.»

Mais au fait, un nouveau mot dans un dico, est-ce que ça nous concerne vraiment, surtout en 2021? «Oui», selon le professeur. «Bien que peu consulté, le dictionnaire reste une référence. Je pense qu'il y en a encore un dans beaucoup de ménages. Et ne comptons pas les dicos en ligne.» D'après Pascal Singy, le rapport des humains aux ouvrages lexicaux demeure vibrant:

«C'est quand même quelque chose quand vous découvrez, enfant, que le mot "merde" figure dans le dictionnaire»

Par conséquent: «Si l'on prend le mot "iel", un enfant qui souhaite l'utiliser face à son professeur ou à ses parents pourra légitimer son souhait: "C'est dans le dictionnaire!"».

Le langage au centre de nos discussions

S'il n'a pas d'avis tranché sur la pertinence de l'entrée de ce mot grammatical dans le Dico en ligne Le Robert, Pascal Singy voit dans l'intensité des controverses du moment un extraordinaire coup de publicité pour ce dictionnaire. Et surtout une occasion de mettre en lumière les personnes qui, réellement, ont un problème d'identité de genre:

«Si, comme l'avancent certaines études, il y a véritablement un jeune sur cinq qui est concerné, il sera intéressant de voir quelle utilisation ils feront de ce nouveau venu dans le langage»

Un langage dont le sociolinguiste se réjouit qu'il se retrouve au centre de l'attention. «On est ici dans le métalangage: on discute (par le langage) au sujet du langage.» Et vu l'intérêt suscité par cette discussion au sein de la société, dont se font écho les médias, ce n'est pas seulement notre interlocuteur et ses confrères qui se passionnent pour le sujet. Décidément, la langue est un bien commun. Et comme en politique, sa nature fait débat.

Les intempéries au Canada en images

1 / 32
Les intempéries au Canada en images
source: sda / jonathan hayward
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

On a regardé le clip d'Orelsan

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Au Vénézuela, l'opposition n'a rien pu faire face au pouvoir de Maduro

Link zum Artikel

«Dix pour cent» reçoit une sacrée distinction américaine

Link zum Artikel

Waukesha: le bilan passe à 6 morts et 62 blessés lors de la parade de Noël

Link zum Artikel

Presque un Américain sur deux ne veut plus faire d'enfant

Link zum Artikel
Selon Marine, Zemmour ne serait pas fait pour le job
La candidate d'extrême-droite a enjoint, ce dimanche, son concurrent Eric Zemmour à renoncer à sa candidature à l'élection présidentielle. Une pique de plus dans un véritable combat de coqs.

Parfois, les méthodes les plus directes sont les meilleures. Même si, dans le cas présent, pas sûr que l'invitation de Marine Le Pen à l'intention de son adversaire politique, Eric Zemmour, ne fasse pas un flop.

L’article