ciel couvert
DE | FR
International
Analyse

Klitschko compare Zelensky à Poutine

Analyse

Zelensky est attaqué de l'intérieur

Les critiques à l'encontre du président ukrainien se multiplient. Dernièrement, le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a attiré l'attention avec des déclarations acerbes. Volodymyr Zelensky perdrait-il en popularité?
07.12.2023, 11:5407.12.2023, 12:04
Simon Cleven / t-online
Plus de «International»
Un article de
t-online

Le maire de Kiev ne mâche pas ses mots. «La démocratie en Ukraine est menacée», a lancé Vitali Klitschko au journal allemand Der Spiegel. L'ancien champion du monde de boxe voit son pays sur la voie de l'autoritarisme. Et plus encore: on finirait par ne plus distinguer l'Ukraine de la Russie, «où tout dépend de l'humeur d'un seul homme», a affirmé le politicien.

L'homme visé par les propos de Vitali Klitschko n'est autre que Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien paierait désormais «pour les erreurs qu'il a commises», a ajouté le maire de Kiev dans une interview accordée à 20 minutes, en faisant référence à la baisse de popularité de l'homme d'Etat. Et il n'est pas le seul à critiquer le président.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Zelensky et son commandant en chef

Volodymyr Zelensky fait actuellement l'objet d'attaques répétées en politique intérieure. En effet, outre le maire de Kiev, le commandant en chef de l'armée Valeri Zaloujny s'est également exprimé. Le général est considéré comme un héros de guerre par de nombreux Ukrainiens. Ses paroles ont du poids. Valeri Zaloujny a déjà contredit publiquement le président ukrainien en novembre auprès du magazine britannique The Economist:

«La contre-offensive tant attendue n'aboutira pas à une percée. La guerre se trouve dans une impasse»

Volodymyr Zelensky n'a pas apprécié les déclarations de son général:

«Il n'y a pas d'impasse. Nous avons le moral. Nous sommes sur notre terre. Ce sont les Russes qui sont chez nous. Il n'y a pas d'impasse.»
Zelensky dans The Sun

«Turbulence politique croissante»

Le média ukrainien Ukrainska Pravda évoque des rumeurs émanant des cercles de Valeri Zaloujny, selon lesquelles le dirigeant ukrainien ignorerait le commandant en chef et préférerait parler à d'autres commandants à la place. Assiste-t-on à une rupture publique entre le gouvernement ukrainien et l'armée? Et quel objectif Valeri Klitschko poursuit-il avec ses critiques?

Interrogé, le politologue ukrainien Volodymyr Fesenko tempère:

«Je qualifierais cela de turbulence politique»

Le directeur de l'institut politique Penta estime que les querelles sont «le résultat de la fatigue émotionnelle causée par la guerre, et de la déception liée aux attentes élevées et non satisfaites d'une victoire rapide et totale». Selon lui, cela conduit à ces accusations réciproques: il faut un coupable. Egalement contacté, le bureau présidentiel ukrainien n'a pas souhaité s'exprimer sur ce conflit naissant.

Volodymyr Fesenko
Volodymyr Fesenko est directeur de Penta, un centre de recherche politique appliquée. Ce think tank a été fondé en 2001 et a son siège à Kiev, la capitale ukrainienne. Les principaux thèmes du groupe de réflexion sont la politique intérieure de l'Ukraine ainsi que le développement social et économique du pays.

Lutte pour la présidence?

L'agenda politique de l'Ukraine met la puce à l'oreille: les deux opposants pourraient bien se présenter comme successeurs de Volodymyr Zelensky à la présidence. Les observateurs leur prêtent cette intention depuis un certain temps déjà. Vitali Klitschko était candidat lors des élections de 2014, mais a ensuite retiré sa candidature. Valeri Zaloujny, quant à lui, est considéré comme un héros. Sa cote de popularité est similaire à celle de Zelensky. Le militaire aspire-t-il à la plus haute fonction politique?

Andreas Umland, spécialiste de l'Europe de l'Est, répond par la négative: «Je ne vois pas chez Valeri Zaloujny d'ambition présidentielle». Volodymyr Fesenko affirme lui aussi que «Zaloujny n'a jamais dit nulle part qu'il serait candidat à la présidence».

D'après Andreas Umland, il existe un accord en Ukraine: «On sépare la guerre et la politique intérieure». Jusqu'à présent, cela fonctionne bien, selon lui.

«On le remarque aussi au fait que l'appel de Poutine, au printemps 2022, aux généraux ukrainiens pour renverser Volodymyr Zelensky n'a pas abouti. C'était une hypothèse totalement erronée sur les mécanismes de la politique ukrainienne.»
Andreas Umland
Andreas Umland
Andreas Umland est un politologue et journaliste allemand. Il travaille depuis Kiev en tant que chercheur au Centre d'études d'Europe de l'Est de Stockholm. Il a fondé la série de livres Soviet and Post-Soviet Politics and Society («Politique et société soviétiques et post-soviétiques»).

L'élection présidentielle en Ukraine est suspendue

De toute façon, les élections présidentielles, qui devaient avoir lieu en mars 2024, sont pour l'instant suspendues. Actuellement, l'Ukraine applique la loi martiale, qui interdit les élections, selon Volodymyr Fesenko. Cette loi est plus ancienne que les carrières politiques de Zelensky et Klitschko. Il est peu probable que des élections soient organisées prochainement, d'après le politologue ukrainien.

«Mais tout dépend de la situation politique et militaire»

Une grande partie des Ukrainiens semble être d'accord avec cela: Volodymyr Fesenko renvoie à des sondages selon lesquels environ 70% des Ukrainiens rejettent toute élection pendant la guerre. C'est aussi pour cette raison que Volodymyr Zelensky a décidé de ne pas suspendre la loi martiale pour les élections.

«Selon la logique de Klitschko, la majorité des citoyens ukrainiens seraient également porteurs de tendances autoritaires, puisqu'ils refusent les élections. Mais, en réalité, la raison de ces sentiments est la guerre en cours.»

Volodymyr Fesenko cite en outre les risques sécuritaires qui existeraient lors des élections. Enfin, le pays en guerre compte des millions de personnes déplacées, dont cinq millions qui ont quitté le pays. Par ailleurs, le politologue met en garde contre une autre conséquence possible des élections: l'intensification de la lutte politique intérieure.

L'Ukraine ne peut pas se le permettre dans cette «guerre sanglante contre un ennemi extérieur», affirme-t-il.

«L'erreur de Klitschko, c'est que c'est lui qui provoque aujourd'hui une guerre politique intérieure»

Klitschko aux côtés d'un ex-président controversé

Les prétendues ambitions présidentielles de Valeri Zaloujny sont moins plausibles que les supposées aspirations de Vitali Klitschko. La querelle entre ce dernier et le président actuel ne date pas d'hier: en effet, leur relation est marquée de tensions depuis le printemps 2019, comme l'explique Volodymyr Fesenk.

«Des plaintes réciproques se sont accumulées dans les équipes de Zelensky et de Klitschko»

L'actuel maire de Kiev était considéré comme le favori pour la présidence en 2014. Mais il a ensuite raté ses apparitions publiques et s'est permis des gaffes verbales «qui le poursuivent encore aujourd'hui sous forme de memes sur Internet», écrit le correspondant indépendant Denis Trubetskoy dans le journal allemand Die Zeit.

Vitali Klitschko a retiré sa candidature et a rejoint l'équipe du futur vainqueur de 2014 Petro Porochenko, dont il fait toujours partie aujourd'hui. L'ex-président national-libéral est considéré comme l'un des plus grands adversaires de Volodymyr Zelensky, et a perdu les élections de 2019 contre ce dernier.

Le week-end dernier, Petro Porochenko a été au centre d'une volte-face politique lorsque les gardes-frontières ukrainiens lui ont interdit de quitter le pays. Selon les informations du service de renseignement SBU, l'ex-président avait prévu de rencontrer le chef du gouvernement hongrois Viktor Orbán – ce qui aurait porté préjudice aux intérêts ukrainiens.

Viktor Orbán est l'un des rares politiciens européens à entretenir de bonnes relations avec la Russie. Petro Porochenko, quant à lui, fait l'objet d'une procédure judiciaire en Ukraine pour haute trahison: en tant que président, il aurait fait des affaires avec des séparatistes prorusses.

«Les conflits font partie de la culture politique ukrainienne»

Dans l'ensemble, Andreas Umland, expert en Europe de l'Est, estime que les reproches adressés à Volodymyr Zelensky sont «dépassés». Le fait que Vitali Klitschko mette en garde contre un «autoritarisme» renvoie à la loi martiale en Ukraine. La prise de décision serait actuellement centralisée, c'est-à-dire qu'elle incombe en premier lieu au président. Les politiciens locaux perdent ainsi du pouvoir.

Mais c'est une «évolution finalement normale» en temps de guerre, estime Andreas Umland. Selon lui, il est plus important que le pluralisme médiatique et politique continue d'exister en Ukraine. Beaucoup de bruit pour rien, donc?

«Les opposants et les concurrents politiques peuvent exprimer librement leur opinion. Il existe toujours des médias critiques, qui peuvent travailler librement.»

Le politologue allemand ne voit pas de «division profonde» en Ukraine ni de rupture entre la direction politique et les figures importantes de l'armée. Dans le conflit actuel, il s'agit plutôt de stratégies différentes. En outre, «les conflits font partie de la culture politique en Ukraine: on aime se disputer publiquement».

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Madonna, la série de photos censurées
1 / 13
Madonna, la série de photos censurées
Instagram n'a pas aimé cette image de Madonna.
partager sur Facebookpartager sur X
Il saute de 40 mètres dans de l’eau glacée
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elle risque 20 ans de prison en Russie pour un don de 50 francs
Une Russo-Américaine de 33 ans a été arrêtée par les services secrets russes. Elle est accusée de haute trahison pour un don à une organisation caritative ukrainienne.

En Russie, une femme à la double nationalité russe et américaine a été arrêtée alors qu'elle rendait visite à sa famille dans la ville d'Ekaterinbourg. Le service de renseignement intérieur russe (FSB) accuse cette esthéticienne de spa et danseuse amateur de ballet de 33 ans, qui vit à Los Angeles, de haute trahison. Une vidéo diffusée par l'agence de presse de l'Etat russe RIA Novosti montre le procès-spectacle qui lui est fait:

L’article