International
Analyse

Guerre en Ukraine: le cauchemar de Poutine devient réalité

epa10248366 Soldiers stand next to a Leopard 2 battle tank during a media presentation for the annual Land Operation Exercise of the German armed forces Bundeswehr in Bergen, northern Germany, 17 Octo ...
Des membres de l'armée allemande devant un Léopard lors d'une présentation aux médias en octobre 2022.image: keystone
Analyse

Le cauchemar de Poutine devient réalité

L'Occident livre désormais des chars de combat modernes à l'Ukraine. Cela va changer la guerre. Mais comment?
26.01.2023, 06:3326.01.2023, 10:22
Un article de
t-online
Patrick Diekmann / t-online
Plus de «International»

Après de longues hésitations et négociations, la décision est tombée. L'Allemagne va envoyer des chars modernes Leopard 2 en Ukraine. Quelques heures après le feu vert de Berlin, les Etats-Unis ont annoncé que 31 M1 Abrams seront livrés aux forces de Kiev. Une bonne nouvelle pour Kiev face à l'invasion russe.

Néanmoins, le temps presse toujours. Les deux belligérants se préparent à des offensives au printemps. En livrant des chars de combat et des chars de grenadiers modernes, l'alliance occidentale a créé les conditions pour que l'Ukraine puisse s'imposer militairement dans la guerre d'usure contre la Russie. Mais ce n'est pas tout.

La décision allemande concernant les chars Leopard 2 envoie un message clair au président russe Vladimir Poutine: l'Occident ne cède pas et est prêt à soutenir l'Ukraine à plus long terme avec les armes les plus modernes de son arsenal. Le cauchemar de Poutine devient réalité.

La bombe a été lâchée mardi soir. Le Spiegel a d'abord annoncé la livraison de chars, puis l'information a été confirmée par les autorités. Le gouvernement allemand est prêt à remettre une compagnie de chars de type Leopard 2 A6 (14 unités) à l'armée ukrainienne. En outre, l'Allemagne donne son feu vert à tous les Etats qui souhaitent également livrer des chars Leopard 2 de leur côté.

Mercredi, après des semaines de tergiversations, Washington a annoncé la livraison de 31 chars M1 Abrams à l'Ukraine. Cet acte n'est pas une «menace offensive contre la Russie», a tenu à souligner le président américain Joe Biden.

Les chars lourds occidentaux "seront d
Des chars M1 Abrams en action.Image: sda

Mieux que les T-72, mais...

Il s'agit d'un «double vrombissement» de char de combat, comme l'a écrit l'ancien ambassadeur ukrainien en Allemagne Andrij Melnyk sur Twitter. Les Etats-Unis et l'Allemagne, ainsi que la Grande-Bretagne ─ qui avait déjà annoncé auparavant la remise de chars de combat Challenger 2 à l'Ukraine ─ ont fait passer le soutien militaire à Kiev à un niveau politique supérieur. Mais cela ne suffira pas.

Il est clair que les chars de combat modernes de conception occidentale ont une longueur d'avance sur leurs adversaires du côté russe. L'Allemagne envoie 14 modèles du deuxième type le plus moderne en Ukraine, la portée et la puissance de feu sont conçues de manière à ce que les chars soient supérieurs aux T-72 et T-90 russes en cas de duel. L'armée de Poutine mise en grande partie sur les chars T-72 en Ukraine.

Mais les chars russes peuvent actuellement compenser leurs désavantages technologiques par leur surnombre. C'est pourquoi les experts militaires de Grande-Bretagne, d'Ukraine et des Etats-Unis estiment qu'il faudrait 250 à 300 chars de combat pour avoir un effet durable sur les champs de bataille et les lignes de front. Le soutien occidental en est encore loin: avec la Pologne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont jusqu'à présent annoncé la remise d'un maximum de 80 chars de combat.

Une nouvelle alliance occidentale?

Les démarches de Londres, Washington et Berlin doivent donc plutôt être considérées comme le fer de lance d'une nouvelle alliance occidentale de chars de combat. Leur avancée met désormais sous pression d'autres Etats en Europe qui disposent encore de nombreux chars Leopard 2, mais qui se sont montrés réticents jusqu'à présent, comme l'Espagne ou la Grèce par exemple.

epa10424672 (FILE) - A 'Leopard 2PL' tank of the Polish army during the international exercise pk. DefenderEurope2022 at firing range Drawsko Pomorskie, northwest Poland, 27 May 2022 (reissu ...
Un Leopard 2 de l'armée polonaise.Image: sda

L'Ukraine est également consciente de l'importante lacune en matière de chars dans son propre arsenal et fait campagne pour de nouvelles livraisons. Avant que Berlin n'officialise sa décision, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé une décision définitive. «Nos alliés connaissent le nombre de chars dont nous avons besoin», a-t-il déclaré mardi soir lors de son allocution vidéo quotidienne. Il a ensuite clairement indiqué que son pays avait besoin de «plus de 5, 10 ou 15 chars».

«Les discussions doivent se terminer par des décisions»
Volodymyr Zelensky, président ukrainien

Au printemps, les dirigeants ukrainiens craignent des combats acharnés dans le Donbass. Les batailles sanglantes de Bakhmout et Soledar pourraient n'être qu'un avant-goût. L'armée russe mobilise des forces et du matériel pour une offensive de printemps et l'Ukraine souhaite libérer d'autres parties de son territoire dans les mois à venir.

La bataille fait rage à Bakhmout

1 / 12
La bataille fait rage à Bakhmout
partager sur Facebookpartager sur X

Il est donc important pour l'Ukraine que l'Occident continue à intensifier ses efforts. Les chars Leopard 2 et Abrams ne seront certes pas d'une aide immédiate sur les champs de bataille, mais s'ils sont livrés rapidement, les troupes ukrainiennes pourraient avoir été formées sur ces appareils d'ici la mi-mars ou la fin mars.

Une défaite pour Poutine

Pour l'Occident, il s'agit maintenant de convaincre d'autres Etats de rejoindre l'alliance pour la défense grâce aux chars. Ils doivent non seulement assurer la formation, mais aussi la logistique pour les munitions et les réparations des chars de combat. L'annonce politique n'est donc qu'un début, le projet de chars de combat peut encore mal tourner.

Pour Vladimir Poutine en revanche, le retournement des chars de combat marque déjà la prochaine défaite. Ses tentatives d'intimidation, les menaces d'anéantissement nucléaire proférées par ses propagandistes télévisés: rien n'a eu d'effet. Même dans les pays occidentaux, les gens prennent de plus en plus conscience que le chef du Kremlin ne détruira pas le monde pour 14 chars. D'autant plus que la Russie est actuellement si faible en raison de sa guerre qu'elle ne serait même pas en mesure d'attaquer l'Otan de manière conventionnelle.

Malgré cela, le Kremlin a toujours développé ce récit afin d'éviter ce qui se passe aujourd'hui: que l'Occident donne ses armes les plus modernes à l'Ukraine. Ces derniers mois, le Kremlin a tenté de déstabiliser la politique occidentale avec sa rhétorique agressive, mais cette stratégie semble perdre de son efficacité. Et cela donne de l'espoir, surtout pour la population ukrainienne, de pouvoir mettre fin à la guerre.

Traduction et adaptation par sas

Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
1 / 9
Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
source: uk ministry of defence
partager sur Facebookpartager sur X
La Russie serait prête à déployer son «super char»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ils voulaient taguer le jet de Taylor Swift, mais il y a eu un hic
Le groupe écologiste britannique Just Stop Oil a décidé qu'après le site de Stonehenge, c'était au tour du jet privé de Taylor Swift de se faire asperger de peinture. Sauf que — eh bien, ce n'était pas le jet de Taylor Swift. Oupsie.

On s'en souvient: il y a quelques jours, le groupe écologique Just Stop Oil a décidé d'aller asperger de peinture orange le site préhistorique de Stonehenge. Une action qui leur a valu de nombreuses critiques.

L’article