DE | FR
La planète se portera très bien sans nous. Mais en attendant la fin de l'humanité, comment faire au mieux pour anticiper et minimiser les effets du changement climatique?
La planète se portera très bien sans nous. Mais en attendant la fin de l'humanité, comment faire au mieux pour anticiper et minimiser les effets du changement climatique?Shutterstock
Analyse

La planète ne va pas mourir, mais l'humanité peut-être

«Sauver la planète», «sauver le climat»: des slogans qui claquent, mais qui ne sont pas aussi cohérents qu'ils en ont l'air. Alors que l'année 2020 est l'une des plus chaudes jamais enregistrées, il s'agit surtout de préserver l'humanité.
21.04.2021, 07:2421.04.2021, 07:25
Suivez-moi

Le Covid n'y aura rien changé: l'année 2020 est l'une des plus chaudes jamais enregistrées. C'est l'Organisation mondiale de météorologie (OMM) qui le dit dans son nouveau rapport publié ce 19 avril. L'équipe de watson vous le résume 👇

«La nature a repris ses droits»: oui et non

On a eu l'impression que «la nature a repris ses droits» durant la période de Covid-19. On a repéré des signaux localement: on a vu des animaux revenir dans des villes, la pollution urbaine s'estomper... «La qualité de l'air a été drastiquement améliorée en 2020», nous confirme Martine Rebetez, professeure de climatologie à l'Université de Neuchâtel et à l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

«Les particules fines, dégagées par exemple par les moteurs Diesel, sont responsables de 3000 à 4000 décès par année en Suisse. Ces polluants résident brièvement dans l'air. Il suffit d'une grosse tempête ou d'un certain laps de temps pour qu'on reparte à zéro.»
Martine Rebetez, climatologue

Cependant, ça ne veut pas dire que les confinement et arrêts d'activités liés au Covid ont globalement eu des effets positifs sur plan du climat ou de la planète. «Si la circulation des personnes a été en baisse durant un temps limité, cela n'a pas été le cas pour le chauffage et l'industrie», relève la climatologue. «Et il faut avoir en tête que la circulation des marchandises, elle, a au contraire augmenté.» Ce qui fait que, dans la balance, les émissions de CO2 n'ont pas chuté dans le monde.

«Le CO2, contrairement aux particules fines, reste dans l'air pendant plus de 100 ans. Ce qui pourrait arriver de mieux, ce serait une stagnation au niveau de ce qu'il y a aujourd'hui. On aurait dû agir il y a trente ans.»
Martine Rebetez, climatologue
Et vous, vous saviez la différence entre la pollution et le CO2?

Non seulement on sait maintenant que l'impact du Covid-19 sur la diminution du gaz à effet de serre n'a pas été significatif au niveau global, mais, nous dit le rapport de l'OMM, la crise a même eu des effets négatifs sur le climat et l'environnement. Elle a notamment «compliqué les activités de prévention des catastrophes», ce qui se conçoit assez aisément dans une période... de crise.

«Sauver la planète»?

En tant que citoyen lambda, on peine à voir comment de grands efforts mondiaux pourraient avoir un quelconque effet positif notoire sur le climat, puisque cet effet n'est même pas vérifié, comme nous l'a rappelé Martine Rebetez, quand une grande partie de la planète est mise sous cloche et son économie, à l'arrêt. Ce n'est pas un scoop: nous venons un peu tard. Les dégâts sont faits.

Par contre, l'être humain a un impact sur son environnement. Nous participons, en temps que sociétés avancées, à la dérégulation climatique. La température globale est en hausse et ce réchauffement provoque des incendies et accroît notamment la fréquence des ouragans. L'augmentation drastique de la population mondiale n'arrange rien à la chose.

Les spécialistes climatiques nous le disent depuis longtemps: un virage dans nos pratiques individuelles et collectives doit être pris; il l'est déjà, à des degrés divers. Mais il peut paraître étonnant de voir les jeunes militants écologistes en appeler à «sauver la planète» et à se définir comme «activistes climatiques». C'est l'être humain qui est mis en péril par lui-même à moyen ou long terme. La Terre, elle, en a connu d'autres. Quant au climat, il évolue, mais n'est pas menacé en tant que tel.

Des choix à faire quand même

Se positionner «pour le climat» ou «pour la planète» n'a pas vraiment de sens. On entre dans le domaine politique quand on se demande comment nous devons minimiser les effets désagréables du changement climatique sur l'humanité (inondations, famines, malnutrition, ...), qui sont réels et que l'on peut anticiper (certes avec plus ou moins de précision).

De nombreux écologistes politiques défendent l'idée de la décroissance: il faudrait remettre en question les principes sacro-saints de la création de richesses et du progrès technique. Or, ce n'est pas la seule option envisageable. Bertrand Piccard, avec sa fondation Solar Impulse, défend par exemple l'idée d'une croissance qualitative, au lieu de quantitative: ne pas produire plus, mais mieux.

Dans son nouveau livre Les Sept Ecologies, le philosophe Luc Ferry nuance en quelque sorte la position du psychiatre et aéronaute en prenant la défense de l'économie circulaire, qu'il nomme «éco-modernisme». Il faut continuer à produire, oui, mais en recyclant à grande échelle et en minimisant ainsi la production de déchets. Cette vision est à distinguer des autres formes d'écologie politique, que l'auteur réfute pour des raisons politiques et philosophiques.

Personne n'échappera à ce débat. Même à supposer que l'humanité soit amenée à mourir prochainement, cela vaut la peine de réfléchir à la meilleure manière dont cette dernière ligne droite de l'aventure humaine peut, doit, se dérouler, plutôt que d'espérer pouvoir tuer la mort programmée de notre espèce. Epicure disait que la vie se compare à un repas: ce n'est pas sa durée qui compte, mais sa qualité. Si nous choisissons la qualité pour l'existence de notre espèce, alors il nous reste à discuter collectivement des moyens de l'obtenir.

Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss

1 / 7
Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss
source: matthias huss / matthias huss
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'activiste chinoise Howey Ou fait une grève de la faim à Lausanne pour protester contre sa peine suite à l'évacuation de la ZAD du Mormont.

Plus d'articles sur le thème «Climat»

«Des changements climatiques sans précédent»: le Giec dévoile son rapport

Link zum Artikel

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Link zum Artikel

La Suisse ne se rendra pas les mains vides à la COP26

Link zum Artikel

L'avenir de la planète angoisse de plus en plus de jeunes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attentat d'Oslo: deux Romands présents dans le bar gay attaqué racontent
Deux Suisses, Nathanaël Stoeri et Kevin Schweizer, 36 et 31 ans, se trouvaient dans le bar gay pris pour cible, vendredi soir à Oslo, par un individu ayant des antécédents islamistes. La tuerie visait deux lieux nocturnes. Elle a fait 2 morts et 21 blessés. Témoignages recueillis par watson.

Pourquoi vous trouvez-vous actuellement à Oslo, en Norvège, et pourquoi étiez-vous, vendredi soir, au London Pub, l'un des deux lieux ciblés par un attentat?
Kevin Schweizer: Nathanaël et moi, on effectue un périple à vélo. On est parti le 27 avril de Tavannes, dans le Jura bernois, d'où je suis originaire, pour rejoindre le Cap Nord, qui se trouve tout en haut de la Norvège. On est arrivé le samedi 18 juin à Oslo, sans savoir du tout qu'il y aurait la gay pride le week-end d'après. Vendredi, le soir du drame, avec des amis qu'on a sur place, on est allé au London Pub, l'un des principaux bars gays d'Oslo.

L’article