Suisse
Assurance maladie

Primes maladie: les Suisses sont pour la caisse unique à 71%

71% des Suisse disent «oui» à la caisse unique, mais à une condition

Une large majorité des Suisses soutiendraient une caisse unique pour l'assurance de base, mais pas à tout prix, selon un sondage de Comparis, à quelques semaines de la votation sur les primes maladie.
24.04.2024, 23:5925.04.2024, 07:30
Les Suisse disent «oui» à la caisse unique à une condition.
La population suisse est majoritairement pour la caisse unique.Image: watson/shutterstock
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Jusqu'à présent, en Suisse, toutes les votations concernant l'introduction d'une caisse unique ont été rejetées. Cependant, face à la montée en flèche des primes d'assurance maladie et à l'inflation grandissante, la situation a évolué. Aujourd'hui, 71% des adultes en Suisse se disent favorables à une caisse unique, selon une enquête représentative de Comparis. Et ils le vivraient plutôt bien.

Détail piquant, les Suisses voteront ce 9 juin pour réformer les primes maladie. Et les résultats de l'enquête que vous vous apprêtez à lire vont plutôt dans le sens d'une réforme de l'assurance maladie. Comme le sondage récent sur les intentions de vote.

Les Suisses ont un objectif clair pour la caisse unique

Les 71% Helvètes qui y sont favorables ont, selon les résultats de l'enquête du comparateur en ligne, une idée assez précise de ce qu'ils attendent de la caisse unique:

«Les partisans en attendent surtout des primes d’assurance de base moins élevées»

En effet, en Suisse, les coûts de la santé ne cessent d'augmenter et, avec eux, celui des primes d'assurance maladie. D'après le Conseil fédéral, ces dernières ont augmenté d'environ 31% au cours des dix dernières années, et les salaires, eux, de 6%. Les primes pèsent donc de plus en plus sur les assurés.

Attention, toutefois, précise le comparateur en ligne, l'argument du porte-monnaie a des limites, car les Suisses ne veulent justement pas une caisse maladie unique à tout prix.

Voici la condition pour que les Suisses valident la caisse unique

Les trois quarts des partisans d'une caisse unique estiment, selon l'enquête de Comparis, qu'une réduction d'au moins 40 francs des primes est nécessaire pour que sa mise en place soit avantageuse, selon eux.

«Ce montant correspond à une réduction moyenne des primes et des coûts de plus de 10%»
Comparis

Sur ce point, le comparateur en ligne d'assurance maladie a dégainé son expert en matière d'assurance maladie, Felix Schneuwly, qui avertit:

«Les frais administratifs des caisses maladie représentent 5% des primes. Même si le coût de fonctionnement de la caisse unique était nul, l’objectif des 10% serait loin d’être atteint»
Felix Schneuwly, Krankenkassenexperte bei Comparis posiert fuer ein Portrait anlaesslich einer Medienkonferenz zur Praesentation der Resultate der KOF-Prognose der Gesundheitsausgaben, am Dienstag, 7. ...
Felix Schneuwly.Keystone

Cependant, il comprend que beaucoup de personnes assurées attribuent la hausse constante des coûts aux compagnies d'assurance maladie: «Après tout, les caisses augmentent leurs primes d’année en année.»

Voici comment les Suisses aimeraient tester la caisse unique

«L’introduction d’une caisse unique ferait pénétrer la Suisse en terres inconnues en ce qui concerne l’organisation», constate Comparis. Et oui, on n'a jamais fait ça. En effet, même les prestations de l'assurance accidents ne sont pas gérées par une seule entité, bien que la Suva en ait le quasi-monopole. Les sondés sont d'ailleurs prudents:

«79% des personnes interrogées seraient favorables à un test de caisse unique avant votation»

Pour cette raison, le comparateur en ligne, suggère de mettre en œuvre la caisse unique dans un canton pilote avant d'envisager un futur vote sur le sujet. Felix Schneuwly, expert assurance maladie chez Comparis, explique:

«Avec le test d’une caisse unique dans un canton, nous pourrions comparer la situation de monopole à la situation de concurrence des caisses maladie entre elles dans le reste du pays avant de l’introduire précipitamment dans toute la Suisse.»

Il serait important de déterminer si les coûts administratifs d'une caisse unique seraient réellement inférieurs. Par ailleurs, les prestations médicales assurées doivent être les mêmes dans le canton pilote et dans le reste de la Suisse pour garantir une comparaison équitable entre la situation de monopole et celle de concurrence.

En conclusion, il ne resterait aux partisans de la caisse unique plus que de parvenir à prouver que leur solution permet aux Suisses de faire des économies d'au moins 10% sur les primes pour les convaincre de remettre en question le système de santé. Premier élément de réponse ce 9 juin avec les votations fédérales.

A propos de l'enquête
Comparis indique que l’enquête représentative a été réalisée en avril 2024 par l’institut de sondage et d’études de marché Innofact pour le compte de comparis.ch auprès d’un échantillon de 1035 personnes issues de toutes les régions de Suisse.
Le froid s'installe pour un moment en Suisse romande
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Sommet sur l'Ukraine: Berset n'a pas cédé aux demandes de Zelensky
En janvier, la présidente de la Confédération Viola Amherd a promis d'organiser une conférence sur l'Ukraine. Il s'avère désormais que Volodymyr Zelensky n'avait pas réussi à convaincre son prédécesseur, Alain Berset. Le Département des affaires étrangères aurait, lui aussi, freiné des quatre fers en 2023.

L'épouse de Volodymyr Zelensky a sans doute été la première à aborder le sujet. En janvier 2023, Olena Zelenska s'est rendue au World Economic Forum (WEF) à Davos. Elle y a rencontré le président de la Confédération de l'époque, Alain Berset, et lui a remis le plan en dix points pour une paix équitable en Ukraine, appelé «formule de paix», élaboré par le gouvernement ukrainien fin 2022. Et c'est lors de son entretien avec Alain Berset qu'elle aurait évoqué pour la première fois la possibilité d'un sommet de la paix en Suisse.

L’article