dégagé-6°
DE | FR
International
Analyse

Harry et Meghan au couronnement serait une «humiliation totale»

Harry et Meghan au couronnement serait une «humiliation totale»
Maintenant que les remous des mémoires de Harry sont passés, que risque l'institution monarchique?image: keystone
Analyse

Harry a perdu

Au-delà de son succès commercial incontesté, la tornade Harry est passée à côté de son objectif: ébranler l'institution monarchique.
20.01.2023, 18:5621.01.2023, 12:22
Suivez-moi

Le suppléant a marqué l'histoire. Du moins, l'histoire de l'édition. Les mémoires du prince ont été un véritable cataclysme mercantile. Le livre de non-fiction le plus vendu de tous les temps, avec 400 000 exemplaires vendus, tous formats confondus. Et pourtant. Si le but de cet ouvrage brûlant était de mettre le feu à l'imperturbable royauté, c'est raté.

Au niveau institutionnel, rien ne change sous le ciel de Grande-Bretagne et de la Couronne.

Le silence est d’or

La volonté du prince de laver le linge sale familial à la face du monde a peut-être offusqué l'establishment royal, bien protégée au cœur des corridors de Buckingham Palace. A l'extérieur, le silence est d'or. Au blabla princier, le roi Charles et le prince William opposent un mur imperturbable.

Un choix payant, selon le correspondant royal Marc Roche. «Charles et William ne veulent pas entrer dans une polémique. Eux, leur vision s'inscrit sur le long terme.»

«Harry et Meghan, c'est une polémique à court terme»
Marc Roche, correspondant royal à Londres et auteur du livre Les Borgia à Buckingham (2022)

D'autant que, comme le murmurait cette semaine un initié royal au Daily beast: «Le silence est la seule voie qui leur est ouverte. Il a été efficace jusqu'à présent, dans la mesure où l'histoire se calme enfin. Le roi aime sincèrement son fils et souhaite lui garder la porte ouverte. En ne répondant pas, il n'alimente pas l'argument».

«C’est une crise familiale, pas constitutionnelle»
Marc Roche

La popularité d'Harry dégringole, celle de Charles caracole

L'intérêt du public pour ses mémoires a certes été gigantesque, mais cette énième production n'a pas joué en faveur du duc isolé. Au contraire. Sa cote de popularité s'est effondrée au Royaume-Uni, atteignant un sombre record: 24%. C'est encore moins que le prince Andrew, englué dans les scandales sexuels.

Si les critiques ont été acerbes au Royaume-Uni, même aux Etats-Unis, pourtant pétris de tolérance pour le couple en exil et pour les histoires touchantes de dysfonctionnements familiaux, la patience envers les Sussex atteint ses limites.

«On a le sentiment qu'il n'y a qu'un nombre limité de révélations que le public peut supporter»
Sarah Lyal, journaliste au New York times

Accusé de faire son beurre sur le dos des siens, le duc de Sussex est passé à côté de l'opportunité de marquer des points face à la toute puissante Firme. Pour sa part, la famille royale en sort plutôt grandie. Charles et William se juchent en bonne place dans les sondages, avec respectivement 61% et 69%.

Et puis, tout est question de timing. Le livre intervient sans doute trop peu de temps après les funérailles de la reine, un moment historique qui a permis à la royauté de faire rayonner son blason et ses valeurs: discrétion, courage, respect du devoir et de la tradition. Et, évidemment, l'éternelle aptitude à rester stoïque en public, face à un chagrin privé.

Depuis lors, le début de règne de Charles III est un succès, dans un royaume en proie à la déprime et à d'immenses difficultés socio-économiques, rappelle Marc Roche.

«Dans ces circonstances, la monarchie est un roc dans la tempête, auquel les Britanniques s’accrochent»
Marc Roche

Que nous réserve le couronnement?

En ignorant Harry et ses mémoires, la Cour a surtout tenté de concentrer toute l’attention sur le long terme: le 6 mai, jour du couronnement de Charles III, que rien ne doit venir gâcher.

Après les assauts répétés des Sussex, le monde entier spécule sur leur présence ou non lors de l'évènement royal le plus important de l'année. Le roi peut se permettre de se montrer magnanime et de les garder sur la liste des invités. «Le problème n’est pas tant de savoir si Harry sera invité ou non. Il le sera. Le problème est plutôt de savoir si les Sussex vont oser venir», note Marc Roche.

Alors que tous les projecteurs seront braqués sur Charles III et William, le duc et la duchesse de Sussex risquent la pure et simple relégation en troisième zone. Non seulement ils ne figureront pas parmi les working royals, noyau dur de la royauté, mais ils ne compteront même parmi les minor royals, deuxième rang de la monarchie, dont les membres sont encore actifs.

Dans une interview pour la promo de son livre, Harry ne s'est pas engagé à confirmer si Meghan et lui seraient présents. «La balle est dans leur camp», conclut Marc Roche. «Mais je ne pense pas qu’ils viendront. Ce sera une totale humiliation.»

On aime les mariages royaux par ici?

1 / 8
On aime les mariages royaux par ici?
source: ap pa / pa
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le prince Harry veut renouer avec la famille royale dans un entretien "explosif"

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Kadyrov veut s'attaquer à la Pologne
Ramzan Kadyrov, dirigeant de la Tchétchénie, se fait régulièrement remarquer par sa rhétorique agressive. Il propose désormais de prolonger la guerre en Ukraine. La Pologne, membre de l'UE, serait la prochaine cible de la Russie.

Bien que Ramzan Kadyrov ne soit jamais à court de slogans et de déclarations incendiaires, les dernières semaines ont été relativement calmes pour le «chien sanguinaire» de Poutine, au pouvoir en Tchétchénie depuis 2007.

L’article