DE | FR
President Joe Biden walks away from the podium as he speaks during a news conference in the East Room of the White House, Thursday, March 25, 2021, in Washington. (AP Photo/Evan Vucci)
Joe Biden

Première conférence de presse de Joe Biden, jeudi, à Washington Image: ats

Analyse

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Certes, ce n’est que le début. Le plus âgé des locataires de la Maison Blanche de l’histoire ne s’en sort pas si mal. Il n’a pas encore gaffé. Et enchaîne les actions décisives.



C’est peu dire qu’elle était attendue, cette première conférence de presse de la présidence Biden. Il était 13h17, jeudi à Washington, quand Joseph Robinette Biden s’est présenté devant les micros, d’une placidité sotto voce proche de l’effacement, sa marque de fabrique, éprouvée pendant la campagne. Nous avions devant nous un homme concerné, responsable, calme. Archi préparé, déterminé, peut-être avait-il même eu droit à quelques vitamines avant la performance.

En préambule, trois minutes pour se féliciter de la reprise en mains, ou plutôt de la prise en mains, de la catastrophe du Covid, laissée en plan par son prédécesseur, un demi-million d’Américains ont succombé au virus. Et maintenant?

Cent millions d’injections depuis mon arrivée, a dit Biden, bien mieux que l’objectif fixé. Alors doublons les doses, tout en avançant encore les délais.

La campagne de vaccination est la première grande victoire politique du nouveau président américain.

Ceci posé, Biden donna la parole à la trentaine de correspondants à la Maison-Blanche qui avaient été sélectionnés pour être là, à distance réglementaire les uns des autres, dûment masqués. Grandeur de l’Amérique, aucun d’entre eux n’a ciré les pompes du vieil homme, bien au contraire.

Pendant un peu plus d’une heure, ils l’ont soumis à un feu roulant de questions, avant tout sur le sujet qui fâche ces derniers jours: L'immigration latino sur la frontière sud, et ces
15 000 mineurs non-accompagnés parqués dans des camps de rétention, non loin du Rio Grande. Dans des conditions déplorables: ils ne peuvent pas aller plus loin mais le président se refuse pour l’instant à les déporter.

FILE - In this July 8, 2019, file photo, U.S. Immigration and Customs Enforcement (ICE) officers detain a man during an operation in Escondido, Calif. During the Trump administration's final weeks, the Department of Homeland Security quietly signed agreements with at least four states that threaten to temporarily derail President Joe Biden's efforts to undo his predecessor's immigration policies. (AP Photo/Gregory Bull, File)

La situation sur la frontière sud s'est à nouveau tendue ces dernières semaines. Image: AP

Car voilà, Biden n’est pas du genre à construire un mur et fait preuve d’humanisme quand il invite par exemple à se demander «pourquoi ils partent». Une attitude que ses détracteurs républicains interprètent comme un «appel d’air». L’immigration illégale pourrait être la première crise majeure de cette présidence.

«Oui, très probablement»

Joe Biden, surpris mais pas décontenancé, à la question, très américaine, de savoir s'il comptait se représenter en 2024, alors qu'il n'est en place que depuis deux mois.

Appliqué, le président manipulait son carnet à spirales, revenant souvent à ses notes manuscrites. Comme il ne twitte pas compulsivement, et ne parle que quand c’est nécessaire, il n’a pas jugé bon d’en faire des tonnes sur les actions de son administration à J+65.

Pas de gaffe, mais des marches

abspielen

Une montée un peu difficile à bord d'Air Force One Vidéo: YouTube/NBC News

Alors résumons à sa place:

Covid-19

La campagne de vaccination massive est une réussite. Alors qu’il envisageait 100 millions d’injections à son 100e jour à la Maison-Blanche, Biden a annoncé qu’il doublait l’objectif: cap sur les 200 millions d’injections atteintes dans 35 jours.

Economie

L’administration a fait passer devant les deux chambres un plan de relance massif de 1900 milliards de dollars, qui s’inspire directement du New Deal de Roosevelt, le modèle non avoué de Biden. Il profitera d’abord aux infrastructures, dans un triste état. Ponts et chaussées, installations ferroviaires, aéroportuaires: pour qui a arpenté le pays ces dernières années, le constat saute aux yeux. L’Amérique rouille.

«Nous avons encore des conduites d’eau en plomb dans ce pays […] J’ai été élu pour régler des problèmes. Je suis un gars pratique»

Joe Biden, en conférence de presse

Les grands travaux publics annoncés devraient créer des millions d’emplois à moyen terme, les premiers effets se feront sentir cette année déjà. Taux de croissance envisagé en 2021: +6% de PIB.

Le président a aussi indiqué que 100 millions d'Américains avaient déjà reçu un chèque de 1400 dollars, de quoi doper la consommation intérieure. Cette relance «keynésienne» ajoutera sans doute un épisode à la spécialité américaine du cycle boom & bust: quand le pays plonge, il remonte encore plus vite. Avant la prochaine plongée. En ce sens, l'impact du coronavirus n'est pas différent d'un krach économique provoqué par d'autres motifs. On pense par exemple à la crise des subprimes de 2008.

International

Les Etats-Unis sont de retour en Occident. Le mot peut paraître daté, mais sous la présidence précédente, le pays avait rompu tous les équilibres fondés au lendemain de la Seconde guerre mondiale et quitté son orbite naturelle.
La parenthèse est refermée, le partenariat relancé à tous les niveaux, comme en témoigne le passage la semaine dernière au siège de l’OTAN en Belgique du nouveau Secrétaire d’État Anthony Blinken. Washington a également réintégré l’Accord de Paris sur le climat, l’OMS, et occupe à nouveau pleinement sa place dans les instances multilatérales. Les quatre années précédentes ont été effacées en quelques semaines.

Pékin-Moscou

Le ton face au Kremlin s’est durci. Poutine est-il un tueur ? «Oui», a répondu Biden il y a dix jours. Et avec Pékin, aucune détente à l’ordre du jour, sur fond de guerre commerciale.

«La Chine est une menace pour la sécurité mondiale»

Anthony Blinken, Secrétaire d'Etat

L’administration de Sleepy Joe («Joe l’endormi», le sobriquet accolé à Biden par son rival à l’élection présidentielle) ne prend pas de pincettes pour parler aux forts à bras de la scène mondiale, les mêmes que cajolait l’ex-occupant de la Maison Blanche.

Communication

Elle est réduite au strict nécessaire. Biden a attendu 65 jours avant de donner sa première conférence de presse, ce qui est très inhabituel. L’homme ne cause pas, il travaille. Il ne gère pas le pays en twittant depuis un parcours de golf, se montre avare en effets de manches. Hier, pendant sa prestation, sa porte-parole Jennifer (Jenny) Psaki, le surveillait du coin de l’œil, limite inquiète.

epa09090435 Jen Psaki, White House press secretary, speaks during a news conference in the James S. Brady Press Briefing Room at the White House in Washington, DC, USA, on 22 March 2021. US President Joe Biden's economic team at the White House is determined to make good on his campaign pledge to raise taxes on the rich, emboldened by mounting data showing how well America's wealthy did financially during the pandemic.  EPA/Andrew Harrerr / POOL

Jenny Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, un des nouveaux visages de l'administration Biden. Image: sda

Il n’allait pas faire le spectacle, pour sûr, mais sa langue allait-elle fourcher? A part quelques hésitations, ce ne fut pas le cas. So much pour le feu d’artifice, et tant pis pour les médias américains (les audiences sont en baisse): La présidence Biden ne bavarde pas, elle essaie de sortir le pays de l’ornière.

L'assaut du Capitole de janvier dernier en images...

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Nouvelle attaque au Capitole qui réveille le souvenir du 6 janvier

Un policier et un assaillant ont été tués vendredi. Toutefois, l'acte n'est pas lié à l'assaut du Capitole du 6 janvier, mais il a résonné comme tel pour la ville de Washington.

Joe Biden, le président américain, s'est dit «dévasté», vendredi, après la mort d'un policier. Une attaque qui a suscité de vives émotions aux Etats-Unis après celle du Capitole par des partisans de Donald Trump.

L'attaque ne semble pas avoir été menée par un suprémaciste blanc. La police n'a pas révélé l'identité du suspect, qui a brandi un couteau avant d'être abattu. Mais les médias américains ont affirmé qu'il s'agissait de Noah Green, un jeune homme noir âgé de 25 ans.

Ils ont diffusé sa …

Lire l’article
Link zum Artikel