DE | FR
Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Paris insiste: «Il y a un cas de thrombose pour 120 000 personnes, quand on diagnostique environ quatre cas de thrombose pour 10 000 femmes qui prennent la pilule»
Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Paris insiste: «Il y a un cas de thrombose pour 120 000 personnes, quand on diagnostique environ quatre cas de thrombose pour 10 000 femmes qui prennent la pilule»Image: shutterstock

Astrazeneca en ligne de mire depuis le décès d'un étudiant vacciné

Un étudiant en médecine à Nantes est décédé au mois de mars après avoir été vacciné contre le Covid-19 via l'Astrazeneca. Les résultats de son autopsie renforcent le lien entre le vaccin et sa mort.
03.05.2021, 09:1303.05.2021, 10:23

Le vaccin Astrazeneca a-t-il causé la mort du jeune Anthony Rio, âgé de 24 ans? C'est la question que se pose sa famille depuis son décès le 18 mars, soit dix jours après avoir reçu une dose du vaccin. Samedi, l'avocat de la victime et de ses proches a obtenu les résultats de l'autopsie, et les soupçons quant à la responsabilité de l'inoculation se profilent.

Décédé sans antécédents

L'expertise est formelle: elle indique que la cause du décès est une «thrombose abdominale au niveau de la rate avec des caillots très récents». Pour l'avocat d'Anthony, Étienne Bottin, si le rapport ne mentionne pas que l'injection de l'Astrazeneca soit le motif du décès, il élimine cependant d'office plusieurs causes probables.

«Aucun état pathologique antérieur n’a été détecté, la thrombose n’est pas liée à un virus, pas d’inflammation, pas de maladie auto-immune. Aucun antécédent n’explique cette thrombose»
Maître Étienne Bottin, avocat d'Anthony Rio et sa famillermc-bfmtv

Un fait qui selon lui renforce alors «l'hypothèse d'un lien de causalité entre l'injection de l'Astrazeneca et la survenance du décès», a-t-il expliqué à l'AFP.

Tout savoir à propos du vaccin AstraZeneca:

Objectif: rassurer

Avant d'invectiver Astrazeneca, certains médecins tiennent à un rappel à l'ordre. Notamment Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart (Paris), qui a insisté auprès du Parisien sur le fait que: «Sincèrement, l’Astrazeneca est un bon vaccin. Il y a un cas de thrombose pour 120 000 personnes, quand on diagnostique environ quatre cas de thrombose pour 10 000 femmes qui prennent la pilule».

«C’est très malheureux, oui, mais c’est un cas extrêmement rare. Il faut rassurer les populations. Ne pas pouvoir vacciner à l’Astrazeneca en ce moment, c’est une catastrophe»
Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à ClamartAFP

Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres organisations sanitaires internationales ont rappelé ces dernières semaines, concernant ce vaccin, que «le rapport bénéfice-risque n’était pas remis en cause par ces cas de thrombose».

Mais Étienne Bottin maintient sa position. Notamment parce qu'il détient, à ce jour, une quinzaine de cas de personnes décédées en France après avoir été vaccinées à l’Astrazeneca. La majorité étant âgée de «moins de 60 ans». (mndl)

En France, une enquête à propos de la mort d'une assistante sociale de 38 ans est aussi ouverte 👇

Covid : Cinq revendications des jeunes partis

Vidéo: watson

Retour de la neige en Suisse ce 2 mai

1 / 17
Retour de la neige en Suisse ce 2 mai
source: sda / urs flueeler
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le vaccin et le Covid

Les 5 questions que pose le vaccin testé sur les enfants

Link zum Artikel

Ce qu'il faut savoir sur le nouveau vaccin Curevac commandé par la Suisse

Link zum Artikel

Un «super vaccin» suisse pour sauver le monde du Covid-19

Link zum Artikel

Jeunes et vaccin: «Ce n'est pas correct qu'on soit toujours les derniers!»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Femme d'action»: Macron a (enfin!) désigné sa première ministre
Le président français aura su faire monter le suspens avant de dévoiler l'identité de la cheffe de son gouvernement. Ce n'est que la deuxième fois qu'une femme occupe ce fauteuil.

Emmanuel Macron a su faire durer le suspens. Cela fait depuis son élection, il y a trois semaines, que le président français nous fait patienter sur le nom de son ou sa cheffe de gouvernement. La rumeur, elle, tendait vers la nomination d'une femme. C'est désormais chose faite: ce lundi après-midi, le chef de l'Etat a nommé Elisabeth Borne, 61 ans, au poste de Premier ministre. Elle succède à Jean Castex.

L’article