International
Covid-19

Comment le vaccin Astrazeneca divise l'Europe

Comment le vaccin Astrazeneca divise l'Europe

Image
Soupçonné de provoquer des caillots sanguins, le vaccin Astrazeneca est boudé par toujours plus de pays en Europe. Cap sur les camps en présence.
12.03.2021, 17:4514.03.2021, 20:31
Plus de «International»

Plusieurs pays scandinaves ont décidé jeudi à l'unisson de suspendre l'utilisation du vaccin Astrazeneca. Vendredi, la Bulgarie leur a emboîté le pas. Puis l'Irlande dimanche.

Et pourtant, d'autres pays d'Europe ont décidé de maintenir son utilisation coûte que coûte. Mais pourquoi donc ce vaccin divise autant en Europe? Qui est pour, qui est contre? Tour d'horizon.

Ils le suspendent totalement

  1. Le Danemark
  2. L'Islande
  3. La Norvège
  4. La Bulgarie
  5. L'Irlande

Le Danemark est le premier pays à avoir ouvert le bal. Il a été suivi par ses voisins l'Islande et la Norvège. Puis, par la Bulgarie, sur décision de son premier Ministre.

Une décision prise par «mesure de précaution» après avoir enregistré le décès d'une personne qui avait reçu le vaccin, ainsi que d'autres cas graves tels que des troubles de la coagulation.

L'autorité sanitaire danoise a toutefois précisé qu'«à l'heure actuelle», il n'était pas possible d'établir un lien avéré entre le vaccin et les caillots sanguins. Une réévaluation de cette décision est prévue d'ici deux semaines.

Ils le suspendent partiellement

  1. L'Autriche
  2. L'Estonie
  3. La Lituanie
  4. Le Luxembourg
  5. L'Italie

En Autriche, l'annonce du décès d'une infirmière de 49 ans, le 6 mars dernier, a entraîné la suspension des doses provenant du même lot en Estonie, en Lituanie, en Lettonie et au Luxembourg. Livré dans 17 pays, il comprenait un million de vaccins.

Or, selon une enquête préliminaire de l'Agence européenne de médicaments (EMA), il n'existait aucun lien entre le vaccin d'Astrazeneca et le décès survenu en Autriche.

Ce jeudi, c'était au tour de l'Italie de le suspendre partiellement. En cause? Les morts suspectes en Sicile d'un soldat et d'un policier, quelques jours seulement après leur vaccination avec ce même lot.

Ils le maintiennent

2. La France

Pour l'hexagone, il n'y a pour l'heure pas de quoi suspendre les injections. «Le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade», a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran. Et d'ajouter: «sur 5 millions d’Européens, trente ont présenté des troubles de la coagulation».

Des chiffres qui ne sont pas inquiétants selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour cette dernière, il est possible, pour le moment, de poursuivre son utilisation. «Les avantages dépassent les menaces», a-t-indiqué vendredi.

2. Le Royaume-Uni

Le gouvernement britannique n'est lui aussi pas prêt à se passer du vaccin mal aimé. Selon le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson, il est «sûr et efficace». Et d'ajouter: «Lorsque les gens sont invités à se présenter pour le recevoir, ils doivent le faire en toute confiance».

Pour rappel, le pays d'Europe le plus durement touché par la pandémie a déjà vacciné plus de 22 millions de personnes avec une première dose, utilisant pour l'heure uniquement les vaccins Pfizer et Astrazeneca.

AstraZeneca se défend

Le groupe pharmaceutique britannique a affirmé vendredi qu'il n'y avait «aucune preuve de risque aggravé» de caillot sanguin entraîné par son vaccin.

«Les chiffres sur ce type de problème médical sont beaucoup plus faibles chez ceux qui sont vaccinés, comparé à ce qui serait attendu dans la population dans son ensemble», a notamment argumenté le groupe.

Les Helvètes toujours pas concernés
La Confédération, qui a déjà commandé 5,3 millions de doses, n'a toujours pas délivré son feu vert pour le déploiement du vaccin controversé. La principale raison? L'attente de nouvelles données cliniques afin de prouver la sécurité du vaccin.
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Poutine fait tomber des têtes
En l'espace d'un mois, quatre généraux russes ont été arrêtés pour corruption et le ministre de la Défense Choïgou a été destitué.

Le Kremlin sévit. Non pas auprès des opposants, mais auprès de ses propres militaires. En un mois, quatre généraux de haut rang ont été arrêtés. La justice russe les accuse de corruption. Avec Vadim Shamarin, c'est un autre homme important qui a été touché en fin de semaine passée.

L’article