DE | FR
Bild

Le vaccin d'Astrazeneca n'a pas la cote en ce moment. Image: Keystone/shutterstock

Astrazeneca, le vaccin que (presque) toute l'Europe boude

C'est une période compliquée pour Astrazeneca: une dizaine de pays ont déconseillé ou interdit son vaccin aux personnes âgées. Voici où, et pourquoi.



Il était très attendu, à cause de son faible coût. Pourtant, le vaccin d'Astrazeneca n'a pas la cote en ce moment. Depuis fin janvier, pas moins de dix états européens ont émis des restrictions à son égard.

Certains pays ont décidé de ne pas l'administrer aux personnes de moins des 65 (ou 55) ans. D'autres l'ont déconseillé aux aînés. Voici où on en est actuellement:

Les pays qui ont limité la distribution du vaccin

Carte des pays concernés par le vaccin AstraZeneca.

À cette liste s'est ajouté, mardi, le Canada. Même si le vaccin d'Astrazeneca y est autorisé, un comité consultatif l'a déconseillé aux plus de 65 ans.

Pas assez de données

Pourquoi? Tout a commencé fin janvier, lorsque la commission de vaccination allemande annonce que les données disponibles ne permettent pas d'évaluer l'efficacité du vaccin au-delà des personnes de plus de 65 ans.

L'insuffisance de données sur son bon fonctionnement chez les personnes âgées est donc la raison invoquée par tous les états concernés par ces limitations. C'est aussi la position de la Suisse, qui n'a même pas autorisé le vaccin.

Il ne s'agit pas d'une question de dangerosité. L'infectiologue Leïla Belkhir, interviewée par RTBF, explique «que c'est plutôt un principe de précaution, sachant qu'il y a encore des études qui sont en cours dans plusieurs pays».

«Mauvaise publicité»

Ces doutes ont un effet très concret. A cause de cette «mauvaise publicité», le médicament d'Astrazeneca est boudé par les populations en France et en Allemagne, explique La Presse. Ce qui a obligé les autorités à multiplier les messages rassurants, pour éviter de laisser périmer les stocks.

Même le président français Emmanuel Macron s'est impliqué dans la promotion du médicament: «si c’est ce vaccin qui m’est proposé, je le prendrai bien évidemment», a-t-il déclaré.

Le vaccin en dates

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Trois questions que pose l'immunité

Les cas de réinfection au coronavirus questionnent. Font-ils de nous des êtres immunisés? Le point en trois questions.

Les cas avérés de réinfections au coronavirus existent mais restent rares. «Le risque d'être infecté pour les personnes possédant des anticorps est environ de 2 pour 1000 au bout de 6 mois. C'est comme si on était vacciné à plus de 90%», a expliqué mercredi l'infectiologue Valérie d'Acremont dans la matinale de la RTS. Par ailleurs, la quantité d'anticorps reste élevée jusqu'à 11 mois après la date d'infection.

Aussi, les anticorps permettraient d'empêcher de développer une forme grave du …

Lire l’article
Link zum Artikel