DE | FR
Image: shutterstock

Un tiers des rescapés du Covid souffrent de «maladies cérébrales»

Une personne sur trois qui a surmonté le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l'infection. C'est ce qu'indique la plus grosse étude à ce jour sur le bilan mental d'anciens malades du Covid.
07.04.2021, 11:1107.04.2021, 18:13

Les dossiers électroniques de santé de 236 379 patients atteints de Covid-19, principalement aux États-Unis, ont permis de faire la lumière sur ce sujet sensible. Parmi eux, 34% ont eu un diagnostic de maladie neurologique ou psychiatrique six mois après l'infection. Plus précisément, de l'anxiété (17%) et des troubles de l'humeur (14%) qui étaient les diagnostics les plus fréquents, selon l'étude, parue mardi dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry.

L'incidence des atteintes neurologiques telles que les hémorragies cérébrales (0.6%), les accidents vasculaires cérébraux (2.1%) ou la démence (0.7%) était quant à elle globalement plus faible, mais 44% plus élevée que chez les patients atteints d'une grippe et également 16% plus élevée que chez ceux souffrant d'infections respiratoires.

Le Covid-19, une «maladie du cerveau»?

Maxime Taquet, le professeur de l'Université d'Oxford, co-auteur de l'étude, explique que les risques d'une infection au Covid-19 ne couvrent pas tout le spectre des maladies neurologiques. Pour cause, «seuls deux résultats négatifs étaient liés au Parkinsonisme et au syndrome de Guillain-Barré».

En revanche, comme l'explique le professeur Paul Harrison, auteur principal de l'étude, l'effet de la plupart de ces «maladies du cerveau» peut être tout aussi «considérable», notamment pour les systèmes de santé. Ce, en raison de l'ampleur de la pandémie. D'autant que beaucoup de ces troubles sont «chroniques», argue-t-il, plaidant pour doter de ressources les systèmes de santé «pour faire face aux besoins».

«Le stress psychologique, les séjours plus longs à l'hôpital et les caractéristiques de la maladie elle-même peuvent jouer un rôle dans ces troubles»
Maxime Taquet, professeur de l'Université d'Oxford, co-auteur de l'étude sur CNN

Le fardeau à long terme du Covid-19

Le risque de développer des troubles à long terme est accru chez les patients hospitalisés pour Covid-19 sévère. Ainsi, près de la moitié de ces derniers (46%) ont eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques.

Près de 7% des patients qui avaient été en réanimation ont fait un AVC ultérieur, 2,7% une hémorragie cérébrale et près de 2% ont développé une démence, contre respectivement 1,3%, 0,3% et 0,4% de ceux non hospitalisés.

Les personnes étudiées ont probablement été plus gravement touchées que dans la population générale, notent, toutefois, les auteurs en évoquant celles, nombreuses, qui ne vont pas consulter pour des symptômes légers ou inexistants. (ats/mndl)

Une autre enquête datant de mars allait déjà dans le sens de cette étude

En Suisse, les autotests Covid sont enfin disponibles. On en a essayé un, en vidéo, pour vous

Vidéo: watson

Sinon, dans l'Arkansas il y a eu une manifestation en soutien aux personnes transgenres

1 / 8
Transgenres
source: shutterstock / shutterstock
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Va te faire foutre Hanouna»: Jawad dans TPMP, ça ne passe pas
C'est une histoire courte. «Touche pas à mon poste» annonce sur Twitter la venue de Jawad Bendaoud lundi soir en direct. Quelques minutes plus tard, sa présence est annulée. Entre les deux? L'émoi et le dégoût. Récit éclair.

C'est l'histoire d'un «logeur» délogé à la vitesse de la lumière. Jawad Bendaoud, autoproclamé «logeur de djihadistes» et célèbre (puis condamné) pour avoir loué un squat pour 150 euros la nuit à deux terroristes durant les attentats du 13 novembre 2015, aurait dû s'exprimer pour la première fois chez Cyril Hanouna. Lundi soir. En direct. Mais l'annonce publiée par Touche pas à mon poste (TPMP) sur Twitter a suscité un tel émoi que, quelques minutes plus tard, sa venue a été purement et simplement annulée.

L’article