DE | FR
Bild

Le PDG d'Apple, Tim Cook (gauche), et Donald Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche en 2019.

Trump a forcé Apple à révéler secrètement les données des démocrates

Des membres de haut rang de la commission du renseignement de la Chambre des représentants et leurs familles ont été pris pour cible par le président américain de l'époque, en raison d'une fuite.



Le ministère américain de la Justice a contraint Apple à remettre les données personnelles de politiciens de haut rang, de leur personnel et de leur famille. Les membres de la commission du renseignement de la Chambre des représentants ont été touchés. Des événements qui se sont produits pendant la présidence de Donald Trump.

Les révélations proviennent du New York Times. L'une des sources des journalistes a insisté sur le fait qu'Apple n'avait fourni que des métadonnées, et non des photos ou le contenu des e-mails. Ces métadonnées peuvent être, par exemple, les détails des appels téléphoniques passés, tels que l'heure et la durée de l'appel.

Le fait est que les métadonnées révèlent beaucoup de choses, rapporte le journal The Verge:

«Vous pouvez en apprendre beaucoup en sachant où, quand et avec qui une personne donnée parle, surtout si vous combinez cela avec d'autres informations.»

Apple a été légalement contraint de remettre les métadonnées d'au moins deux membres démocrates de la commission du renseignement, dont son président actuel, Adam Schiff, et Eric Swalwell, un autre membre du congrès, qui affirmait avoir été informé du fait que ses données étaient concernées. De même, les métadonnées d'une douzaine de personnes associées au comité sont concernées, dont des membres de la famille et au moins un enfant.

Comment cela a été possible?

The Verge rappelle que le Département de la justice, sous Trump, a secrètement saisi les enregistrements téléphoniques de journalistes travaillant pour le New York Times, CNN et le Washington Post. Ceci, dans l'espoir de révéler leurs sources et d'arrêter les fuites. Des révélations qui ont déclenché des critiques, selon lesquelles le gouvernement s'immisçait dans les libertés de la presse.

À l'époque, et en raison de cette enquête en cours, Apple n'était pas autorisé à informer le public de la divulgation des données. Ceci, en raison d'une ordonnance dite «gag order» (ordonnance «de baillon»). Le New York Times commente:

«Les ordonnances de bâillon et les saisies de documents montrent l'agressivité avec laquelle l'Administration Trump a poursuivi les enquêtes, alors que Donald Trump a déclaré la guerre aux médias.»

A cette époque (et encore maintenant d'ailleurs), il accusait régulièrement les médias et leurs sources de divulguer des informations préjudiciables à son sujet, y compris Schiff et James B. Comey, l'ancien directeur du FBI, sur lequel les procureurs américains de l'époque se sont concentrés.

The Verge explique que la seule raison pour laquelle le public en prend connaissance aujourd'hui est que le système judiciaire américain, sous l'Administration Joe Biden, a décidé de divulguer les citations à comparaître et le fameux ordre de bâillonnement à la presse.

Apple n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire, selon les médias américains. (dsc, avec jah)

Adapté en partie de l'allemand par jah, le texte original ici

Trump vous énerve? détendez-vous avec le premier café à chats de Suisse qui a ouvert à Zurich 😍

1 / 8
Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Israël bombarde la bande de Gaza en réponse à des ballons incendiaires

Link zum Artikel

Les jours du bancomat sont (presque) comptés en Suisse

Les automates à billets ne sont plus rentables. Comme les gens paient de moins en moins en cash, les coûts de maintenance explosent. Ce changement de mœurs va bientôt avoir des conséquences bien visibles.

Mauvaise nouvelle pour les nostalgiques du cash. Dans les prochains cinq à sept ans, il faut s'attendre à la disparition de près de la moitié des bancomats du pays. C'est ce qu'estime SIX, l'opérateur de l’infrastructure du marché financier helvétique, cité dans 24 heures.

Ils passeraient ainsi d’environ 7000 actuellement à quelque 4200, voire 3500.

La raison? Les coûts très élevés de ce type d'infrastructures, qui comprennent l’acquisition et la maintenance des bancomats, les transports de …

Lire l’article
Link zum Artikel