International
Donald Trump

Donald Trump endormi au tribunal: «Ça arrive aussi en Suisse»

L'attaque de paupières de Donald Trump au tribunal ce lundi a fait ricaner les réseaux sociaux, mais les sommes en plein audience seraient plus fréquentes qu'on ne le pense, selon des expert ...
La petite sieste de Donald Trump ce lundi au tribunal fait copieusement ricaner, mais les coups de barre ne seraient pas si exceptionnels que ça, selon des connaisseurs.watson/getty

«J'ai vu un juge suisse dormir au Tribunal»

Donald Trump qui pique du nez sur le banc des accusés? L'affaire a provoqué l'hilarité des journalistes américains. Pourtant, au tribunal, une attaque de paupières est loin d'être rarissime. Témoignages d'habitués du barreau.
18.04.2024, 18:4730.04.2024, 10:57
Suivez-moi
Plus de «International»

Faire l'objet de 34 actes d'accusation, risquer dix ans de taule, tout en aspirant à diriger le monde libre? La perspective a de quoi causer quelques nuits blanches. Pas étonnant que Donald Trump, alors que son procès pénal historique s'ouvrait ce lundi à Manhattan, ait profité de la sélection des jurés pour rattraper quelques heures de sommeil. On précise: aurait profité. Car, en fait, nous n'en savons rien. La «rumeur» est partie d'une chroniqueuse judiciaire du New York Times, assise dans la salle d'audience.

«L’ancien président (...) semblait également s’endormir, la bouche ouverte et la tête baissée, avant de se réveiller en sursaut»
La description de Maggie Haberman, dans le New York Times, ce 15 avril.

Une suggestion aussitôt balayée par l'intéressé. Toutefois, Donald Trump ne devrait pas avoir honte. Il serait loin d'être le premier à céder à un roupillon, entre deux plaidoiries.

L'inévitable attaque de paupières

Fermez les yeux, imaginez: rester assis des heures, des jours, des semaines durant, bercé par le seul marmonnement de notions juridiques obscures, d'interrogatoires pointilleux et de témoignages parfois barbants, auxquels vous ne pouvez pas participer. Tout ça dans l'atmosphère chaude, austère et pesante d'une salle d'audience. Vous ne sentez pas déjà vos paupières qui picotent?

«Pour la défense de Trump, ce n'est pas facile», concède Shan Wu, un ancien procureur fédéral américain, dans un éditorial pour le Daily Beast. «Les jurés s'assoupissent souvent à cause de l'ennui, de la chaleur et de l'hypoglycémie. Cette dernière affecte tout le monde dans la salle d'audience.» Tout le monde, aussi bien les jurés que les juges. Si bien que, selon l'expert juridique, ceux-ci feraient exprès de concentrer les interactions autour du déjeuner.

«Si vous observez un jury après le déjeuner, vous verrez tous les effets de l'insuline sur l'éveil»
Shan Wu, ancien procureur fédéral et chroniqueur pour le Daily Beast.

Les effets d'un copieux repas de midi, le juge neuchâtelois Laurent Margot les connait. Il en a déjà été une potentielle victime. «M'endormir, non. Mais en tant que président, j'ai connu de longs moments d'ennui», nous confesse-t-il. «Cela dépend du moment du procès. Lorsqu’on interroge le prévenu ou des témoins, pas de problème. On est sous adrénaline. En revanche, au moment du réquisitoire ou des plaidoiries, c’est plus dangereux. Surtout juste après le repas!»

«A l'époque de la Cour d'assises, juges et jurés allaient dîner tous ensemble au restaurant. Un repas toujours assez copieux. Après ça, la reprise l'après-midi était dangereuse»
Laurent Margot, président juge au Tribunal régional.

Le juge frissonne à l'évocation des longues robes noires, fermées par une grande collerette, obligatoires dans certains tribunaux: «La chaleur, on la prend de plein fouet.»

Les subtilités du système suisse

A la différence du système judiciaire américain, la Suisse n'a plus de jurés depuis 2011. Au grand soulagement du juge neuchâtelois Laurent Margot, libéré des repas au restaurant. Il n'a plus vécu ces «moments de danger» depuis des années. «Aujourd'hui, nous sommes trois juges professionnels. A la pause de midi, quand il y en a, on se contente de croquer un truc dans un bureau. On continue de discuter, on boit un café. Ce qui ne veut pas dire que nous sommes des sur-hommes ou des sur-femmes. Personne n'est à l'abri.»

Autre différence notable par rapport au système américain? La durée du procès. S'ils s'étalent sur des semaines de l'autre côté de l'Atlantique, ils ne durent que quelques jours maximum chez nous. Entre une demi-journée et une journée complète, dans l'écrasante majorité des cas. «Pas le temps de s'endormir!» confirme à watson un procureur ayant requis l'anonymat pour évoquer ces siestes impromptues.

Pas de jurés ni de longues heures de témoignages... Ce qui n'empêche pas quelques incidents. Même en Suisse.

«J’ai vécu des expériences de jurés qui s’endorment. Ce sont ses ronflements qui m’ont fait m’apercevoir que la personne s'était endormie»
Le juge Laurent Margot.

«Cela m’est arrivé de voir un des trois juges piquer du nez. Je crois que ça avait été relevé dans la presse», se souvient pour sa part le procureur. Sans oublier cet épisode rapporté par Le Temps en 2019, lorsqu'une juge genevoise avait été réveillée en plein procès pour meurtre. La cour avait décidé d'ajourner les débats.

Une stratégie?

Dans le cas de Donald Trump, la «sieste» présumée n'aura aucune incidence juridique. «Si le juge s’endort, on peut demander la récusation du procès, parce qu’il doit rendre une décision, rappelle le juge Margot. Mais si le prévenu s’endort, ça ne change rien.»

«Le choix des jurés est un processus horriblement long et technique. Le prévenu n’a rien à faire»
Laurent Margot.

Au contraire, il voit même dans la sieste de Trump une dimension stratégique. Une façon de renvoyer une impression de calme, d'indifférence. «Peut-être fait-il un peu exprès pour montrer qu'il reste calme. Tout cela ne le touche pas, c’est une erreur et il n’a rien à faire là», suggère le juge.

«Je crois plutôt au sommeil feint», abonde l'avocat Marc Bonnant. Nous ne résistons pas au plaisir de demander au ténor du barreau genevois si, lui aussi, a connu des moments de faiblesses. «Oh, je crois que c'est plutôt le cas des gens obligés de m'écouter», glousse-t-il.

«Dans le cas de Donald Trump, ses yeux clos nous déroutent. Il semble nous dire: 'Causez toujours, et instructionnez'»
Marc Bonnant, avocat genevois.

Une stratégie risquée, pour le républicain qui s'est toujours vanté de ne dormir que «trois ou quatre heures par nuit» et qui affuble son adversaire du doux surnom de «Sleepy Joe». Sans oublier que l'accusé est âgé de 77 ans, traîne un certain embonpoint et un rythme de vie usant. Donald Trump n'est pas souvent plongé dans un environnement sur lequel il n'a aucune prise. Ni accès à son Coca Light à gogo.

NEW YORK, NEW YORK - APRIL 16: Former U.S. President Donald Trump attends jury selection with his attorneys Todd Blanche (L) and Emil Bove on the second day of his trial for allegedly covering up hush ...
Qu'il ait cédé au sommeil ou non ce lundi, Donald Trump va devoir s'accrocher ces prochains mois.Getty Images North America

Quel que soit son manque de sommeil, Donald Trump va devoir s'accrocher. Il lui reste encore six à huit semaines de coups de barre à la barre. Une perspective presque aussi assommante qu'un après-midi de plaidoiries le ventre plein.

Trump se déclare le 47e président en jouant au golf
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La police perquisitionne le domicile de l'assaillant de Robert Fico
Le domicile de l'assaillant présumé du Premier ministre slovaque Robert Fico a été perquisitionné. Quand au politicien, il est encore dans un état très faible et a subi deux opérations en deux jours.

La police slovaque a perquisitionné vendredi le domicile de l'homme accusé d'avoir grièvement blessé par balles le Premier ministre Robert Fico. Ce dernier est toujours hospitalisé dans un état grave, ont rapporté les médias locaux.

L’article