DE | FR

Entre exécutions et armes de guerre, Amnesty s'alarme en Birmanie

epa09065373 Supporters of democracy in Myanmar make preparations during a candle light vigil in Kuala Lumpur, Malaysia, 10 March 2021. Anti-coup protests continue in Myanmar amid intensifying violent crackdowns on demonstrators by security forces.  EPA/AHMAD YUSNI

Au moins 60 civils ont été tués et près de 2 000 personnes arrêtées depuis le 1er février Image: sda

Amnesty International dénonce les dérives de la junte militaire en Birmanie, à l'origine du coup d'État du 1er février. L'ONG pointe notamment le recours à des armes de guerre contre les manifestants pro-démocratie.



L'organisation de défense des droits fondamentaux a expliqué avoir analysé 55 vidéos montrant que «la force létale est utilisée de manière planifiée, préméditée et coordonnée» par l'armée birmane.

«Des commandants impénitents déjà impliqués dans des crimes contre l'humanité qui déploient leurs troupes et méthodes meurtrières au grand jour»

Joanne Mariner, directrice de la gestion de crise chez Amnesty

Un mépris flagrant pour la vie humaine

Une vidéo publiée sur Facebook le 28 février, montre un soldat donner son fusil à un policier se trouvant à ses côtés. Ce dernier vise et tire, semblant provoquer une réaction de joie parmi les forces de l'ordre présentes. Amnesty y voit «non seulement un mépris flagrant pour la vie humaine [...] mais aussi une coordination délibérée parmi les forces de sécurité».

Tom Andrews, rapporteur officiel des Nations Unis, dénonce les arrestations massives de manifestants par les forces de l'ordre en Birmanie.

L'organisation dénonce aussi des «exécutions extrajudiciaires» comme celle d'un homme remis à un groupe de forces de l'ordre. Selon l'enregistrement du 3 mars publié sur Twitter, il est abattu alors qu'il ne semble pas opposer de résistance.

FILE - In this March 6, 2021, file photo, riot police officers hold down a protester as they disperse protesters in Tharkata Township on the outskirts of Yangon, Myanmar. The plentiful and unsettling imagery from protests, filmed by participants on the ground and uploaded, is bringing protests and crackdowns to millions of handheld devices almost immediately. (AP Photo/File)

Un manifestant est battu par des policiers en marge d'un rassemblement près de Rangoun. Image: sda

Mercredi soir, Amnesty a exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à intervenir face à des preuves de «violence contre des manifestants pacifiques, incluant des femmes, des jeunes et des enfants». Dans sa deuxième déclaration en un mois, le Conseil ne reprend cependant pas le terme de «coup d'Etat» ni ne mentionne la possibilité de sanctions internationales si la répression se prolonge.

Une vidéo amateur montre un homme touché par balle lors de manifestations en Birmanie

Au moins 60 civils ont été tués et près de 2000 personnes arrêtées depuis le 1er février, d'après l'association d'assistance aux prisonniers politiques. (ats/afp/ga)

Plus d'articles sur la Birmanie

L'armée tue 38 manifestants en une journée en Birmanie

Link zum Artikel

Vers un embargo des ventes d'armes en Birmanie?

Link zum Artikel

Facebook soutient la démocratie en Birmanie

Link zum Artikel

En Birmanie, l'armée assiège les manifestants et fouille les maisons

Link zum Artikel

Vers un embargo des ventes d'armes en Birmanie?

Cent trente-sept organisations non gouvernementales issues de 31 pays ont réclamé, mercredi dans une lettre ouverte au Conseil de sécurité de l'ONU, l'imposition en urgence d'un embargo sur les armes à l'égard de la Birmanie.

Cent trente-sept organisations non gouvernementales issues de 31 pays ont réclamé mercredi dans une lettre ouverte au Conseil de sécurité de l'Onu l'imposition en urgence d'un embargo sur les armes à l'égard de la Birmanie. Il faut «dissuader la junte de commettre de nouveaux abus», écrivent-elles.

«Les gouvernements qui permettent l'acheminement d'armes en Birmanie, incluant la Chine, l'Inde, Israël, la Corée du Nord, les Philippines, la Russie et l'Ukraine, doivent immédiatement arrêter …

Lire l’article
Link zum Artikel