ciel couvert
DE | FR
International
enquête

Comment Baldwin a-t-il pu tuer avec un faux flingue?

Mais comment Alec Baldwin a-t-il pu tuer quelqu'un avec un faux flingue? watson/slate
Il est probable que l'arme avec laquelle Alec Baldwin a fait feu ait été un revolver des plus réelsImage: Alec Baldwin dans «Pixie» (2020)
enquête

Comment Alec Baldwin a-t-il pu tuer avec une arme factice?

Même avec une balle dit «à blanc», un flingue reste un flingue. Le célèbre acteur américain l'a appris à ses dépens ce vendredi, mais comment diable est-ce possible?
22.10.2021, 11:2422.10.2021, 22:55
Thomas Burgel / slate
Plus de «International»
Un article de Slate
Slate

Stupeur dans la nuit du 22 octobre, aux heures françaises: le monde découvrait, horrifié, qu'Alec Baldwin avait tué Halyna Hutchins, directrice de la photographie du film qu'il est en train de tourner au Nouveau-Mexique, «Rust», ainsi que grièvement blessé Joel Souza, son réalisateur.

Baldwin a immédiatement été entendu par la police du cru, et les médias américains parlent d'un accident de tournage dû à une arme factice («prop gun» en anglais) chargée à blanc, comme il a pu s'en produire par le passé. L'exemple le plus fameux reste celui de la mort de Brandon Lee, fils de Bruce, lors du tournage de «The Crow» en 1993.

Mais comment diable est-il possible de tuer quelqu'un avec une arme factice et des balles à blanc, sur le tournage a priori très sécurisé d'un film hollywoodien? C'est ce que tente d'expliquer le journaliste Ross A. Lincoln dans The Wrap.

Un revolver des plus réels

Le journaliste rappelle d'abord que toutes les armes factices ne le sont pas forcément. Le désir de «verisimilitude» de nombreux réalisateurs les pousse à faire utiliser aux acteurs des armes réelles, dont la représentation physique (poids, taille, matière) est donc fidèle à la réalité, à l'inverse de celle d'une arme-jouet ou d'un accessoire créé pour l'occasion.

Il est donc probable, sinon certain, que l'arme avec laquelle Alec Baldwin a semble-t-il fait feu ait été un revolver des plus réels: comme le rappelle Ross A. Lincoln, une arme reste une arme, fusse-t-elle étroitement surveillée par un professionnel, et peut donc faire les dégâts que l'on imagine.

Une balle à blanc, comment ça marche?

Ledit flingue était, en revanche et a priori, chargé à blanc. Là encore, The Wrap entre dans les détails pour expliquer ce qu'est réellement une balle à blanc. Une munition normale de revolver, ou une cartouche dans le cas d'un fusil, est un petit obus constitué d'une amorce, d'une douille contenant la poudre (la charge propulsive) et, à sa tête, du ou des projectiles à proprement parler.

Lorsque le coup est déclenché, l'amorce fait exploser la poudre, qui elle-même propulse à très haute vitesse le projectile vers sa cible. Dans le cas d'une balle à blanc, le principe est exactement le même mais le projectile est retiré puis remplacé par une matière, comme du papier ou de la cire par exemple, chargée de contenir la poudre et de permettre l'explosion.

Lors d'un tir, cette dernière a bien lieu, un gaz à haute température est créé, l'arme produit un son et un éclair lumineux réalistes, la douille est éjectée de l'arme, mais nul objet létal n'est supposé en être propulsé. Du moins quand tout se passe normalement, ce qui ne fut semble-t-il pas le cas ici.

Enquête en cours

The Wrap explique que la seule explosion d'une balle à blanc est suffisamment violente pour causer d'importants dégâts, et ce, bien qu'aucun projectile réel ne soit expulsé du canon. «Tout ce qui est proche de l'arme est en danger», écrit Ross A. Lincoln: même à blanc et de la même manière qu'un revolver reste un revolver, une balle à blanc reste avant tout une balle.

Le média américain ajoute, en outre, que si le tir est effectué à courte portée, la matière (bien que molle) remplaçant le projectile peut provoquer de sérieux dommages -«plaisantant» avec une roulette russe à blanc, l'acteur Jon-Erik Hexum en est mort en 1984 lors du tournage d'«Espion modèle» («Cover Up»).

Une enquête est en cours quant au drame ayant impliqué Alec Baldwin. Elle seule pourra déterminer ce qui a réellement déraillé avec cet accessoire qui n'en était pas un. Incompétence de l'équipe chargée de gérer les armes du film, imprudence de l'acteur avec son vrai-faux flingue, accident technique avec la munition, sabotage... Tout est possible avec une arme hollywoodienne, même de véritables morts.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Battle: pour ou contre le cordon de téléphone?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici pourquoi autant d'avions russes se font dégommer en ce moment
Au sol, l'Ukraine se bat désespérément contre l'assaut des unités russes, mais dans les airs, les défenseurs ukrainiens touchent des cibles importantes.

Depuis la défaite d'Avdiïvka, la guerre au sol continue de mal se dérouler pour l'Ukraine: lundi matin, l'état-major a dû admettre l'évacuation d'un nouveau village devant l'avancée des troupes russes. Après le retrait de Lastotchkyné, à l'ouest d'Avdiïvka, l'armée tentera de maintenir la ligne de front derrière le village, comme l'a annoncé un porte-parole militaire à la télévision ukrainienne.

L’article