International
Espace

Grand succès pour la fusée Ariane 6, malgré une «petite déception»

Grand succès pour la fusée Ariane 6, malgré une «petite déception»

Décollage champ large, le 09/07/2024. | Wide view lift-off. 07/09/2024.
Si Ariane 6 a réussi à mettre en orbite les micro-satellites qu'elle transportait, marquant le succès du vol inaugural de la nouvelle fusée, la mission s'est cependant achevée par l'échec de la rentrée atmosphérique de l'étage supérieur.
10.07.2024, 08:10
Plus de «International»

«C'est un jour historique pour l'ESA et pour l'Europe», a salué le directeur général de l'agence spatiale européenne (ESA) Joseph Aschbacher, tandis que pour son homologue du centre national d'études spatiales (CNES) français, Philippe Baptiste, «l'Europe est de retour».

Le tir marque le retour à un accès autonome de l'Europe à l'espace, mais la mission n'a pas été parfaite en fin de vol, la fusée ayant dévié de sa trajectoire. La rentrée dans l'atmosphère de l'étage supérieur qui devait retomber dans le Pacifique loin de toute terre habitée, ne s'est pas opérée.

Intense soulagement

Cette «anomalie» n'efface pas le soulagement des responsables européens du spatial devant le succès de l'objectif premier: être capable de mettre en orbite des satellites.

«C'est un grand succès malgré la petite déception»
Walther Pelzer, le patron du DLR, l'agence spatiale allemande, deuxième contributeur après la France du programme Ariane 6.

Dans la salle Jupiter, tour de contrôle de la mission située à 17 kilomètres du pas de tir à Kourou en Guyane française, l'angoisse de l'éventuel échec d'un vol attendu depuis quatre ans a rapidement laissé place au soulagement et aux applaudissements.

Décollage depuis le site d'observation Mont Venus le 09/07/2024. | Lift-off from the Mont venus. 07/09/2024.
Décollage depuis le site d'observation Mont Venus.

«Propulsion nominale, trajectoire conforme à l'attendu», a annoncé le directeur des opérations, Raymond Boyce, avant que l'étage supérieur s'allume. «Pilotage calme», a-t-il ensuite affirmé à plusieurs reprises.

Malgré les nombreux essais au sol et simulations effectués depuis des mois, il demeurait une part de risque: historiquement, près de la moitié des premiers lancements de fusées dans le monde ont été des échecs, comme en 1996 pour la première Ariane 5, qui n'a pourtant connu que deux échecs en 117 tirs.

Un moteur rallumable

Pour éviter la perte éventuelle de précieux satellites commerciaux, la fusée, dont la mise au point a eu quatre ans de retard, emportait une dizaine de micro-satellites d'universités. Elle transportait également deux capsules de rentrée atmosphérique qui devaient être larguées en fin de mission afin de préparer le cargo de fret spatial dont l'ESA veut se doter. La déviation de la fusée de sa trajectoire en fin de vol ne l'a pas permis.

Décidée en 2014, Ariane 6 pourra aussi bien placer des satellites en orbite géostationnaire, à 36 000 kilomètres d'altitude, comme Ariane 5, que mettre en orbite des constellations à quelques centaines de kilomètres de la Terre. Pour ça, l'étage supérieur de la fusée dispose du moteur rallumable Vinci, la principale innovation du lanceur. Au cours du vol, le Vinci a été allumé avec succès à deux reprises pour amener l'étage supérieur à l'endroit où il a largué les «cubesats».

Mais son troisième allumage qui devait permettre la rentrée dans l'atmosphère n'a pas pu avoir lieu en raison de l'extinction non expliquée à ce stade du groupe auxiliaire de puissance (APU) de l'étage supérieur, un petit moteur qui sert à ajuster la trajectoire, a expliqué Martin Sion, le patron du constructeur de la fusée, Arianegroup. Cette ultime phase de la mission en «microgravité ne pouvait pas être testée au sol», a-t-il plaidé.

Deuxième vol en fin d'année

Ce vol d'Ariane 6 était stratégique pour les Européens qui veulent continuer à exister face au géant américain SpaceX qui lance ses fusées réutilisables Falcon 9 environ deux fois par semaine.

Depuis le dernier vol d'Ariane 5 il y a un an, les Européens ne pouvaient plus mettre en orbite par eux-mêmes un satellite. Et depuis l'invasion de l'Ukraine, ils n'ont plus accès au lanceur moyen russe Soyouz, tiré pendant dix ans de la Guyane, et l'autre fusée européenne Vega-C est clouée au sol depuis fin 2022 après un accident.

Après ce premier vol, il faudra plusieurs mois pour analyser les données transmises par les multiples capteurs du lanceur. Le problème rencontré en fin de mission ne remet pas en cause le premier lancement «opérationnel» en fin d'année avec le satellite d'observation militaire français CSO-3, a assuré Stéphane Israël, patron d'Arianepace, qui va exploiter le lanceur.

L'enjeu sera ensuite de réussir la montée en cadence des vols: six prévus sont prévus 2025 et huit l'année suivante. Ariane 6 affiche 29 vols dans son carnet de commandes. (mbr/ats)

Un Euro-Mir miniature
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des pluies torrentielles en Chine causent des morts
Depuis mardi, de violentes intempéries frappent le nord et le centre de la Chine, provoquant inondations et destructions.

Des pluies torrentielles en Chine ont fait au moins 20 morts et des dizaines de disparus, notamment dans l'effondrement d'un pont.

L’article