DE | FR
University students observe one minute silence to mourn those killed in the 1989 Tiananmen crackdown, in front of the

Image: AP

Commémoration de Tiananmen: la Chine censure même les emojis

En plus d'interdire la veillée de commémoration de Tiananmen pour la deuxième année consécutive, la Chine censure les emojis qui pourraient être associés à cette journée.



Ce vendredi 4 juin marque le 32e anniversaire de la répression brutale du gouvernement chinois contre les manifestants pro-démocratie à Pékin.

Et, comme chaque année, cette commémoration est vue d'un très mauvaise oeil par les autorités chinoises. Photos, chiffres, mots: en Chine, toute référence à la répression est expurgée d'internet. Mais cette année, la censure est montée d'un cran. Tous les emojis potentiellement associés à cette journée - tels que les gâteaux ou les bougies - ont été retirés le 3 juin de Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, rapporte Insider.

Leader pro-démocratie arrêtée

Dans le monde réel, la censure est tout aussi palpable. Ainsi, une figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, Chow Hang-tun, a été interpellée vendredi matin. Quatre personnes, présentées comme étant des policiers en civil, ont procédé à son arrestation.

Cette avocate de 37 ans est l'une des vice-présidentes de l'alliance Hong Kong, qui organise une grande veillée avec des bougies dans le parc Victoria, chaque 4 juin, en souvenir des victimes de la répression sanglante de la place Tiananmen, à Pékin, le 4 juin 1989.

Veillée interdite

La veillée de commémoration a été interdite, pour la deuxième année consécutive, par la police à Hong Kong. Les autorités ont invoqué les restrictions liées à la pandémie, même si la ville n'a enregistré aucun cas de contamination locale en plus d'un mois.

Après cette interdiction, l'alliance Hong Kong avait annoncé qu'elle n'organiserait pas la veillée. Chow Hang-tun avait, en revanche, indiqué à la presse qu'elle prévoyait de se rendre au parc Victoria vendredi soir, à titre personnel.

Hommage des Etats-Unis

Pendant des décennies, Hong Kong et Macao furent les seuls endroits de Chine où l'on commémorait le 4 juin l'intervention sanglante de l'armée chinoise contre le mouvement social et étudiant de 1989 à Pékin.

Comme chaque année, Washington a salué, jeudi, la mémoire des manifestants chinois tués lors du massacre de Tiananmen.

«Les Etats-Unis continueront de se tenir au côté du peuple de Chine qui demande à son gouvernement de respecter les droits fondamentaux universels»

Antony Blinken, secrétaire d'Etat américain

Le secrétaire d'Etat américain a aussi appelé la Chine à «la transparence» et à fournir «un bilan complet de tous ceux tués, détenus ou disparus» lors de la répression de la place Tiananmen, qui a fait des centaines, voire plus d'un millier de morts. (ats/hkr)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Genève humanitaire se mobilise pour libérer Julian Assange

Plusieurs personnalités publiques se mobilisent aujourd'hui à Genève, en faveur du fondateur de Wikileaks. Il risque 175 ans de prison aux Etats-Unis pour avoir diffusé des informations classifiées.

Depuis 2010, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, vit sous la menace d'une extradition aux Etats-Unis, où il risque 175 ans de prison. Pourquoi? Car son site a diffusé, à l'échelle internationale, des documents attestant des bavures et des crimes infligés par l'armée américaine, engagée dans ses guerres d'Irak et d'Afghanistan.

Aujourd'hui, à Genève, une dizaine de personnalités, dont le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, et la maire de la ville, Frédérique Perler, …

Lire l’article
Link zum Artikel