International
Etats-Unis

Cette tragique prise d'otage a tout changé pour Poutine

People carry the coffin with the body of Madina Sozanova, killed in a hostage taking crisis during the funerals in Beslan, North Ossetia, Monday 06 September 2004. 335 people died in a hostage taking  ...
Des personnes portent le cercueil d'une personne tuée lors d'une prise d'otages à Beslan, en Ossétie du Nord, le lundi 6 septembre 2004.Image: keystone

Cette tragique prise d'otage a tout changé pour Vladimir Poutine

Le président russe se serait senti «abandonné» par les Etats-Unis après l'attaque terroriste contre une école de Beslan, en septembre 2004. C'est ce qu'écrit un ancien conseiller du président américain de l'époque, George W. Bush.
16.03.2023, 06:08
Renzo Ruf, Washington / ch media
Plus de «International»

La fracture entre la Russie et l'Occident n'a pas été causée par l'élargissement de l'Otan à l'Est, affirme l'éditorialiste David Ignatius, qui travaille pour le Washington Post. L'événement déclencheur serait le manque de volonté des Etats-Unis d'aider le Kremlin dans la lutte contre le terrorisme.

Cette thèse se base sur un livre publié par des conseillers de haut rang de l'ancien président George W. Bush. Il résume le bilan de politique étrangère du républicain, président de 2001 à 2009.

333 otages ont perdu la vie

Dans le chapitre consacré à la Russie, on peut lire:

«Après une attaque terroriste dévastatrice dans le Caucase du Nord en 2004, Vladimir Poutine a conclu – à tort, du point de vue des Etats-Unis – que la campagne américaine de lutte contre le terrorisme n'était qu'un prétexte pour masquer l'avancée géopolitique de l'Amérique en Eurasie aux dépens de la Russie»

Cette phrase a été écrite par Thomas Graham, responsable du dossier russe au sein de l'équipe de conseillers de George W. Bush. Il fait référence à la prise d'otages de Beslan le 1er septembre 2004, aujourd'hui largement oubliée en Occident. Des islamistes radicaux avaient alors pris d'assaut une école de cette ville dans la province d'Ossétie du Nord; deux jours plus tard, après une intervention massive et totalement bâclée des forces de sécurité russes, 333 des otages perdaient la vie.

Vladimir Poutine, écrit David Ignatius, a réagi à ce bain de sang, survenu au début de son deuxième mandat, en critiquant durement l'Occident. «Nous avons montré de la faiblesse. Et les faibles sont battus», a-t-il déclaré dans un discours dans lequel il a également rappelé que la Russie était une puissance nucléaire de premier plan.

L'entente parfaite

Ce ton n'a rien d'étonnant pour ceux qui connaissent le Vladimir Poutine de 2023. «Mais ce n'est pas si simple», écrit Thomas Graham. Au début du millénaire, le chef du Kremlin n'était pas sur une ligne dure.

Tout allait encore bien dans les relations bilatérales: George W. Bush et Vladimir Poutine lors d'un sommet en Slovénie, en juin 2001.
Tout allait encore bien dans les relations bilatérales: George W. Bush et Vladimir Poutine lors d'un sommet en Slovénie, en juin 2001.getty images

Pour rappel, c'est Vladimir Poutine qui a été le premier chef d'État étranger à entrer en contact avec George W. Bush après les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Il avait alors assuré au président américain un partenariat dans la lutte globale contre le terrorisme.

Lorsque Washington a préparé le terrain pour l'invasion de l'Afghanistan dans les jours qui ont suivi les attentats, le président russe a indirectement soutenu cette mission en ne bloquant pas la recherche américaine de bases dans d'anciennes républiques soviétiques. «Nos relations avec la Russie ont été calmes, voire cordiales», a décrit plus tard la conseillère à la sécurité Condoleezza Rice – notamment parce que Bush et Poutine s'entendaient bien.

Même le cycle d'élargissement de l'Otan au printemps 2004, lors duquel les Etats baltes (la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie, qui sont passés sous le parapluie de l'alliance de défense) n'a pas détérioré les relations. Vladimir Poutine a certes été «contrarié», mais il a ravalé son amertume.

Une fissure qui n'a jamais été réparée

Lors de l'événement de Beslan, le chef du Kremlin s'est senti abandonné par son homologue américain. Il en a conclu que les Etats-Unis n'étaient pas intéressés par un partenariat antiterroriste et qu'ils soutenaient directement les forces séparatistes dans le Caucase. Pour la deuxième hypothèse, il n'existe aujourd'hui, 20 ans plus tard, aucune preuve solide, même si les Etats-Unis ont accordé l'asile à un politicien tchétchène de haut rang en 2004.

epa07814570 People place flowers against the monument to the Beslan hostage taking tragedy victims in Moscow, Russia, 03 September 2019. Russians on 03 September commemorated the bloody end to the Bes ...
Des personnes déposent, en 2019 à Moscou, des fleurs sur le monument aux victimes de la tragédie de Beslan, qui a eu lieu il y a 15 ans dans une école du Caucase du Nord.Image: keystone

La fissure entre Moscou et Washington n'a jamais été réparée. Pourtant, Thomas Graham témoigne que le gouvernement de George W. Bush a tenté de se rapprocher de la Russie jusqu'à la fin de son mandat

Kate Middleton ultra badass en treillis militaire
1 / 11
Kate Middleton ultra badass en treillis militaire
La princesse de Galles s'est illustrée en treillis militaire à Salisbury, en Angleterre, le 8 mars 2023. (Photo by Steve Reigate - WPA Pool/Getty Images)
partager sur Facebookpartager sur X
Ce Youtuber russe détruit une Lamborghini à 250 000 francs
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Poutine joue gros avec cette offensive»
L'armée russe a lancé son offensive estivale et fait reculer les troupes ukrainiennes. Vladimir Poutine prévoit-il de s'emparer d'une grande ville? L'expert militaire Gustav Gressel fait le point.

Les choses se corsent pour l'armée ukrainienne. Les troupes russes ont lancé une nouvelle offensive de grande envergure et Vladimir Poutine continue d'envoyer des vagues de soldats contre les positions de la défense adverse - sans se soucier des pertes pour son propre camp. Outre de violents combats à l'est, les troupes envahissent actuellement la région de Kharkiv.

L’article