faible pluie
DE | FR
International
Jair Bolsonaro

Bolsonaro a pris une sacrée claque

Bolsonaro a pris une sacrée claque

Le président brésilien n'accepte pas sa défaite.
Le président brésilien n'accepte pas sa défaite.Image: Shutterstock
Le Tribunal supérieur fédéral du Brésil a rejeté la demande de révision des résultats du parti de Jair Bolsonaro. Les partisans du président déchu n'acceptent pas la victoire de Lula.
24.11.2022, 18:3524.11.2022, 19:32
Klaus Ehringfeld, Mexico / ch media

Il n'aura fallu qu'une journée au tribunal supérieur fédéral brésilien (STF) pour rejeter une plainte déposée contre les résultats de l'élection présidentielle. Le Parti libéral estime qu'une partie des résultats du second tour de l'élection présidentielle du 30 octobre ne sont pas valables.

Le recours n'est pas fondé et il n'y a pas de preuve de l'affirmation selon laquelle les urnes électroniques présentaient des problèmes avec les signatures numériques, de sorte que les résultats ne pourraient pas être clairement attribués. Le Parti libéral exigeait que les votes provenant de ces ordinateurs de vote soient retirés des résultats.

Le juge qualifie ces accusations de «ridicules»

Dans sa décision, le président du tribunal Alexandre de Moraes a qualifié la plainte de «ridicule», «illégale» et inventée. Le STF a donc infligé une amende record de 23 millions de reais (quatre millions de francs) pour «mauvaise foi procédurale» au Parti libéral.

Il y a trois semaines, Bolsonaro avait perdu le second tour de très peu face à son adversaire de gauche Lula da Silva. Les deux candidats n'étaient séparés que par deux millions de voix. Pendant la campagne électorale, le président sortant n'a cessé de critiquer les ordinateurs de vote prétendument faciles à trafiquer, attisant ainsi à l'avance les doutes sur les résultats.

Jusqu'à présent, l'homme politique d'extrême droite n'a pas reconnu le résultat des élections et a pratiquement disparu depuis sa défaite. Il laisse en grande partie ses fonctions en suspens et a également cessé ses activités sur les réseaux sociaux. Les observateurs supposent que le chef d'Etat n'a toujours pas digéré son éviction.

Des manifestants pro-Bolsonaro.
Des manifestants pro-Bolsonaro. Image: sda

Une plainte de mauvaise foi

Le juge de Moraes a justifié l'amende élevée par la mauvaise foi des plaignants. Selon lui, le parti n'aurait déposé la plainte que pour inciter les partisans les plus radicaux de Bolsonaro à «corriger dans la rue» le résultat électoral qu'il n'a pas obtenu dans les urnes. Selon lui, la contestation:

«Violerait manifestement l'Etat de droit démocratique dans le but d'encourager des mouvements criminels et antidémocratiques qui ont bloqué des routes dans tout le Brésil par la menace et la violence».

Le STF fait ainsi référence aux jours turbulents qui ont suivi le 30 octobre, lorsque les partisans de Bolsonaro ont tenté de provoquer une intervention des militaires dans tout le pays en organisant des blocages et des grèves ainsi que des veillées devant les casernes. Ils n'acceptent pas la victoire électorale de Lula. Aujourd'hui encore, les bolsonaristes extrémistes maintiennent leurs protestations devant des installations militaires dans certaines régions rurales. Ils y ont installé de véritables camps avec des tentes et des cuisines.

Brazilian President Jair Bolsonaro, who is running for another term, arrives to vote in a second round presidential election in Rio de Janeiro, Brazil, Sunday, Oct. 30, 2022. (AP Photo/Silvia Izquierd ...
Bolsonaro, le jour de l'élection, le 30 octobre dernier.Image: sda

Une amende censée être dissuasive

L'amende viserait à empêcher que de futures contestations des résultats électoraux sans preuves solides ne fassent partie de la stratégie politique.

Lula da Silva, actuellement en convalescence à São Paulo après une opération de la gorge, entamera son troisième mandat le 1ᵉʳ janvier. L'élu du Parti des travailleurs a déjà dirigé le plus grand pays d'Amérique latine entre 2003 et 2011. Il n'est pas certain que la décision claire et rapide du STF contribue à apaiser l'ambiance surchauffée au Brésil.

Aujourd'hui encore, les partisans radicaux et violents de Bolsonaro jurent qu'ils ne permettront pas l'entrée en fonction de Lula. Les forces armées sont restées très discrètes jusqu'à présent, mais ne se sont pas non plus rangées du côté du président sortant comme on le craignait. Les experts estiment que les dirigeants de l'armée attendent de savoir qui Lula nommera comme futur ministre de la Défense. (aargauerzeitung.ch)

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Le Black Friday au Brésil, ça se passe comme ça

Video: extern / rest
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4 tragédies absurdes du zéro Covid qui rendent les Chinois furax
Sacrifier des vies pour en sauver d'autres: tel pourrait être le mot d'ordre du régime chinois, prêt à tout pour empêcher le moindre décès dû au Covid. Quitte à bloquer des gens dans leur hall durant un tremblement de terre, les laisser brûler dans leur immeuble ou agoniser en attendant l'ambulance. Tour d'horizon macabre d'une politique démentielle.

Le régime chinois n'est pas vraiment connu pour revenir en arrière sur ses décisions de politique intérieure. Le Covid-19 ne fait pas exception: Pékin s'en tient sans sourciller à sa stratégie «zéro Covid», avec tous les outils dont un régime autoritaire dispose:

L’article