DE | FR
Image: sda

Un an après son investiture, qu'a fait Joe Biden pour les Américains?

Il y a exactement un an ce jeudi, Joe Biden prêtait serment lors d'une cérémonie d'investiture inédite en raison de la pandémie. Voici le bilan en six points des 365 premiers jours du 46e président des Etats-Unis.
20.01.2022, 04:5020.01.2022, 11:13

Nous sommes mercredi soir et il est très exactement 16 heures (22 heures en Suisse), à Washington, la capitale des Etats-Unis. Les journalistes ont été conviés dans la East room, un salon prestigieux de la Maison-Blanche. C'est seulement la neuvième conférence de presse du 46e président américain, depuis son investiture, le 20 janvier 2021. Contrairement à son prédécesseur Donald Trump, il n'aime pas cet exercice.

A la veille de célébrer la première année de son élection en tant que Chef de l'Etat, Joseph Robinette Biden, alias Joe Biden, prononce la phrase suivante, pendant un discours que de nombreux médias de la droite américaine vont immédiatement qualifier de «désastreux»:

«Pensez-vous qu'un président ait fait autant en un an? Citez-en un. Je ne pense pas qu'il y ait eu autant de choses dans l'assiette d'un président entrant que ce j'ai eu. Je ne me plains pas. Je le savais. Et le fait est qu'on a fait beaucoup de choses. Beaucoup de choses ont été faites.»
Joe Biden

Le président a-t-il raison? Nous sommes allés vérifier. Voici un bilan en six points de sa première année à la tête du pays.

Coronavirus

Joe Biden a pris ses fonctions en s'engageant à lever la menace de la pandémie de coronavirus, qu'il a qualifiée de «virus enragé qui rôde silencieusement dans tout le pays». Et pendant une période de sa présidence, il semblait avoir réussi.

Puis vint l'arrivée du variant Delta, suivi d'Omicron, extrêmement transmissible. Biden s'est précipité pour restreindre les voyages, mais cela n'a guère ralenti la propagation. Ces dernières semaines, les cas de Covid-19 ont atteint des niveaux records. Les décès augmentent au niveau national et le nombre d'Américains hospitalisés pour cette maladie est plus élevé qu'à n'importe quel moment de la pandémie.

«Aurions-nous dû faire plus de tests plus tôt? Oui. Mais nous en faisons plus maintenant. Je ne vais pas baisser les bras et accepter les choses telles qu'elles sont maintenant. J'appelle ça un travail pas encore terminé.»
Joe Biden

Les longues files d'attente pour obtenir les tests Covid et la faible disponibilité des tests à domicile ont suscité des critiques quant à l'état de préparation de la Maison-Blanche, tandis que les directives changeantes et les messages brouillés de la part des autorités fédérales de la santé publique ont engendré une population fatiguée de la maladie, également confuse et frustrée. La confiance de l'opinion publique dans la gestion de la pandémie par le 46e président des Etats-Unis a considérablement chuté, ce qui a pesé sur sa cote de popularité globale.

Economie

C'est en même temps la meilleure et la pire des périodes en ce qui concerne l'économie américaine. La Maison-Blanche a terminé l'année 2021 en soulignant que le nombre de demandes d'allocations chômage n'a jamais été aussi bas depuis 50 ans, que le marché boursier a battu des records et que la croissance économique est l'une des plus rapides au monde.

  • Côté positif, 6,4 millions d'emplois ont été créés sous la présidence de Biden, soit le plus grand nombre d'emplois créés par un président en première année dans l'histoire.
  • Lorsqu'il a pris ses fonctions, le taux de chômage était de 6,3%.
  • Aujourd'hui, il est de 3,9%, soit le taux le plus bas depuis le début de la pandémie.

Il y a, bien sûr, un «mais». L'économie est toujours à environ 3,6 millions d'emplois de moins que son niveau pré-pandémique, comme le rapporte The Guardian:

  • De nombreux employeurs ont du mal à repourvoir les postes ouverts au sein de leur entreprise et beaucoup de gens hésitent à retourner sur le marché du travail.
  • Plus décourageant encore, l'inflation a grimpé à 7% en 2021, la plus forte hausse sur douze mois depuis 40 ans, tandis que des problèmes de chaîne d'approvisionnement ont laissé certains rayons de supermarché vides.
  • Cela a suscité une avalanche de critiques républicaines et alimenté un sentiment de malaise économique, quelle que soit la réalité.
«L'économie est en fait meilleure que la perception générale. Le chômage est tombé à 3,9%. Plusieurs millions d'emplois ont été créés et vous allez forcément avoir de l'inflation dans ces circonstances. Mais le message n'est pas passé. C'est pour cette raison que tout le monde pense que Biden a fait un mauvais travail.»
Allan Lichtman, professeur émérite d'histoire à l'American University de Washington

Inégalités raciales

Biden a nommé une administration historiquement diversifiée qui comprend, en la personne de Deb Haaland, secrétaire d'Etat à l'intérieur, la première Amérindienne à occuper un poste de ministre. Kamala Harris est la première femme de couleur à occuper le poste de vice-présidente, bien qu'on lui ait confié des problèmes insolubles à résoudre et que son taux d'approbation soit encore plus bas que celui de Biden.

«Vous avez dit la nuit de votre victoire que l'Amérique noire vous soutenait et que vous alliez également soutenir l'Amérique noire, coûte que coûte. Eh bien, Monsieur le Président (réd: Joe Biden), vous nous avez poignardés dans le dos.»
Le puissant et influent militant Al Sharpton, lors d'un rassemblement en août 2021

Les efforts de réforme de la police sont au point mort. Le président même dû abandonner une promesse de campagne visant à créer une commission nationale de surveillance de la police au cours de ses cent premiers jours.

Les discussions au Congrès sur la loi George Floyd Justice in Policing Act, qui vise à améliorer la formation des policiers, à réduire le recours à la force excessive et à mettre fin à des techniques telles que l'étranglement, ont échoué en septembre. Jacari Harris, directeur exécutif d'une fondation portant le nom de Floyd, a décrit ceci comme étant «un revers dévastateur» pour la communauté afro-américaine.

Plus grave encore, les efforts de lobbying du président n'ont pas permis de protéger le droit de vote des personnes de couleur. La législation nationale visant à freiner les efforts des Etats républicains pour imposer des restrictions électorales est bloquée au Sénat, où la répartition 50-50 entre démocrates et républicains ne laisse aucune marge d'erreur.

Signe de la déception et de l'exaspération, lorsque Joe Biden s'est rendu à Atlanta, cette semaine, pour présenter ses arguments les plus agressifs en faveur de la réforme du droit de vote, certains militants ont boycotté l'événement.

Démocratie

Dans son premier discours en tant que président des Etats-Unis, le locataire de la Maison-Blanche a proclamé la phrase suivante:

«Nous avons appris une fois de plus que la démocratie est précieuse. La démocratie est fragile. Et à cette heure, mes amis, la démocratie a prévalu. Restaurer l'âme de la nation exige cette chose la plus insaisissable dans une démocratie, l'unité.»
Joe Biden

Près d'un an plus tard, de retour au Capitole, Biden a adopté un ton très différent et plus pugnace:

«Je ne permettrai à personne de placer un poignard sur la gorge de notre démocratie»

La mission de Biden visant à apaiser les divisions s'est écrasée sur une polarisation qui n'a fait qu'être accélérée par la pandémie et les mandats de vaccination, ainsi que par les guerres culturelles. Et pendant ce temps-là, loin de se faire discret, l'ex-président Donald Trump reprend ses meetings de campagne en vue d'une éventuelle candidature à la Maison-Blanche en 2024.

Climat

Dans son discours d'investiture, Joe Biden avait promis d'entendre le «cri de survie» de la planète, en mettant en place une réponse sans précédent à la crise climatique. Mais ses plans ambitieux se sont depuis heurtés à la réalité d'un Sénat divisé en deux parties égales, où l'opposition d'un sénateur de l'Etat de la Virginie-Occidentale (un des deux plus gros producteurs de charbon du pays) a contrecarré des éléments majeurs du programme climatique du président, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour la planète.

Pourtant, les semaines et les mois à venir seront déterminants pour les objectifs climatiques de Biden. La législation «Build Back Better» du président est condamnée sans le soutien du sénateur Joe Manchin et il n'est pas certain que les négociations puissent être relancées.

Le mois prochain, la Cour suprême entendra une affaire portée par des Etats dirigés par des républicains et par des sociétés de charbon, qui pourrait restreindre considérablement le pouvoir de l'administration de réglementer les émissions de carbone à l'origine du changement climatique.

Kamala Harris

Joe Biden a annoncé qu'il choisirait à nouveau son actuelle vice-présidente, Kamala Harris, pour être sa colistière s'il se représente à l'élection présidentielle en 2024. Certains stratèges estiment eux qu'un autre choix lui donnerait plus de chances d'être réélu.

«Elle sera ma colistière»

Première femme et première personne de couleur à accéder à la vice-présidence des Etats-Unis, Harris a vu sa cote de popularité s'effondrer depuis qu'elle est à la Maison-Blanche.

Malgré le blocage au Congrès de son projet de loi sur le vote des minorités et alors que certains stratèges estiment que le président américain augmenterait ses chances d'être réélu en se choisissant une autre personne pour sa prochaine campagne présidentielle, on va dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, autant sur ce choix que sur la réalité des Américains, un an après le retour d'un démocrate à la Maison-Blanche... ce n'est pas gagné!

Toujours aux Etats-Unis: The Rock surprend des touristes faisant le tour des villas de stars

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'Occident a un plan pour empêcher la Russie de causer une famine mondiale
Le blocus maritime imposé par la Russie en Mer Noire empêche l'Ukraine de livrer ses céréales aux pays qui en sont dépendants. Pour éviter une crise alimentaire, l'Occident cherche des solutions pour ouvrir un passage.

Le blocus organisé par la Russie en Mer Noire pourrait causer une famine mondiale. Les bateaux militaires de Poutine, au large d'Odessa, empêchent l'Ukraine d'exporter ses céréales. Celles-ci sont pourtant capitales pour certains pays. A titre d'exemple, l'Erythrée, la Somalie, l'Egypte ou encore le Liban en sont si dépendants que la survie de leur approvisionnement en nourriture et donc de leur population en dépend.

L’article