International
Liban

Qui est Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah qui menace Israël

Qui est Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah qui menace Israël
Une Iranienne tenant le portrait d'Hassan Nasrallah (archive).Image: imago stock&people

Qui est Hassan Nasrallah, le puissant stratège derrière le Hezbollah

Depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas, des attaques et des représailles ont également lieu entre Israël et le Hezbollah au Liban. Son chef, Hassan Nasrallah, n'a pas fini de menacer Israël. Portrait.
15.11.2023, 05:5015.11.2023, 11:49
Raphael Bühlmann
Raphael Bühlmann
Suivez-moi
Plus de «International»

A l'origine

Le Hezbollah – la milice la plus puissante du Proche-Orient – n'a pas encore déclaré la guerre, mais les attaques réciproques se sont intensifiées ces derniers jours et semaines. Le Hezbollah a ainsi attaqué pour la première fois la ville de Kiryat Shmona, au nord d'Israël. Israël bombarde de son côté régulièrement les positions du groupe terroriste près de la frontière.

Début novembre, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, avait diffusé un discours d'une heure et demie dans lequel il menaçait Israël: «Toutes les options [...] restent ouvertes!» Le lieu où il a tenu ce discours n'était pas clair. Nasrallah est au Liban, mais très soucieux de sa sécurité, il n'apparaît jamais en public.

Le Hezbollah s'inspire idéologiquement de la République islamique d'Iran et de son guide suprême, l'ayatollah Khamenei. Il est soutenu financièrement et en armes par le régime de Téhéran et constitue en principe une branche libanaise des Gardiens de la révolution. Plus récemment, le Hezbollah a combattu aux côtés de l'armée syrienne contre les groupes rebelles islamistes sunnites.

Le groupe et ses alliés ont certes perdu leur majorité lors des élections de l'année dernière, mais ils détiennent toujours le plus grand nombre de sièges au Parlement – dans ce qui est probablement la plus grande crise économique de l'histoire libanaise.

Le parcours de Nasrallah

Bien qu'il ne soit ni député ni ministre au Liban, Nasrallah est considéré comme l'une des personnes les plus puissantes et les plus influentes du pays.

This video grab shows Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah speaking via a video link, during a rally in Beirut, Friday, Nov. 3, 2023. Nasrallah said Friday that his powerful militia is already eng ...
Nasrallah durant son discours le 3 novembre dernier.Image: keystone

Il est né à Beyrouth en 1960. Sa famille n'était pas particulièrement religieuse, mais il a été attiré par l'Irak et la ville iranienne de Qom, où il a étudié pour devenir un clerc chiite. Lorsqu'Israël est intervenu dans la guerre civile libanaise en 1982 et a occupé le sud du Liban, Nasrallah a rejoint le mouvement de résistance alors naissant, le Hezbollah («parti de Dieu»).

A la mort du premier secrétaire général du Hezbollah, Abbas al-Musawi, tué en 1992 lors d'une attaque d'hélicoptères israéliens dans le sud du Liban, Hassan Nasrallah a pris sa place, qu'il occupe toujours aujourd'hui. La résistance continue du Hezbollah contre l'occupation israélienne du sud du Liban a fait de nombreuses victimes côté israélien.

Avec le retrait d'Israël en 2000, Nasrallah avait acquis un statut de héros auprès de nombreux Libanais. A cette époque, le Hezbollah jouissait également d'une sympathie au-delà de la population chiite, notamment auprès des chrétiens libanais.

Même s'il n'apparaît pas directement en public, il est connu pour ses longs discours enflammés, diffusés notamment par la chaîne de télévision al-Manar, proche du Hezbollah.

Le Liban et Israël

Des escarmouches isolées ont eu lieu à plusieurs reprises ces dernières années, la dernière grande guerre entre les deux pays remontant à 2006. Celle-ci a été menée en premier lieu entre le Hezbollah et Israël.

Aujourd'hui encore, les Etats voisins sont officiellement en guerre l'un contre l'autre. Un cessez-le-feu est en vigueur et l'ONU est présente au sud du Liban, un territoire à prédominance chiite que le Hezbollah contrôle de facto.

epa10960381 Hezbollah militants shout slogans during the funeral of Hezbollah fighter Qasim Ibrahim Abu Taam, who was killed a previous day in southern Lebanon, in the southern suburb of Beirut, Leban ...
Des terroristes du Hezbollah lors d'un enterrement début novembre.Image: keystone

La guerre avait alors duré 33 jours – et bien que l'armée libanaise soit restée largement passive et se soit limitée à la défense aérienne, Israël a détruit une grande partie des infrastructures civiles du Liban: l'aéroport international de Beyrouth a été attaqué, ce qui a rendu son exploitation impossible pendant un certain temps. Des routes et des ponts ont également été détruits, de même que des centrales électriques et des éléments du réseau.

Cette destruction massive a ensuite nécessité une aide internationale et a suscité de nombreuses critiques à l'égard de l'action d'Israël. Dernièrement, après cette guerre, Israël avait non seulement les musulmans libanais contre lui, mais aussi les chrétiens libanais, qui constituaient à l'origine la majorité de la population et représentent actuellement encore environ 40% des Libanais.

Traduit de l'allemand par Valentine Zenker

L'attaque du Hamas contre Israël, en images
1 / 12
L'attaque du Hamas contre Israël, en images
Des habitants de la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, évacués par la police.
source: ap / tsafrir abayov
partager sur Facebookpartager sur X
Gaza après les bombes
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Pourquoi Donald Trump rêve d'affaiblir le dollar
Les plans macroéconomiques de l'ex-président évoquent fatalement ceux des années 30 et mettent les économistes en panique.

Ils sont pas moins de 16. 16 économistes récompensés par un prix Nobel ont mis en garde contre la politique économique de Donald Trump. Le nombre mérite d'être souligné, étant donné que cette corporation n'est pas connue pour abriter un nombre excessif de gauchistes.

L’article