International
Politique

Pourquoi l’assassinat de JFK est capital pour les complotistes

Pourquoi l’assassinat de JFK est capital pour les complotistes
Le regard de John Fitzgerald Kennedy allait s'éteindre ce même jour, aux côtés de sa femme Jackie Kennedy.Image: watson

Pourquoi l’assassinat de JFK est capital pour les complotistes

Le 22 novembre 1963, le président Kennedy est tué et c'est un rêve américain qui se consume. Croire que la CIA a pu mener une telle opération, c'est imaginer que tous les complots sont possibles.
22.11.2023, 18:4822.11.2023, 19:01
Suivez-moi
Plus de «International»

Les images ont fait couler beaucoup d'encre et de larmes à travers les Etats-Unis et dans le monde entier: le 35e président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy a été abattu, à Dallas, le 22 novembre 1963.

L'histoire derrière cette exécution sur les routes texanes a nourri de nombreuses zones d'ombre. Les discussions sont multiples et persistent dans les troquets du coin avec des théories plus fumeuses les unes que les autres. Mais pas seulement, puisque les intellectuels et les médias n'ont cessé de décortiquer les différentes hypothèses.

Et si Lee Harvey Oswald, ancien marine et militant communiste ayant vécu en Union soviétique, n'était pas le meurtrier? Et s'il n'avait pas opéré seul? Et si, et si...

L'enquête n'a jamais été refermée, des archives sont rendues publiques au compte-gouttes, mais d'autres continuent d'être gardées sous-scellés - 97% des documents de la collection de la CIA sur l’assassinat de JFK ont été divulgués. Autre détail, on ne connaîtra le témoignage de Jackie Kennedy qu’en 2039, à l’issue des 75 ans du délai imposé par la Commission Warren.

Terreau fertile pour le complot

Ce drame est un terreau fertile pour les théoriciens du complot; des centaines de versions sont exposées, allant de l'implication de la CIA à la mafia de Chicago, en passant par les extraterrestres.

La population américaine reste encore sous le choc, même de nos jours. Mais c'est surtout un pan historique que les écrivains (Marc Dugain a par exemple publié un livre, Ils vont tuer Robert Kennedy) ou encore Oliver Stone en tête de gondole avec son film JFK (1991) ont décortiqué, noirci des pages et des pages pour tenter d'éclairer les dessous du cas JFK.

En particulier le cinéaste qui en a remis une couche avec JFK revisited, un documentaire sorti en 2021 - par ailleurs refusé par Netflix. L'Américain martèle que la mort de JFK est liée à une équation «militaro-industriel». Kennedy voulait mettre fin à la guerre froide, refusait aussi que Fidel Castro ne soit exécuté par la CIA. Tout un tas d'informations qui ne font que gonfler le mystère entourant JFK et abreuvant la soif (théorique) des complotistes.

Le 22 novembre 1963, début du complotisme moderne?

Selon Pascal Wagner-Egger, chercheur en psychologie sociale à l'Université de Fribourg et auteur du livre Psychologie des croyances au théorie du complot, le drame de Dallas est bien un pivot pour la complosphère: «Je pense que oui. Je cite toujours JFK comme première théorie du complot de notre époque moderne.»

«Le Watergate a également été très important à l'époque. Mais c’était un complot avéré, prouvé par une enquête et les aveux de Nixon. Il n’y a pas eu de théorie du complot»
Pascal Wagner Egger
Pascal Wagner-Egger.Image: DR

Le fonctionnement d'un complotiste est très irrationnel, nous explique Pascal Wagner-Egger, décrivant un fonctionnement basé sur des anomalies: «Une anomalie est toujours une preuve indirecte. Vous ne pouvez pas vous rendre devant un tribunal avec ce genre d'indices. Au mieux, c’est le début d’une enquête.». Par exemple, les indices qui suggèrent l’existence de plusieurs tireurs dans l’affaire JFK ne sont pas des preuves.

«Les complotistes accusent sans preuves suffisantes
Pascal Wagner-Egger

L'enseignant-chercheur confirme que «certaines théories du complot sont plus plausibles que d’autres, comme l’assassinat de JFK par rapport à la Terre plate», mais derrière ces histoires souvent intéressantes, presque fascinantes à entendre, «il est irrationnel d’y croire avant le terme d'une enquête», tranche-t-il. «A partir de données erratiques, ces anomalies apparentes (la plupart ne le sont pas) ne sont pas des preuves de complot.»

Le complotisme est «un jeu de hasard»

Les complotistes donc, et dans le cas de l'assassinat de JFK, se basent sur des preuves insuffisantes.

«Les adeptes qui croient à beaucoup de complots pourront "tomber juste", mais par hasard, sans avoir en réalité raison, quand de vrais enquêteurs prouveront éventuellement l’existence d’un complot. Ils vont jubiler en pensant qu’ils ont raison (ils ont en apparence raison pour de mauvaises raisons), mais il restera toujours irrationnel d’y croire avant d’avoir les preuves, puisque l’enquête aurait pu tout aussi bien démontrer le contraire.»

«Un autre biais du complotisme est d’attribuer à un événement important une cause importante», rappelle Pascal Wagner-Egger, affirmant que «des recherches ont montré que si un président est seulement blessé par des tirs, les gens y verront moins le résultat d'un complot que si le président meurt (alors qu’en réalité il n’y a pas de différence). C’est ce qu’on appelle le biais de proportionnalité.»

Dans cette course à la vérité étouffée, le 22 novembre 1963 pourrait être la naissance du complotisme moderne et une première rampe de lancement avant le 11 septembre 2001? «Oui, sans doute. De plus, la CIA est ciblée dans les deux cas, et croire à un complot amène à croire à d’autres complots », confirme le professeur universitaire.

Dans l'esprit du conspirationniste:

«Si on pense que la CIA a pu tuer JFK, elle a pu orchestrer de faux attentats terroristes le 11 septembre 2001. A croire sans preuves, tous les événements importants sont interprétés comme des complot»

Les conspirationnistes ont un problème de méthode, selon Pascal Wagner-Egger, qui explique que leurs enquêtes sont toujours dirigées vers leur propre vérité. Une méthode qu'on appelle la cognition motivée. «Ils vont chercher ce qui va dans leurs sens. La conclusion est posée au début, et tous les efforts seront de trouver des éléments qui confirment cette conclusion déjà formée, en ignorant les éléments contraires.»

Du conspirationnisme pour s'éviter une vérité trop fade

Lors de ces 60 années qui ont fait naître tant de doutes et de versions fantasmées, le meurtre de JFK peut être vu comme une modification de notre rapport à la vérité. «Comme c’est un cas non-résolu, la porte reste ouverte à toutes les hypothèses. De très nombreuses théories du complot accusant la CIA, le KGB, le milieu anti-castriste, etc., ont vu le jour, et seule la déclassification des dossiers pourrait peut-être apporter une réponse.»

«Aucun complotiste n’a découvert de vrais complots. Les seuls qui découvrent les complots, ce sont les journalistes, les lanceurs d’alerte, les procureurs, etc.»
Pascal Wagner-Egger

Mais alors pourquoi ces enquêteurs improvisés ne cessent de redoubler d'inventivité et d'efforts, et de s'infliger des heures et des heures de recherches. Les complotistes sont «d’immenses narcissiques et ont un besoin de briller», décrypte le chercheur.

L'Amérique et les fadas de conspirationnisme ne peuvent se tenir à la version de la Commission Warren, rendue en septembre 1964. Pour eux, Dealey Plaza est une vérité bien moins romanesque que celle construite par ces théories le plus souvent musclées. A force de chercher des signes partout, il n'est pas possible de refermer le chapitre, car l'affaire est trop vendeuse.

Le monde ne peut accepter une vérité parfois fade et moins glamour.

«L’attrait narratif est l’un des facteurs qui expliquent le succès du complotisme. Plus les gens s’ennuient, plus ils ont tendance à croire à certains complots »

Pour Pascal Wagner-Egger, la sphère complotiste surfe sur cette sensation d'être «les chevaliers de la vérité» et au niveau psy, d'obtenir «une revanche face aux élites» par le prisme de discours faussés. Et l'enseignant-chercheur de conclure que «la pensée rationnelle admet l’incertitude, et ne cherche pas à conclure avant d’avoir des preuves».

Aux Etats-Unis, la police est toujours aussi musclée
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Londres rejette la proposition de mobilité des jeunes de l'UE
Londres a mis fin aux espoirs de Bruxelles en rejetant la proposition de la Commission européenne visant à relancer la mobilité des jeunes entre l'UE et le Royaume-Uni, marquant ainsi un coup dur pour les efforts de coopération post-Brexit.

Londres a douché les espoirs de Bruxelles samedi en écartant définitivement la proposition de la Commission européenne d'ouvrir des négociations pour relancer la mobilité des jeunes entre l'UE et le Royaume-Uni, qui a fait les frais du Brexit.

L’article