International
Poutine

Pourquoi poursuivre en justice le «groupe Wagner» est difficile

Pourquoi poursuivre en justice le «groupe Wagner» est difficile
Poutine fait désormais davantage appel au groupe de mercenaires, dont le groupe Wagner.Image: sda

Le groupe Wagner est de plus en plus brutal: que peut-on faire contre eux?

Les combattants du groupe Wagner sont l'atout de Poutine. Chaque jour, leur violence s'accroît sur le terrain en Ukraine. Mais peuvent-ils seulement être poursuivis en justice?
07.08.2022, 08:0008.08.2022, 09:52
Anne-Kathrin Hamilton / <em>watson de</em>
Plus de «International»

Le président Poutine fait face à des problèmes de personnel dans son armée régulière. Raison pour laquelle il fait désormais davantage appel au groupe de mercenaires. C’est du moins ce que rapportent les services secrets britanniques, qui font référence à la prise des villes de Popasna et Lyssytschansk dans l'est de l'Ukraine. Selon eux, sans l'intervention du groupe Wagner, les troupes russes auraient été moins efficaces.

Une vidéo publiée sur internet illustre la manière dont le groupe devient de plus en plus brutal: sur les images, on distingue un mercenaire couper les parties génitales d'un prisonnier ukrainien. Il les pose ensuite sur le visage de l'homme avant de l'abattre. L'enregistrement n'a pas été vérifié, mais les combattants de la troupe Wagner sont néanmoins connus pour des atrocités comme celle-ci.👇

De tels actes de violence sèment la terreur parmi les civils. Les méthodes évoquent celles utilisées par l'organisation terroriste de «l’Etat islamique» (EI). Les terroristes de l’EI publient régulièrement des vidéos de décapitations et de tortures sur les réseaux sociaux.

Le groupe Wagner porte-t-il le caractère d'une organisation terroriste? Les mercenaires peuvent-ils être condamnés pour leurs crimes? watson a posé ces questions à Ulf Laessing, responsable du programme régional Sahel au Mali.

La société Wagner est axée sur le profit

Les crimes de l'armée de l'ombre du président russe Vladimir Poutine sont de plus en plus mis en lumière, notamment en raison de leur intervention actuelle en Ukraine. Mais cette unité de mercenaires opère également sous couverture au Mali, en Syrie, en Libye, en République centrafricaine et au Soudan. Aujourd'hui encore, cette entreprise militaire et de sécurité privée russe opère sans entrave et en toute impunité dans le monde.

Mais peut-on à présent affirmer que le «Groupe Wagner» est un groupe terroriste? «Non», répond l'expert Ulf Laessing. Selon lui, ce groupe n'est en aucun cas une organisation terroriste, mais une entreprise qui propose des mercenaires comme prestation de service. «Les groupes terroristes poursuivent généralement des objectifs politiques ou religieux. Wagner cherche avant tout à faire du profit», explique l'ancien correspondant à l'étranger de l'agence de presse Reuters. Il a notamment travaillé au Proche-Orient et s'est consacré à des thèmes tels que les missions militaires, le terrorisme et les djihadistes.

«Ils sont recrutés de manière ciblée par les gouvernements dans les zones de conflit pour combattre activement [...], coûte que coûte et sans se soucier des conséquences»
Ulf Laessing, représentant de la Fondation Konrad Adenauer au Mali pour la région du Sahel

Selon Laessing, la société Wagner fait certes partie de la politique étrangère russe, mais elle fonctionne comme une entreprise indépendante. Les gouvernements, en Afrique notamment, qui «achètent» des mercenaires de Wagner, doivent payer pour cela. Ils peuvent les rémunérer en cash mais aussi par l’exploitation de matières premières, tels que l’or ou les diamants.

Les mercenaires de Wagner sont certes régulièrement associés à des actes de violence (par exemple, dans la lutte contre les rebelles) mais selon l'expert, les combattants ne poursuivent aucun objectif politique. Ils travaillent pour quiconque les paie, quel que soit le contexte du conflit.

Du soldat au mercenaire: tuer à tout prix

De nombreux mercenaires de Wagner ont servi auparavant dans les forces armées russes et dans les forces spéciales. «Ils sont recrutés de manière ciblée par les gouvernements dans les zones de conflit pour combattre activement, par exemple pour écraser les rebelles. Quel qu'en soit le prix et sans se soucier des pertes», explique Laessing.

Il ajoute:

«Les combattants de Wagner en Afrique sont régulièrement associés à de graves violations des droits de l'homme. Ils ont par exemple miné des zones résidentielles dans la capitale libyenne Tripoli, ce qui a fait plus de 100 victimes. En République centrafricaine, les Nations unies et les groupes de défense des droits de l'homme ont également documenté de nombreuses exactions commises par les mercenaires de Wagner contre des civils»

La milice de Wagner sème la désolation

Selon Laessing, les interventions de la société Wagner et ses nombreuses relations d'affaires ne sont pas faciles à découvrir. La société opère de manière cachée et nie toute relation avec l'Etat russe. Mais Laessing estime que:

«La vérité finit toujours par éclater. On ne peut pas dissimuler les massacres de civils – les exactions se répandent même dans les régions reculées d'Afrique»

Des groupes de défense des droits de l'homme ont suivi et documenté les activités des mercenaires de Wagner dans différents pays ainsi que son modèle commercial à l'aide de témoignages oculaires. «Bien sûr, cela prend du temps et c'est un immense travail de reconstitution, mais en fin de compte, la trace des ravages causés par Wagner finit toujours par être mise en lumière», estime l’expert. Il est toutefois très difficile de les poursuivre en justice par la suite.

Poursuite pénale à l’encontre du groupe Wagner

Laessing fournit quelques raisons pour lesquelles l'unité de mercenaires ne peut pas être poursuivie pour ses crimes:

  • L'absence de témoignages: Il est pratiquement impossible d'obtenir des témoignages solides de victimes des mercenaires.
  • La difficulté de faire la différence avec les soldats: Les soldats sont pour la plupart à l'abri des poursuites judiciaires dans le cadre d'opérations de combat régulières. Les combattants du groupe Wagner opèrent sous couvert de soldats prétendument réguliers, stationnés dans le cadre d'accords militaires bilatéraux. Il est difficile de les distinguer des soldats réguliers, d'autant plus qu'ils portent également des uniformes (sans insignes). Cela leur confère souvent une quasi-immunité. Même lorsqu'il s'agit de violations des droits de l'homme, le Kremlin pourrait toujours argumenter que les mercenaires ont combattu des terroristes dans le cadre de leur mission et légitimer ainsi les atrocités commises.

L'entreprise Wagner est à l'abri des sanctions

Les sanctions financières constituent une autre possibilité de stopper l'unité de mercenaires. Par le passé, l'Occident a ainsi réagi par ce biais afin d'endiguer les activités du groupe. Selon Laessing, ce n'est toutefois pas un moyen efficace:

«Les mercenaires agissent le plus souvent dans des pays comme le Soudan ou la République centrafricaine, où la corruption sévit et où les relations commerciales avec les banques occidentales sont quasi inexistantes. Le Groupe Wagner ne réalise pas ses bénéfices via des comptes dans l'UE, l'impact de telles sanctions est donc limité»

Conflits et pauvreté alimentent leur modèle économique

Laessing demande que les partenaires occidentaux passent davantage à l'offensive auprès de leurs alliés africains afin de proscrire les crimes de la milice. Selon lui, le groupe Wagner est à l'origine de la violence et exploite les matières premières sans vouloir stabiliser les pays en crise dans lesquels il opère.

«Au contraire, certains pays sont désormais encore plus instables à cause de l'intervention de mercenaires. C'est du pur affairisme»

Après la visite en Afrique du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, plusieurs pays occidentaux comme les Etats-Unis ont annoncé qu'ils se rendraient sur le continent avec des membres de haut rang de leur gouvernement. Selon Laessing, c'est la bonne manière de démasquer la propagande russe et de mettre en garde contre les dangers de l'envoi de mercenaires:

«L'Occident devrait renforcer son engagement dans la région en réponse au groupe Wagner, notamment dans le domaine de la coopération au développement. De nombreux conflits en Afrique et dans la région du Sahel sont alimentés par la pauvreté et le désespoir des jeunes, qui soit rejoignent les djihadistes, soit tentent de se frayer un chemin vers l'Europe. Les gouvernements engagent des mercenaires pour résoudre les conflits par la voie militaire. Nous devons aider à lutter contre les causes de tels conflits, comme la pauvreté»

Du point de vue du droit pénal, le groupe Wagner ne peut pas être poursuivi. Mais en travaillant sur les causes des conflits, les pays occidentaux ont la possibilité, selon Laessing, de priver les mercenaires de leur modèle économique.

(Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz)

Raves Reconstruction Ukraine
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Etats-Unis craignent une attaque iranienne contre Israël
Après le bombardement du consulat iranien à Damas par Israël, Téhéran menace de se venger. Des représailles sont-elles probables? Et quelles en seraient les conséquences?

«Le régime maléfique doit être et sera puni», a fulminé mercredi le guide de la révolution iranienne Ali Khamenei. Il a menacé Israël de représailles après une attaque à la roquette contre le consulat iranien à Damas il y a onze jours. Onze personne ont perdu la vie dans cette attaque:

L’article