ciel couvert
DE | FR
3
International
Poutine

Poutine a deux options pour utiliser ses armes nucléaires

FILE - Russian President Vladimir Putin arrives to watch the military exercises Center-2019 at Donguz shooting range near Orenburg, Russia, on Sept. 20, 2019. Putin's threats to use "all the mean ...
Vladimir Poutine utilisera-t-il des armes nucléaires? Il y a plus d'arguments contre que pour.image: keystone

A quoi ressemblerait une frappe nucléaire russe? Poutine a 2 options

Alors que l'Ukraine gagne du terrain, la crainte d'une riposte nucléaire russe grandit. Pour mieux comprendre les risques, des experts américains exposent deux scénarios possibles.
06.10.2022, 06:0906.10.2022, 08:44
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

Vladimir Poutine avait à peine signé le document sur le «rattachement» des quatre régions ukrainiennes à la Russie vendredi dernier, que celui-ci était déjà en partie caduc. En effet, moins de 48 heures après, l'armée ukrainienne annonçait la reprise de la ville stratégique de Lyman. Et depuis, elle poursuit sa progression en direction de Louhansk.

Lundi, un porte-parole de l'armée russe a dû admettre que les Ukrainiens avaient bel et bien réussi une percée, qui peut s'avérer décisive, sur le front sud dans la région de Kherson. Suite à quoi, les Russes pro-guerre sont perplexes, voire en colère.

Pour l'instant, tout porte à croire que les Ukrainiens continueront à aligner les succès sur le champ de bataille, et ce, malgré la «mobilisation partielle» de la Russie. Mais l'optimisme doit rester mesuré car un Poutine humilié n'est jamais très fiable. Ce dernier pourrait encore réagir avec le nucléaire.

Poutine utilisera «tous les moyens» pour défendre la Russie

En effet, Poutine lui-même a fait allusion au nucléaire à plusieurs reprises, soulignant qu'il ne bluffait pas. Mais il n'est pas le seul: Kadyrov, proche de Poutine, a ouvertement appelé le président russe à utiliser son arsenal nucléaire. Toutefois, le président russe n'a jamais explicitement prononcé ce souhait. Il s'est simplement contenté d'évoquer «tous les moyens existants pour défendre le territoire russe».

Dans son discours d'annexion, rempli de haine envers l'Occident et surtout les Etats-Unis, il a qualifié les bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki, en 1945, de «précédents». Ces événements ont d'ailleurs servi de consensus tacite entre les puissances nucléaires pour ne plus utiliser le nucléaire, le risque pour l'humanité étant trop important.

Poutine se sert du nucléaire pour arriver à ses fins

La peur de ce scénario d'horreur a toujours eu un effet dissuasif dans les conflits, y compris lors de la crise des missiles de Cuba il y a exactement 60 ans. Le monde n'avait alors jamais été aussi proche du gouffre nucléaire.

FILE - This photo taken from video provided by the Russian Defense Ministry Press Service on Feb. 19, 2022, shows a Yars intercontinental ballistic missile being launched from an air field during mili ...
Test d'un missile balistique intercontinental russe. Son utilisation serait peu probable.image: keystone

«Il part probablement du principe qu'en jouant avec le feu nucléaire, il peut inciter les Etats-Unis et leurs alliés à forcer l'Ukraine à négocier. Mais il se trompe», rapporte une analyse de l'Institute for the Study of War (ISW), un think tank indépendant basé à Washington.

Deux scénarios sont possibles

Le risque d'une attaque nucléaire russe n'est pas pour autant écarté. Le Pentagone, les laboratoires de recherche nucléaire et les services secrets ont tenté de modéliser un déroulement possible à l'aide de simulations informatiques, ainsi qu'une réaction des Etats-Unis, écrit le New York Times. Mais ce n'est pas chose facile, car il existe une multitude d'armes nucléaires tactiques.

Voici à quoi on devrait être confronté si les choses devaient s'envenimer: une attaque généralisée à l'aide de missiles intercontinentaux ou de bombardiers tactiques déclencherait inévitablement le scénario «Doomsday», soit la fin de l'humanité. Même Vladimir Poutine ne veut pas prendre ce risque. Mais il existe plusieurs autres options pour l'utilisation d'armes nucléaires tactiques:

  • Ce que l'on craint le plus en Europe, c'est une attaque avec des missiles Iskander à moyenne portée, équipés d'ogives nucléaires. Une telle offensive engendrerait inévitablement une riposte massive de l'Otan.
  • Selon l'Institute for the Study of War (ISW), il est plus probable que Poutine «risque une attaque terroriste nucléaire contre des centres de population ou des infrastructures importantes en Ukraine». Cela ne mettrait pas pour autant l'Ukraine et l'Occident à genoux. Au contraire, il faudrait s'attendre dans ce cas également à des représailles de grande ampleur.
  • Pour l'ISW, la tentative de stopper l'avancée de l'armée ukrainienne avec une ou plusieurs armes nucléaires tactiques est plus probable. Mais cette option serait très risquée pour les Russes: ils pourraient tout au plus «geler» le conflit. Les radiations radioactives libérées par l'explosion pourraient être transportées par le vent jusqu'en Russie.
  • Selon le New York Times, il reste l'option d'un «tir d'avertissement» nucléaire, par exemple au-dessus de la mer Noire auquel l'Otan serait alors tenté de réagir. L'ex-général américain et ancien directeur de la CIA, David Petraeus, a mentionné, sur la chaîne de télévision ABC, de possibles attaques contre l'armée russe ou la flotte de la mer Noire.

Le déroulement de la guerre a montré que l'Ukraine et l'Occident sont matériellement et tactiquement supérieurs à la Russie. «Plus Poutine prend conscience que les armes nucléaires n'ont pas de conséquences décisives, mais risquent de déclencher une intervention militaire directe de l'Occident, moins il sera tenté de les utiliser», conclut l'analyse de l'ISW.

L'«ancien» Vladimir Poutine, raisonnablement rationnel, en conviendrait sans doute. Quant à savoir si cela vaut également pour le Poutine d'aujourd'hui, qui semble de plus en plus déconnecté de la réalité et dériver vers des théories du complot, c'est une autre question. On ne peut sans doute qu'espérer qu'il existe au sein de la direction russe des personnes capables d'empêcher un cauchemar nucléaire.

Poutine pris dans les filets de l'histoire
Qu'est-ce qui a poussé Vladimir Poutine à envahir l'Ukraine? La politologue russo-américaine Nina Khrouchtcheva, arrière-petite-fille de l'ancien dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev, donnera sur ce thème une conférence intitulée «Putin, Ukraine and the Trappings of History», jeudi à 18h30 à l'Université de Zurich, à l'invitation de l'Institut suisse pour la recherche internationale (SIAF).

Traduit et adapté de l'allemand par sia

Les abris antiato­miques – un phénomène suisse

1 / 8
Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
source: wikimedia/kecko
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La TV russe simule des attaques nucléaires

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
«Je l'aime!»: le Mexique rend un sacré hommage à son président
A l'issue d'une marche historique à Mexico, la capitale, le chef de l'Etat a présenté le compte-rendu de ses quatre ans au pouvoir devant des dizaines de milliers de personnes.

C'est une première depuis des décennies: le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a entraîné dimanche dans les rues de Mexico une marée humaine en soutien à sa politique. Son porte-parole revendique plus d'un million de personnes.

L’article