International
Russie

Coca, Nestlé et Pepsi ont du mal a quitter la Russie

Coca, Nestlé et Pepsi ont du mal a quitter la Russie

Plusieurs grands groupes avaient décidé de quitter le pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine. Tous n'ont cependant pas réussi à respecter leurs objectifs. Explications.
25.06.2024, 16:5201.07.2024, 09:18
Plus de «International»

Lorsque la Russie a envahi l'Ukraine, de grandes entreprises occidentales ont annoncé qu'elles cesseraient leurs activités dans le pays. Deux ans plus tard, il s'avère que de grands groupes continuent d'opérer dans ce pays autoritaire. A savoir: Coca-Cola, Pepsi, Nestlé ou Unilever.

Coca-Cola toujours disponible

Coca-Cola Co. a été l'une des premières entreprises à promettre de quitter la Russie en signe de protestation. En vue des sanctions occidentales, le groupe américain a ordonné à ses partenaires en Russie de cesser la production et la livraison des produits Coca-Cola.

A ce jour, ces produits populaires sont toujours présents dans les rayons des supermarchés. Et ce n'est pas tout. Avec Dobry Cola, il existe un nouveau leader du marché en Russie, qui non seulement ressemble de manière suspecte à Coca-Cola, mais qui aurait également un goût similaire, comme le rapporte Bloomberg.

Mais le Dobry Cola n'est pas un produit concurrent à proprement parler. Il est en effet produit par Multon Partners, l'entreprise qui était auparavant responsable de la production de Coca-Cola en Russie. Cette entreprise appartient à Coca-Cola HBC, dont le siège est à Londres, et qui appartient à son tour à 21% à la maison mère américaine.

Le Coca original est importé de pays voisins comme la Géorgie ou le Kazakhstan. La Russie a en effet adopté une loi selon laquelle les produits de marque peuvent être importés sans l'accord des entreprises concernées. Le Coca-Cola original reste ainsi à la troisième place des boissons non alcoolisées les plus vendues en Russie (derrière le Dobry Cola et la boisson non alcoolisée d'une entreprise russe).

Pepsi change de nom

Avec PepsiCo Inc., un autre géant américain des boissons a annoncé en septembre 2022 son retrait de Russie. Le groupe a tenu parole et a stoppé la vente de Pepsi, Mountain Dew, 7Up et autres.

Cependant, peu de temps après, Pepsi a tout simplement lancé un nouveau cola, Evervess. La même chose en vert. Littéralement. Puis vint Frustyle, une limonade qui rappelle fortement Mirinda.

Unilever et Nestlé restent

Les groupes alimentaires comme Unilever et Nestlé devraient carrément brader leurs sites de production. C'est ce qu'exige le Kremlin avec une sorte de «taxe de sortie». Mais ils ne sont pas prêts à le faire.

Nestlé souligne que, bien qu'elle reste active en Russie, elle a cessé de faire de la publicité dans le pays, suspendu les investissements et décidé de se conformer à toutes les sanctions en vigueur. De plus, le Conseil d'administration a mis l'accent sur la nécessité de continuer à honorer les engagements pris envers les collaborateurs.

Le groupe français de yaourts Danone et le producteur danois de bière Carlsberg ont été pratiquement expropriés par la Russie. La chaîne de supermarchés française Auchan, le groupe Benetton et la chaîne de sandwichs Subway n'ont même pas fait mine de mettre fin à leurs activités en Russie. (rbu)

L'Ukraine reçoit des chars Abrams et la Russie en détruit un
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Hey, les gauches! La France a honte de vous
Allons, les enfants de la patrie, réunis sous le blase mort-né du Nouveau Front populaire: c'est l'heure de grandir. Alors que Macron rêve de faire imploser la gauche, les incessantes gamineries de cette coalition, incapable de se mettre d'accord sur un premier ministre «crédible», sont en train de lui offrir ce cadeau.

Il est des signes qui ne trompent pas. Quand une écologiste à la popularité grandissante et un journal de gauche militante tirent la sonnette d'alarme, c'est que la fumée précède le feu. Depuis quelques jours, alors qu'Emmanuel Macron attend du Nouveau Front populaire des «propositions crédibles» pour remplacer Gabriel Attal, les principaux concernés se tirent la bourre dans une cour d'école qu'ils ont eux-mêmes construite.

L’article