International
Russie

Yandex, le Google russe, censure ces recherches sur Poutine

Russian President Vladimir Putin Putin chairs a meeting of the State Council in the Kremlin in Moscow, Russia, Wednesday, May 25, 2022. (Sergei Guneyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Les images de Poutine n'apparaissent pas dans les résultats de recherche de Yandex, le Google russe, lorsque les utilisateurs recherchent des termes qui le décrédibilisent.Image: AP Pool Sputnik Kremlin

«Quand meurt-il?» Le Google russe censure les recherches sur Poutine

Si les Russes veulent faire une recherche en ligne, ils le font souvent sur le moteur de recherche Yandex. Mais leurs demandes y sont parfois censurées.
07.02.2023, 11:28
Tobias esser
Plus de «International»
Un article de
t-online

Yandex est le cinquième moteur de recherche en ligne au monde. En Russie notamment, les utilisateurs n'utilisent pas Google lorsqu'ils veulent rechercher quelque chose en ligne, mais Yandex. Ils risquent toutefois de voir leur recherche censurée, comme le montre un code source divulgué.

>>> Suivez en direct l'évolution de la guerre en Ukraine

Le portail d'information russe indépendant Meduza a publié mercredi un rapport sur le sujet. Yandex traiterait et filtrerait en partie les requêtes de recherche. Selon le rapport, les images du chef du Kremlin Vladimir Poutine n'apparaissent pas dans les résultats de recherche lorsque les utilisateurs recherchent des termes tels que «idiots», «grand-père dans son bunker» ou la question «quand va-t-il mourir?»

Et Vladimir Poutine n'est pas le seul à influencer Yandex en intervenant dans les résultats de recherche. Le moteur de recherche élimine également les résultats indésirables lors de la recherche de la lettre Z, qui est devenue le symbole de l'invasion russe de l'Ukraine, lors de la recherche d'images.

«Nazis» et «lions»

La plupart des résultats d'images triées ont un rapport avec l'Allemagne ou le nazisme. Ainsi, les images en rapport avec les termes «forces aériennes», «SS», «nazis» ou «Hitler» sont filtrées. Selon Meduza, le code ne fonctionne toutefois pas aussi bien que pour les recherches sur Poutine. Si l'on recherche «symbole Z» sur Yandex, de nombreuses croix gammées ou runes SS apparaissent dans les résultats des images. La censure semble donc avoir un point faible.

Outre les résultats d'images, Yandex bloque également les termes qui ne doivent pas apparaître dans les requêtes captcha sur le site Web. Les captchas sont de test qui apparaissent pour distinguer les ordinateurs des personnes en quelques clics. Parmi les mots bloqués en Russie figurent également «Google» ou «mort», ce qui n'est guère surprenant selon Meduza. Il est toutefois intéressant de noter le blocage du mot russe «Lwow» pour les requêtes captcha. «Lwow» ne signifie en fait que «lion» en russe, mais dans ce cas, il peut aussi représenter le nom russe éponyme de la ville ukrainienne de Lviv, qui est régulièrement bombardée par la Russie depuis le début de la guerre.

Ces dernières années, Yandex a été régulièrement critiquée pour sa collaboration de plus en plus étroite avec le Kremlin. L'entreprise s'est ainsi soumise à une loi russe sur les médias qui filtre les reportages indésirables critiquant le Kremlin au moyen d'algorithmes. Ce n'est peut-être pas un hasard si l'année dernière Alexej Kudrin, un proche de Poutine depuis de nombreuses années, est arrivé à la tête de l'entreprise.

Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
1 / 9
Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
source: uk ministry of defence
partager sur Facebookpartager sur X
Malaise en Russie sur un plateau TV
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des chevaux militaires fous sèment le chaos à Londres
Des chevaux de l'armée britannique ont semé le chaos à Londres, blessant quatre personnes et endommageant des véhicules, avant d'être maîtrisés.

Des chevaux de l'armée britannique se sont échappés mercredi matin. Ils ont semé la pagaille en plein centre de Londres, blessant au moins quatre personnes, percutant des véhicules et stupéfiant les passants avant d'être maîtrisés.

L’article