DE | FR
Image: sda

Quelles sanctions la Suisse applique contre la Russie? Résumé en dates

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs séries de sanctions ont été prises par la Confédération contre la Russie. En voici le résumé chronologique.
18.04.2022, 10:1919.04.2022, 07:33

La Suisse a étendu plusieurs fois ses sanctions à l'encontre de la Russie depuis l'attaque contre l'Ukraine le 24 février. En principe, le Conseil fédéral suit les sanctions de l'Union européenne (UE), mais pas aveuglément. Il examine chaque mesure.

24 février: jour de l'offensive

Le jour de l'offensive russe, le 24 février, le Conseil fédéral renonce à des sanctions, mais renforce les règles empêchant de contourner les sanctions d'autres Etats à l'encontre de Moscou. Le président de la Confédération Ignazio Cassis déclare que:

«Le Conseil fédéral veut laisser la porte ouverte à des discussions diplomatiques»

28 février: premières sanctions

Le 28 février, le Conseil fédéral décide de reprendre intégralement les sanctions prononcées par l'UE. Ignazio Cassis parle d'une mesure que la Suisse ne devait pas prendre à la légère.

Ce jour-là, la Suisse bloque les avoirs de personnes et d'entreprises figurant sur la liste des sanctions de l'UE. Des sanctions financières s'appliquent au président russe Vladimir Poutine, au premier ministre Mikhaïl Michoustine et au ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Cinq oligarques sont interdits d'entrée.

La Suisse soutient l'exclusion de la Russie du réseau de communication bancaire Swift. L'interdiction d'importer, d'exporter et d'investir concernant la Crimée et Sébastopol, en vigueur depuis 2014, est étendue aux régions de Donetsk et de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine. L'espace aérien suisse est interdit aux vols en provenance de Russie et aux aéronefs immatriculés en Russie, à l'exception des vols à buts humanitaire, médical ou diplomatique.

4 mars: sanctions financières

Le Conseil fédéral reprend toutes les sanctions financières de l'UE à l'encontre de Moscou, ainsi que les interdictions d'exportation supplémentaires décidées par Bruxelles.

Les biens pouvant être utilisés à des fins militaires et civiles ne peuvent plus être exportés vers la Russie. Si une utilisation finale militaire est prévue, les exportations vers l'Ukraine sont également interdites.

Des interdictions d'exportation s'appliquent en outre aux biens destinés au raffinage du pétrole ainsi qu'à l'industrie aérospatiale. Certains services, tels que les travaux de réparation et d'inspection et les assurances, sont également interdits. Les exportations encore autorisées pour le secteur pétrolier sont soumises à autorisation.

25 mars: une partie des exportations interdites

Le Conseil fédéral met en œuvre de nouvelles sanctions de l'UE. L'exportation de biens destinés au secteur de l'énergie et de services connexes est interdite. La participation à des prêts ou autres moyens financiers à des entreprises actives dans le secteur de l'énergie, ainsi que la disposition à s'y engager, sont également prohibées.

Les importations de produits sidérurgiques en provenance ou originaires de Russie sont stoppées. En outre, les exportations vers la Russie de produits de luxe et de biens destinés à la navigation maritime ne sont plus possibles. Dans le domaine financier, les transactions avec certaines entreprises d'Etat et la fourniture de services de notation sont interdites.

13 avril: importation de charbon interdite

Le Conseil fédéral entend mettre en œuvre la majeure partie du cinquième train de sanctions de l'UE qui comprend notamment une interdiction d'importer du charbon et d'autres biens susceptibles de générer des revenus pour la Russie, comme le bois, les fruits de mer et la vodka.

S'y ajoute une interdiction d'exporter du kérosène et d'autres biens susceptibles de contribuer au renforcement des capacités industrielles de la Russie.

La Suisse entend également reprendre les interdictions décidées par l'UE dans le domaine de l'attribution des marchés publics ainsi que les nouvelles sanctions financières, notamment concernant les trusts. Le soutien financier aux institutions publiques russes sera interdit. Le Conseil fédéral a en revanche exclu les interdictions adoptées par l'UE en matière de navigation et de transport routier.

Valeurs foncières

Jusqu'à présent, des valeurs patrimoniales d'un montant de 7,5 milliards de francs ont été bloquées en Suisse sur la base des sanctions.

Ce chiffre a été communiqué par le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) il y a une dizaine de jours. Aucun nouveau chiffre n'était disponible mercredi dernier. Onze biens immobiliers appartenant à des personnes figurant sur la liste des sanctions ont été signalés à la Confédération.

Personnes et entreprises

La Suisse a infligé des sanctions géographiques aux mêmes individus, entreprises et organisations que l'UE. Jusqu'à mercredi, 1091 personnes physiques figuraient sur la liste des sanctions.

Parmi les 217 nouvelles personnes inscrites depuis mercredi figurent les deux filles du président russe Vladimir Poutine. Environ 80 entreprises et organisations y figurent également désormais.

Médias

Contrairement à l'UE, la Suisse n'interdit pas la diffusion des médias d'Etat russes. Le ministre de l'Economie Guy Parmelin a reconnu, dans une interview aux journaux alémaniques du groupe Tamedia, que:

Les chaînes RT et Sputnik sont «des instruments de la propagande russe»

Une interdiction pourrait toutefois être interprétée comme une censure. (sas/ats)

La vidéo touchante d'un chien qui retrouve son maître en Ukraine

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un changement de loi permet à Poutine une mobilisation cachée
Le Parlement russe a adopté une modification législative de grande envergure. Des bureaux de recrutement sont régulièrement incendiés.

Andreï Krassov, un député du parti gouvernemental «Russie unie», a déclaré au pupitre de la Douma à Moscou:

L’article