International
Tiktok

Le «rêve indien», ou comment les ados s'amusent à s'évanouir

Le jeu du «rêve indien», sur TikTok, fait trembler les cours des écoles en France.
Le jeu du «rêve indien», sur TikTok, pour «jouer à s'évanouir».Image: watson / tiktok

Le «rêve indien», ce jeu pour ados qui peut laisser des séquelles à vie

Sur les réseaux sociaux et dans les cours d'école, les challenges dangereux s'enchaînent. Dernier «jeu» en date, le «rêve indien», dont le but est de s'évanouir. Il fait son retour chez certains ados après avoir déjà fait une victime en France en 2021.
06.10.2023, 09:2207.10.2023, 15:58
Plus de «International»

Les préaux d'écoles ont encore accouché d'un jeu débile. Ou plus précisément, recouché d'une bêtise qui avait déjà coûté la vie à une jeune fille en 2021 en France.

Dans la même veine que le tristement célèbre «jeu du foulard», le «rêve indien» consiste à se forcer à hyperventiler en position accroupie, puis à se relever d'un coup en coupant sa respiration. Le but? Tomber dans les pommes, quelques secondes, parfois quelques minutes.

Le phénomène, qui avait fait trembler parents et enseignants en 2021, fait aujourd'hui son retour sur les bancs de l'école en France, particulièrement dans la Somme, au nord de la capitale. Le challenge s'étend via les réseaux sociaux, particulièrement sur TikTok. La plateforme a bloqué les contenus relatifs aux termes «rêve indien»...

Le «rêve indien», ce jeu pour ados qui peut tourner au cauchemar
TikTok tente de protéger ses utilisateurs.Image: capture d'écran tiktok

Mais la prévention faite par la plateforme n'est pas des plus difficiles à contourner: les jeunes internautes ont trouvé d'autres moyens de partager leurs plus belles «prouesses» en réalisant ce défi.

En tapant un dérivé, «sommeil indien» par exemple, TikTok offre à ses utilisateurs une myriade de vidéos d'adolescents s'évanouissant «pour rigoler».

Vidéo: extern / rest

Sauf que la rigolade peut aussi mal se terminer. Le défi a fait une victime en 2021, et le 19 septembre dernier, à Saint-Brieuc, en Bretagne, une jeune fille a été victime d'un malaise dans la cour de son école. Elle a été transportée à l'hôpital.

«Elle s'est mise à genoux, elle a soufflé, soufflé. Ensuite, elle s'est relevée, elle avait mal à la tête. Elle a mis son doigt dans la bouche et elle est tombée»
Une camarade de la jeune fille sur France Bleu

Des séquelles à vie

Les médecins mettent en garde contre ce défi. «Les conséquences peuvent être aiguës, comme cette perte de connaissance qui provoque un traumatisme crânien, voire des lésions cérébrales, voire des arrêts cardiaques pour ceux qui pourraient avoir des défaillances inconnues», explique le pédiatre Christophe Batard sur BFMTV.

«À long terme, ces lésions cérébrales peuvent provoquer des crises d'épilepsie à répétition parce qu'on a créé des moments où le cerveau n'était pas irrigué.»
Le pédiatre Christophe Batard sur BFMTV.

Depuis la rentrée scolaire, en France, plusieurs cas de malaises ont été signalés à la suite de ce challenge. Mais le «rêve indien» n'est pas le seul défi dangereux auquel se frottent actuellement les jeunes élèves: le jeu de la virgule donne lui aussi des sueurs froides aux professeurs et aux parents.

Les établissements scolaires appellent à la vigilance et tentent de faire de la prévention face à ces phénomènes qui se répandent sur les réseaux sociaux.

5 trends TikTok qu'il ne faut absolument pas suivre

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le président du PLR est parti faire du déminage en Irak
La Fondation suisse de déminage FSD est la seule œuvre d'entraide suisse qui désamorce les mines dans les régions en crise. Le président du parti PLR Thierry Burkart fait partie du conseil de fondation. Il s'est rendu auprès des démineurs de l'ONG, dans le nord de l'Irak.

Les tentes blanches du camp de réfugiés de Khasir se distinguent de loin. La structure s'étend sur une superficie d'environ un kilomètre carré. Elle borde une rivière de laquelle le camp tient son nom. Depuis 2014, des dizaines de milliers d'Irakiens ont trouvé refuge ici pour échapper aux massacres perpétrés par l'organisation terroriste Etat islamique (EI). Aujourd'hui, l'EI n'est plus actif que dans quelques régions isolées du pays, mais les mines et les pièges explosifs laissés par les terroristes sont toujours là. Et ils représentent toujours un danger considérable, dix ans plus tard.

L’article