International
ukraine

Comment les Ukrainiens chassent les soldats russes avec des drones

Comment les Ukrainiens chassent les soldats russes avec des drones

Comment les Ukrainiens chassent les russes avec des drones
Un soldat ukrainien avec un quadricoptères, un drone civil utilisé à des fins militaires sur le front.Image: az
Comme les Ukrainiens ne possèdent pas assez de drones militaires, ils utilisent de plus en plus d'appareils civils, appelés quadricoptères. Ceux-ci doivent fournir des images des positions ennemies ou les détruire en tant que drones kamikazes.
26.07.2022, 05:4826.07.2022, 12:43
Kurt Pelda, kherson / ch media
Plus de «International»

Le labyrinthe de tranchées se termine par un long tunnel qui mène au sous-sol d'un bâtiment. Bien protégés sous terre se trouvent des dortoirs et une petite cantine pouvant accueillir une douzaine de personnes.

FILE - Ukrainian servicemen correcting artillery fire by drone at the frontline near Kharkiv, Ukraine, on Saturday, July 2, 2022. Never in the history of warfare have drones been used as intensively a ...
Des soldats ukrainiens pilotent un drone près de Kharkiv.image: keystone

Une soldate puise de la soupe avec des morceaux de viande dans une grande marmite, et un combattant plus âgé coupe des tranches de pain pour les soldats affamés. Il porte un t-shirt vert militaire avec l'inscription «Suisse». Devant la cuisine se trouvent des charges propulsives pour des obus d'artillerie occidentaux, de calibre 155 millimètres. Nous sommes sur le front sud, près de Kherson, la capitale de la province occupée par les Russes.

Une courte promenade à travers des tranchées en partie recouvertes de filets de camouflage mène à un autre bâtiment gravement endommagé. Des obus russes volent de temps en temps au-dessus de nos têtes et explosent au bout de quelques secondes, loin derrière les positions ukrainiennes. L'immeuble détruit est également doté d'un sous-sol. Dans l'une des pièces souterraines, nous entrons dans un poste de commandement équipé de plusieurs ordinateurs. Sur les écrans, des vidéos de surveillance du front sont visibles.

Moins d'obus russes grâce à l'artillerie occidentale

Au poste de commandement, nous rencontrons un officier d'artillerie qui nous demande de garder secrète la position exacte à laquelle nous nous trouvons. L'homme de 31 ans nous confirme ce que nous soupçonnons depuis longtemps: depuis l'utilisation de missiles de précision américains Himars contre les dépôts de munitions et les positions russes, les tirs d'artillerie ennemis ont considérablement diminué. Alors qu'auparavant, il y avait encore deux à trois heures de tirs intenses par jour, les Ukrainiens sur le front sud ne sont plus sous le feu qu'environ une heure par jour.

La même chose se passe apparemment sur le front du Donbass, où les soldats font également état d'une diminution sensible des tirs d'artillerie russes. Mais ce ne sont pas seulement les missiles Himars à longue portée qui en sont responsables, mais aussi les canons occidentaux de 155 millimètres, qui peuvent tirer des munitions de précision à longue distance en plus des grenades ordinaires.

Le poste de commandement comprend également une salle de séjour souterraine avec une grande table ronde. Trois Américains, anciens membres de l'infanterie de marine américaine, y sont assis. Deux d'entre eux sont désormais sous contrat avec l'armée ukrainienne, le troisième est ici en tant que volontaire sans rémunération. Leur mission est de former les soldats ukrainiens, expliquent les trois hommes.

Un véhicule tout-terrain avec un numéro zurichois

Pendant ce temps, un pick-up avec une plaque d'immatriculation zurichoise arrive devant le bâtiment criblé de balles. Le conducteur, un officier de la défense territoriale de Kiev, gare le véhicule à plateau dans une ruelle étroite afin de mieux le protéger - d'une part contre les éclats d'obus volants et d'autre part contre le repérage par des drones de reconnaissance. L'homme s'appelle Vitali et affirme que sa voiture a été achetée par des gens en Suisse et offerte à l'Ukraine.

Sous une grande bâche, Vitali a rangé des drones de différentes tailles sur la surface de chargement. Il parcourt ainsi le pays et donne des cours aux soldats sur le maniement des appareils volants. Il s'agit de quadricoptères équipés chacun de quatre petits moteurs électriques et d'une caméra vidéo. Les deux belligérants utilisent de tels drones civils, en premier lieu pour la reconnaissance des positions et des batteries d'artillerie ennemies.

Contrairement aux drones spécialement conçus pour l'armée, les quadricoptères civils commandés par radio peuvent transporter relativement peu de charge utile. Leur portée est limitée à quelques kilomètres. Ils ne conviennent donc qu'aux soldats se trouvant directement sur le front. En revanche, ils sont si petits qu'ils passent généralement inaperçus sous l'écran radar de l'ennemi.

A Ukrainian soldier looks at a drone screen showing Russian troops positions during heavy fighting at the front line in Severodonetsk, Luhansk region, Ukraine, Wednesday, June 8, 2022. (AP Photo/Oleks ...
Des soldats ukrainiens observent les troupes russes avec un drone à Severodonetsk.Image: sda

Toutefois, tant les drones que les appareils de commande émettent des signaux radio que l'adversaire peut localiser. Si le contact radio est perdu, les drones reviennent automatiquement à la position GPS du pilote. C'est une autre source de danger, car si la reconnaissance radio de l'ennemi peut déterminer ces coordonnées, il ne faut pas longtemps pour que la position du pilote soit ciblée par des tirs d'artillerie. L'une des missions de Vitali est donc d'apprendre à ses élèves comment minimiser ces risques.

Après un cours d'introduction théorique le matin, l'après-midi est consacré à l'application pratique sur le terrain. Les tirs russes ont entre-temps diminué, seules des détonations sourdes se font encore entendre au loin. A l'horizon, des champs de blé brûlent.

Parmi les élèves se trouve un volontaire sud-coréen qui a rejoint les Ukrainiens en tant que combattant. De tous, c'est lui qui a le plus de mal avec son drone d'entraînement. En revanche, un Ukrainien élancé, le seul du petit groupe à porter une mitraillette au lieu du fusil d'assaut habituel, fait voler son drone avec une grande dextérité au-dessus du plat pays après peu de temps. La qualité des images vidéo transmises sur l'écran de contrôle est étonnante.

Un drone kamikaze fait maison

Changement de décor à l'est du pays, dans la région de la ville d'Izioum, située à près de 500 kilomètres et occupée par les Russes. Quatre Ukrainiens d'une unité de volontaires se dirigent à grande vitesse vers le front dans un pick-up vert. Deux des jeunes hommes sont des professionnels de l'aviation. L'un d'eux est le conducteur, il transporte un drone de reconnaissance. C'est le même modèle que celui que Vitali a présenté à ses élèves sur le front sud.

Le deuxième combattant, assis sur le siège passager, tient un drone kamikaze à la main. Il a recouvert une poignée d'explosifs en plastique de morceaux de métal, entouré l'engin explosif de ruban adhésif noir et l'a fixé au petit quadricoptère. Les deux autres soldats l'accompagnent pour sécuriser l'attaque prévue.

Le trajet traverse des villages fantômes partiellement détruits et un paysage pittoresque, parsemé de champs de tournesols et de blé. Au niveau d'une forêt, cinq mines antichars se trouvent soudain sur la route. Il y a un freinage d'urgence, puis la voiture est garée dans le bois. Comme sorti de nulle part, un autre soldat apparaît. Après un bref échange, on traverse à pied un ravin boisé pour rejoindre la dernière tranchée avant les positions russes. La petite position se trouve sur une colline, à environ 1700 mètres des Russes. Ces derniers se sont installés dans un village situé au-delà d'une petite rivière.

Le conducteur du pick-up fait alors décoller son drone, en évitant habilement les branches des arbres qui nous protègent de la vue. De l'autre côté, les Russes tirent trois obus de lance-mines, qui explosent à plusieurs centaines de mètres. Après quelques instants, le drone a atteint le bord du village. Il vole à environ 150 mètres d'altitude. Les Ukrainiens ont choisi la fin de l'après-midi pour lancer leur attaque, car le soleil se trouve alors derrière le drone, ce qui le rend plus difficile à repérer pour les Russes.

Des hommes apparaissent sur l'écran de l'unité de contrôle. L'un d'eux entre dans l'annexe d'une maison d'habitation de plain-pied au toit de tôle ondulée. Les Ukrainiens pensent qu'il pourrait s'agir d'une cuisine improvisée par les Russes. L'annexe a une porte bleu clair qui est ouverte pour le moment. L'automobiliste donne maintenant l'ordre au combattant avec le drone kamikaze de partir.

Les Ukrainiens ne sont pas les seuls à utiliser des armes improvisées:

Le pilote a enfilé des lunettes vidéo qui projettent l'image de la caméra du drone directement devant ses yeux. Après un court vol, il dirige le drone dans un doux virage à gauche vers la porte ouverte de la cuisine. Une boule de feu apparaît sur l'écran du drone de reconnaissance, et la porte bleu clair vole en morceaux dans les airs. Les quatre soldats exultent. «Welcome to Ukraine», crie l'un d'eux.

Lorsque le nuage de fumée de l'explosion s'est dissipé, un homme en uniforme sort en courant de l'annexe et se réfugie derrière un hangar voisin. Les Ukrainiens sont certains d'avoir tué un ou deux Russes. Mais les images que le drone de reconnaissance envoie à l'écran n'en apportent pas la preuve.

Le village de conteneurs pour les Ukrainiens à Berne
1 / 15
Le village de conteneurs pour les Ukrainiens à Berne
partager sur Facebookpartager sur X
En Ukraine, les voitures slaloment entre les mines
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La NASA doit faire des économies
Les critiques avaient déjà fusé concernant le budget de la NASA. Aujourd'hui, l'agence spatiale américaine doit désormais faire des économies.

Devant faire des économies, la NASA cherche des moyens de rapporter sur la Terre des roches prélevées sur Mars de façon plus rapide et moins coûteuse, a annoncé lundi l'agence spatiale américaine. Des voix critiques avaient qualifié son budget d'«irréaliste».

L’article