DE | FR

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Un commandant de char russe se rend volontairement à un soldat ukrainien.
Un commandant de char russe se rend volontairement à un soldat ukrainien.image: keystone
Le commandant de char Misha a déserté et ce n'est pas un cas isolé: les rapports sur les soldats russes déserteurs se multiplient, car le camp ukrainien leur fait de bonnes propositions, mais le Kremlin a réagi.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
30.03.2022, 06:1202.04.2022, 13:20
Samuel Schumacher / ch media

Après quatre semaines de guerre, le commandant de char russe Misha en a eu assez. Sa troupe avait été officiellement envoyée en Ukraine pour une «opération spéciale». Il n'avait presque plus rien à manger. Le commandement militaire agissait sans aucune planification. Le moral était au plus bas.

Misha a alors vu le SMS que les militaires ukrainiens envoyaient en masse à des numéros russes. Il disait que ceux qui voulaient se rendre devaient se manifester. Misha s'est manifesté et le côté ukrainien a répondu. Le soldat a ensuite conduit son char dans un champ isolé, a garé le véhicule, est descendu et s'est allongé à plat ventre sur le sol à côté, les bras tendus.

Un drone ukrainien s'est approché et s'est assuré que le combattant russe ne préparait pas une embuscade. Misha a ensuite été emmené par des soldats ukrainiens. Il recevra un droit de séjour en Ukraine, 10 000 dollars américains et aura accès à la télévision, à une douche et à un téléphone, a indiqué la partie ukrainienne.

Chaque jour, des dizaines voire des centaines de soldats russes passent du côté ukrainien.
Chaque jour, des dizaines voire des centaines de soldats russes passent du côté ukrainien.image: twitter

La désertion du commandant de char Misha n'est pas un cas isolé. Des dizaines, voire des centaines de soldats russes désertent chaque jour en Ukraine et passent du côté de l'ennemi. Lundi dernier, 200 d'entre eux auraient volontairement déposé les armes dans la seule ville de Soumy, au nord-est du pays.

«Chair à canon»

Les troupes qui désertent deviennent de plus en plus un problème pour Vladimir Poutine et son armée. Il a envoyé environ 190 000 hommes en Ukraine. Jusqu'à 15 000 soldats russes ont déjà été tués au cours du premier mois de guerre (autant que pendant toute la guerre d'Afghanistan des Russes de 1979 à 1989). Si des centaines de soldats s'enfuient désormais chaque jour avec leurs chars et leurs armes, cela affaiblit encore davantage l'avancée déjà ralentie des troupes russes.

«Nous voyons des cas de soldats russes qui se rendent volontairement et contactent nos militaires», a confirmé la semaine dernière le ministre ukrainien de l'Intérieur Denys Monastyrsky. Beaucoup demanderaient à la partie ukrainienne ce qu'il adviendrait d'eux s'ils se rendaient. Ces hommes se sentent trahis par leur propre gouvernement et utilisés comme «chair à canon», a déclaré Monystyrsky.

Des messages radio interceptés entre les unités russes en Ukraine laissent penser que le moral des troupes de Poutine a fortement baissé après les premières semaines difficiles de la guerre. Les réservoirs d'essence vides, le matériel endommagé et la pénurie de nourriture pèsent sur la motivation. A cela s'ajoute le fait que de nombreux Russes s'étonnent de ne pas rencontrer, en Ukraine, des foules en joie qui remercient les «libérateurs» russes.

Un soldat russe reçoit du thé et du pain de la part d'Ukrainiennes.
Un soldat russe reçoit du thé et du pain de la part d'Ukrainiennes.screenshot: telegram

«Maman, la vie ici était paisible avant que notre président ne commence tout cela», a dit un prisonnier de guerre russe à sa mère au téléphone devant les caméras ukrainiennes. Le fait que l'Ukraine ne soit manifestement pas dirigée par des «nazis drogués», comme la propagande russe a tenté de le leur faire croire, entraîne un désenchantement chez de nombreux soldats. Pourquoi ou contre quoi se battre?

Le groupe de réflexion ukrainien «Center for Defence Strategies» écrit: «Les troupes russes sont conscientes de l'impasse de leur situation et choisissent de plus en plus souvent de déserter plutôt que de mourir». Des spécialistes ukrainiens de la radio et des écoutes incitent également les Russes à déserter. Dans des conversations radio publiées, on peut entendre des intercepteurs ukrainiens envoyer des messages radio aux envahisseurs russes:

«Il vaut mieux être un déserteur que de finir en engrais»

La partie ukrainienne veut profiter du désespoir croissant des troupes russes. Le ministre de la Défense Olexi Resnikov a écrit sur Facebook qu'il garantissait aux déserteurs russes l'impunité, un droit de séjour et jusqu'à 40 000 euros. Pour cela, il suffirait aux soldats russes de se rendre en brandissant un drapeau blanc et en prononçant le mot-clé «million».

Abattre les déserteurs sur place

Les dirigeants russes ont également reconnu les problèmes dans leurs propres rangs. Ils ont réagi. Poutine aurait envoyé des troupes spéciales chargées de débusquer les déserteurs russes en Ukraine et de les abattre sur place. Cette mesure rappelle l'«ordre 227» décrété par Joseph Staline en 1942 qui prescrivait aux soldats russes de tuer «immédiatement et sur le champ» leurs camarades déserteurs.

A titre de comparaison, le Code pénal militaire suisse prévoyait lui aussi, de 1927 à la fin de la guerre froide, des mesures pouvant aller jusqu'à la peine de mort pour ceux qui désertaient devant l'ennemi.

Mais Poutine ne se contente pas d'envoyer des chasseurs de désertion. Il fait également tourner sa machine à propagande. C'est du moins ce que suggère un ordre du ministère russe de la Défense publié hier par le groupe de hackers «Anonymous». L'ordre exige la production et la diffusion immédiate de vidéos montrant le prétendu «traitement inhumain de prisonniers de guerre russes par les troupes ukrainiennes». Très concrètement, il s'agit de contrer les «rapports de plus en plus nombreux sur les troupes qui se rendent».

Apparemment, les exécutants volontaires de Poutine ont déjà exécuté l'ordre. Une vidéo circule sur Internet. Elle montre des soldats ukrainiens tirant sans raison dans les jambes de prisonniers de guerre russes. La partie ukrainienne a ordonné une enquête immédiate sur la vidéo. Ce ne serait pas la première fois que Poutine tenterait de justifier ses actions brutales chez son voisin occidental en utilisant un montage vidéo.

Traduit de l'allemand par Nicolas Varin

Interview de Jérémie, un français volontaire dans l'armée ukrainienne

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

Des personnes trans sont bloquées en Ukraine

Link zum Artikel

Sean Penn emmène Hollywood en Ukraine pour un documentaire

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine, ça vous préoccupe? Comment? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Conflit Ukraine-Russie: 3 scénarios militaires les plus probables

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Une fuite de données montre que la Chine traite les Ouïghours avec cruauté
Le gouvernement chinois parle de «centres de formation» pour les Ouïghours, pourtant de nouvelles images montrent l'horreur des camps d'internement.

Peu avant la visite de la commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, au Xinjiang, un consortium international de journalistes a publié de nouvelles preuves de l'internement massif des Ouïghours en Chine. Des photos, des discours et des instructions des autorités prouvent que les camps ne sont pas, comme le prétend le gouvernement chinois, des «centres de formation professionnelle», ont déclaré mardi plusieurs médias internationaux.

L’article