International
ukraine

Trois morts causés par une des missiles ukrainiens en Crimée

Trois morts causés par des missiles ukrainiens en Crimée

Une attaque de missiles balistiques ukrainiens a frappé Sébastopol en Crimée, tuant trois personnes, dont deux enfants, et blessant près de 100 autres. Les autorités locales ont confirmé que des débris des missiles ont également touché des zones côtières.
23.06.2024, 17:21
Plus de «International»

Une attaque de missiles balistiques ukrainiens a fait trois morts, dont deux enfants, et une centaine de blessés dimanche à Sébastopol en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie, a annoncé le gouverneur installé par Moscou.

L'armée ukrainienne «a frappé Sébastopol en plein jour avec des missiles balistiques à sous-munitions», a écrit sur Telegram Mikhaïl Razvojaïev.

«Le nombre de morts s'élève à trois personnes: nous avons perdu deux enfants et un adulte», a ajouté le responsable. «Le nombre de blessés s'élève à près de 100», a-t-il ajouté.

Plus tôt, il avait indiqué que la défense aérienne avait détruit «cinq cibles aériennes». «Mais des débris des cibles abattues sont tombés sur les zones côtières», avait-il ajouté.

Des vidéos, publiées par des médias russes, montrent des habitants sur une plage, fuyant lorsqu'ils entendent des explosions. L'AFP n'est pas en mesure d'en vérifier l'authenticité

Le Comité d'enquête russe a annoncé avoir ouvert une investigation pour établir les circonstances de la frappe. Le ministère russe de la Défense a accusé les Etats-Unis d'avoir une «responsabilité» dans une frappe meurtrière dimanche en Crimée, péninsule annexée, car elle aurait été conduite avec des missiles ATACMS, fournis par Washington à Kiev.

«De telles actions ne resteront pas sans réponse»
Le ministère russe de la Défense

Ville souvent ciblée

Sébastopol, grande ville portuaire, est souvent ciblée, notamment car elle abrite le quartier général de la flotte russe en mer Noire. La Crimée constitue un noeud logistique important pour l'armée russe.

L'Ukraine, confrontée à l'offensive russe depuis deux ans, réplique régulièrement en attaquant des régions russes ou des zones occupées.

Ses troupes tentent notamment de détruire des bateaux de guerre russes, et y parviennent régulièrement.

Parmi leurs faits d'armes depuis le début du conflit, les forces ukrainiennes ont bombardé en septembre 2023 le quartier général de la flotte de la mer Noire, plus d'un an après avoir réussi à couler le Moskva, le vaisseau amiral de la flotte russe, au printemps 2022.

«Accroître la pression»

En parallèle, une frappe russe a fait un mort et cinq blessés dimanche à Kharkiv, deuxième ville ukrainienne, selon le gouverneur régional, Oleg Synegoubov.

La veille, d'autres attaques à l'aide de bombes aériennes guidées avaient déjà fait deux morts et une cinquantaine de blessés, d'après les autorités ukrainiennes.

Kharkiv, toute proche de la frontière russe, est très régulièrement bombardé. La Russie nie toujours viser des cibles civiles en Ukraine et assure n'attaquer que des structures liées à l'armée.

Le président Volodymyr Zelensky, qui exhorte ses alliés à livrer davantage d'armements et de systèmes de défense aérienne, a affirmé dimanche que ses forces avaient encore abattu deux missiles russes de type Kalibr.

«La terreur russe ne ralentit pas, donc nous devons accroître la pression», a-t-il mis en garde. «Nous avons la détermination nécessaire pour détruire les terroristes sur leur territoire - ce n'est que justice - et nous avons besoin que nos alliés la partagent», a-t-il dit.

Cibles en Russie

Fin mai, Washington a accepté que les Ukrainiens utilisent les armes américaines pour frapper, dans certains cas, des cibles militaires sur le territoire russe proches de cette zone.

Cette décision faisait suite au lancement, début mai, d'une offensive terrestre surprise de la Russie dans la région de Kharkiv, où les combats restent violents.

Sur le sol russe, des attaques de drones ukrainiens ont fait un mort et trois blessés à Graïvoron, localité de la région russe frontalière de Belgorod, a indiqué dimanche le gouverneur Viatcheslav Gladkov.

La région de Belgorod est régulièrement la cible de frappes ukrainiennes, Kiev affirmant se défendre des attaques russes contre son propre territoire.

Au printemps, Graïvoron, située à seulement six kilomètres de la frontière, avait aussi subi des incursions armées de volontaires se présentant comme des Russes anti-Kremlin et basés en Ukraine. (tib/ats)

L'effondrement du barrage de Kakhovka, en Ukraine
1 / 14
L'effondrement du barrage de Kakhovka, en Ukraine
L'eau coule à travers ce qui reste du barrage.
source: sda / stringer
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Athènes ferme l'Acropole à cause de la canicule
Il ne sera pas possible de visiter l'Acropole d'Athènes mercredi aux heures les plus chaudes. Pour la deuxième fois en un peu plus d'un mois, le ministère grec de la Culture a décidé de fermer partiellement le monument en raison d'une canicule.

Selon le service de météorologie nationale EMY, le mercure va grimper à plus de 43 degrés dans certaines régions de la Grèce continentale, notamment dans le centre et le sud. En Attique, la région autour d'Athènes, la température au milieu de la journée devrait atteindre les 40 degrés.

L’article