stratus fréquent-1°
DE | FR
3
International
wagner

Ukraine: Evgueni Prigojine démolit le Kremlin et ses soldats

Prigojine (Prigozhin) critique désormais ouvertement la gestion de la guerre du gouvernement de Vladimir Poutine.
Le chef de Wagner, Evgueni Prigojine, ose désormais régulièrement critiquer directement le gouvernement de Poutine.

«Des dégénérés»: Le chef de Wagner démolit le Kremlin et ses soldats

Lors de la bataille pour la ville de Soledar, une discorde entre Vladimir Poutine et le chef du groupe Wagner, Evgueni Prigojine, était perceptible. Depuis la prise de la ville grâce à ses mercenaires, ce dernier critique ouvertement Moscou sur Telegram.
22.01.2023, 16:2722.01.2023, 18:34
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi

L'invasion de l'Ukraine, que Vladimir Poutine avait imaginé n'être qu'une brève intervention militaire, s'est avérée être une lutte acharnée, coûteuse et avec de nombreuses pertes. Un état de fait qui n'échappe pas aux membres de l'armée russe, qui évitent généralement d'exprimer leurs critiques publiquement. La peur de représailles de la part de Poutine est trop grande.

Evgueni Prigojine, le patron du fameux groupe de mercenaires Wagner, s'est lui aussi tenu en retrait pendant des années. Mais il met de plus en plus en avant son rôle de chef de guerre, en soulignant l'importance de son groupe dans des succès militaires en Ukraine.

Celui qui entretenait autrefois de très bonnes relations avec Vladimir Poutine semble s'être affranchi de la censure et ose désormais régulièrement critiquer directement le gouvernement de Poutine.

Le tournant: Soledar

Le fossé qui semble se creuser lentement entre le groupe Wagner et Poutine s'est particulièrement fait sentir lors de la récente prise de Soledar. Le 10 janvier, le groupe Wagner a en effet annoncé qu'il avait capturé la ville de Soledar, dans l'est de l'Ukraine, sans l'aide des troupes russes.

Quant au ministère russe de la Défense, il n'a annoncé la prise de la localité que trois jours plus tard. Et ce, sans mentionner le groupe Wagner. Celui-ci ne s'est pas laissé faire et a accusé le ministère de la Défense de s'approprier les succès du groupe de mercenaires.

Moscou reconnaît l'importance de Wagner

Le soir même, le ministère de la Défense s'est vu contraint de revenir sur ses déclarations: un groupe hétérogène a collaboré au succès de la prise Soledar.

«Cette mission a été menée à bien grâce aux actions courageuses et altruistes des volontaires des troupes d'assaut de Wagner»
Ministère russe de la Défense

Il est très inhabituel que le gouvernement de Poutine loue le groupe Wagner en des termes aussi élogieux. Il y a encore peu de temps, Poutine ne voulait pas entendre parler, du moins en public, de cette troupe de mercenaires. Le hic: celui-ci semble plus efficace sur le terrain ukrainien que l'armée russe, ce qui place Poutine dans une situation délicate.

Ce petit évènement dans la communication du Kremlin a démontré le poids et l'influence du groupe Wagner. En conséquence, Evgueni Prigojine, s'est créé un espace dans lequel il peut émettre des critiques sans craindre de représailles. Et depuis quelques jours, il se sent pousser des ailes...

Le chef de Wagner répond aux utilisateurs de Telegram

Ce mardi, quelqu'un a demandé au chef du groupe Wagner ce qu'il pensait des dernières réglementations du ministère russe de la Défense. Selon celles-ci, les soldats doivent en effet se raser la barbe et renoncer à leurs tablettes et smartphones.

FILE - Russian businessman Yevgeny Prigozhin prior to a meeting of Russian President Vladimir Putin and Chinese President Xi Jinping in the Kremlin in Moscow, Russia, July 4, 2017. Russia has engaged  ...
Dans des groupes Telegram liés au groupe Wagner, Evgueni Prigojine répond de temps en temps à des questions qui lui sont posées.image: keystone

«Est-ce que le groupe Wagner va connaître des restrictions similaires?», demande-t-on. Prigojine ne cache pas qu'il ne voit pas du tout l'intérêt de ces nouvelles réglementations. Voici sa réponse:

«Les soldats au front se lavent 80% du temps à la bouteille, le rasage est un luxe»
Evgueni Prigojine

De plus, indique-t-il, une grande partie de son groupe porte la barbe pour des raisons religieuses. Et en ce qui concerne les tablettes et les smartphones? Ce sont des «outils indispensables à la guerre moderne», explique-t-il. Ils fournissent des données géographiques précises, y compris l'altitude et d'autres particularismes liés au terrain. De plus, certaines unités spéciales ne peuvent transmettre leurs données que grâce à ces appareils.

«Bien entendu, les moyens de communication doivent être utilisés intelligemment. Seuls les dégénérés utilisent Whatsapp ou des moyens de transmission ennemis pour communiquer»
Evgueni Prigojine

Prigojine considère que ces exigences requises par le haut-gradé russe, le lieutenant-général Sobolev, sont archaïques, datent des années 1960, et témoignent d'un manque de formation militaire moderne. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles la qualité des combats en pâtit, estime de manière critique le «cuisinier de Poutine».

Prigojine critique ouvertement Moscou

Et après, le chef du groupe Wagner se lâche:

«Au lieu de se tourner les pouces en essayant de contraindre tout le monde à se plier à ses règles, principes et caprices ridicules, Sobolev devrait évoluer avec la guerre moderne, apprendre à tuer efficacement l'ennemi et à conquérir des territoires»
Evgueni Prigojine

Prigojine critique le fait que, plutôt que d'insister sur le développement des équipements militaires, les hauts-gradés russe ne pensent qu'aux parades et aux spectacles et se vautrent dans la flatterie à outrance. Et il ajoute:

«La guerre, c'est le temps des hommes courageux. Qu'ils soient rasés de près ou laissent leurs téléphones aux casernes, on s'en fiche»
Evgueni Prigojine

A la fin de sa tirade, il adopte à nouveau un ton plus conciliant, voire un peu moqueur: contrairement aux soldats au front, lui a suffisamment de temps pour suivre les instructions du lieutenant-général et se rase donc presque tous les jours.

Devenir le nouveau visage du chef de guerre en Ukraine

Avec ses déclarations, Prigojine essaie de fragiliser la confiance dans le ministère russe de la Défense, soupçonne l'Institut américain d'études sur la guerre (ISW). En parallèle, il tente de se profiler comme le visage du véritable chef de «l'opération militaire spéciale» en Ukraine.

Mercredi encore, il ne s'est pas retenu dans ses critiques. Cette fois-ci, il s'en est pris directement à l'administration de Poutine et a accusé les fonctionnaires qui y travaillent d'être des traîtres. L'ISW estime qu'il s'agit de l'une des attaques les plus flagrantes de Prigojine contre le Kremlin.

Débat national sur YouTube

Sa critique portait sur un débat ayant lieu en Russie qui concerne l'interdiction de Youtube sur le territoire national. Pour Prigojine, les choses semblent en effet très claires: Youtube doit être interdit. Il y affirme que près de 40% du contenu de la plate-forme vidéo est antirusse.

Selon lui, ceux qui s'opposent à cette interdiction anticipent un monde dans lequel la Russie aurait perdu contre l'Ukraine et voudraient garder de bonnes relations avec l'Oncle Sam. «Ces fonctionnaires espèrent que les Etats-Unis leur pardonneront tous leurs péchés après la perte de la guerre», indique-t-il. Il s'emporte:

«Ceux qui s'opposent à la suppression de YouTube sont des traîtres à la nation, leur peuple et à leur pays. Des traîtres aux générations russes passées et futures»
Evgueni Prigojine

Youtube sera certainement désactivé en Russie dans un avenir proche, affirme-t-il avec conviction.

«Tous ceux qui utiliseront encore la plate-forme après l'interdiction seront identifiés et recevront la sanction qu'ils méritent»
Evgueni Prigojine

Les ravages de la guerre à Marioupol vus du ciel

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Pourquoi la France ne veut pas livrer de chars
Paris n'a pas encore pris la décision de livrer des chars à l'Ukraine, selon Emmanuel Macron. Mais combien de temps le président français résistera-t-il à la pression politique?

De plus en plus de pays annoncent des livraisons de chars de combat. Seul un allié important de l'Ukraine demeure à l'écart: la France. Alors que l'Allemagne envoie des modèles ultramodernes de «Leopard 2» en Ukraine, que le Royaume-Uni promet des «Challenger» et que les Etats-Unis mettent leurs «Abrams» à disposition, le président Emmanuel Macron fait quant à lui preuve de retenue.

L’article