Sport
Course à pied

Matthias Kyburz, de la course d'orientation au marathon des JO

Image

Il veut représenter la Suisse aux JO dans un sport qui lui est «inconnu»

Le champion de course d'orientation, Matthias Kyburz, fera ses grands débuts sur marathon en avril. Avec un objectif en tête: se qualifier pour les Jeux olympiques de Paris 2024.
28.02.2024, 05:5428.02.2024, 11:28
Jörg Greb
Plus de «Sport»

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe début février. Matthias Kyburz, multiple champion du monde de course d'orientation, annonçait revoir ses objectifs, et mettre temporairement de côté la CO pour se concentrer sur le marathon. Et pas qu'un peu. Il vise les 2 heures 8 minutes et 10 secondes, un temps lui donnant accès aux Jeux olympiques de Paris cet été.

Pour situer cette performance, en Suisse, seuls Tadesse Abraham, le détenteur du record national, et Viktor Röthlin, ancien champion d'Europe de la discipline, ont couru sous cette marque.

Le week-end dernier, lors de la Reusslauf de Bremgarten (AG), Matthias Kyburz s'est testé, non pas sur la distance reine, mais lors d'un 10 kilomètres. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est convaincant. «Chlai», comme on le surnomme dans le milieu de la course d'orientation, ne s'est pas uniquement imposé en un temps record.

Il n'a laissé aucune chance à ses adversaires. La preuve, après seulement un kilomètre de course, Kyburz se détachait déjà du groupe de tête.

Grande satisfaction

«Je visais une course rapide, je ne voulais pas de tactique», déclarait le coureur après son temps de 28 minutes et 56 secondes, 46 secondes devant Dominik Rolli - troisième des derniers Championnats d'Europe de course en montagne, ayant lui aussi des ambitions olympiques. A l'arrivée, Matthias Kyburz, rayonnant, jubilait.

«Le test est réussi!»
Matthias Kyburz

La Reusslauf est considérée comme rapide, mais ce n'est pas ultra-rapide non plus. La deuxième moitié est vallonnée, également plus tournante. Mais Kyburz a tenu le rythme. Il l'a compris en consultant sa montre à un kilomètre du but, se disant alors:

«Si je franchis la ligne en moins de trois minutes, cela suffira pour passer sous les 29»
Matthias Kyburz
Kyburz, dossard 2, s'est imposé à Bremgarten en 28 minutes et 56 secondes.
Kyburz, dossard 2, s'est imposé à Bremgarten en 28 minutes et 56 secondes. Image: Alexandre Wagner

Malgré le rythme soutenu, le spécialiste de CO avait les idées claires et les sens éveillés. Une déclaration particulière l'illustre: «C'était un réel plaisir, l'odeur de l'ail des ours en forêt a été une véritable source d'inspiration».

Moins de nature, plus de bitume

Cette référence à la nature n'est pas anodine. Matthias Kyburz ne court pas uniquement en forêt lors de ses courses d'orientation. Il apprécie ce lieu, même à l'entraînement. Mais le marathon nécessite autre chose. Courir à plat, sur l'asphalte. Regarder régulièrement sa montre, tous les kilomètres. Parcourir de longues distances, loin de la forêt. Les amoureux de la nature n'y trouvent rarement leur compte.

Kyburz sait néanmoins pourquoi il s'est éloigné de son environnement naturel, celui auquel il est habitué depuis des années. Aujourd'hui, à mi-parcours de sa préparation ciblée en vue de Paris 2024, le natif de Rheinfelden (AG) ressent déjà les effets du changement. Il cite son résultat à Bremgarten, mais surtout «les énormes progrès réalisés sur les distances longues».

Le quadruple champion du monde de course d'orientation évoque «une évolution dans la bonne direction» lors de certains «entraînements clés». Il est désormais capable de maintenir un rythme élevé, en augmentant continuellement la distance. Il a ainsi parcouru les derniers kilomètres de ses sorties de 35 bornes en moins de trois minutes au kilo. «Cela me donne de l'assurance», dit-il. Il y a toutefois de grandes interrogations.

«Le marathon reste pour moi un grand inconnu que j'aborde avec beaucoup de respect»
Matthias Kyburz

Sur les bons conseils de Viktor Röthlin

Malgré ses 15 années d'expérience dans le sport de haut niveau, Matthias Kyburz ne planifie pas seul ses nouveaux entraînements. Il se fie à un plan fixe, établi par Victor Röthlin. Il court bien souvent seul, mais échange chaque semaine avec le Champion d'Europe du marathon - en 2010 dans les rues de Barcelone. Un conseil l'a beaucoup marqué.

«Cours beaucoup sur le bitume pour que tes muscles et ton corps puissent s'habituer aux coups»
Matthias Kyburz
Marathonlaeufer Viktor Roethlin, welcher vor wenigen Tagen seine Karriere beendete, informiert ueber naechstes Projekt, auf dem Stanserhorn, Kanton Nidwalden, am Mittwoch, 20. August 2014. Beim " ...
Viktor Röthlin, au soutien de Matthias Kyburz. Il détient la science du marathon.Image: KEYSTONE

Avec le parcours plat entourant l'aéroport de Berne-Bel, Kyburz trouve le «terrain d'entraînement idéal» pratiquement à deux pas de chez lui. Il parcourt jusqu'à 180 kilomètres par semaine et confie, sourire aux lèvres: «Ça fonctionne, je trouve le flow tant décrit».

L'athlète fera un nouveau bilan dans une dizaine de jours. Un test de performance, incluant la mesure de son taux de lactate et l'analyse de son pouls. Comme deuxième épreuve avant son marathon de qualification, vraisemblablement à Rotterdam mi-avril, il participera au Championnat suisse de semi-marathon, un mois plus tôt à Oberriet (SG). Son aventure sur marathon pourrait se poursuivre jusqu'à l'été, s'il réalise les minimas: «Si j'y parviens, je courrai un autre marathon, celui des Jeux à Paris le 10 août».

Adaptation en français: Romuald Cachod.

Alexeï Navalny (1976-2024)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet athlète suisse a conquis Paris (et ce n'est pas fini)
Un temps remarquable, une 7e place, le titre honorifique de premier non Africain et, surtout, les minima olympiques: les débuts sur marathon du champion du monde de course d'orientation Matthias Kyburz ont été une réussite dimanche à Paris. Il reviendra cet été sublimer la ville lumière.

Il ne lui reste plus que quelques mètres à parcourir, lorsque Matthias Kyburz lève les bras puis exulte. C'est une image dont nous avons l'habitude, sauf que cette fois, la joie est différente. L'Argovien ne vient pas de conquérir un 9e titre de champion du monde de course d'orientation, ni même l'or européen. Il n'est pas non plus le premier à franchir la ligne d'arrivée. La satisfaction de Matthias Kyburz est toutefois pleinement justifiée.

L’article