DE | FR
Le plus jeune footballeur célèbre infecté par le Covid: le défenseur allemand Niklas Süle, qui a dû quitter le camp de l'équipe nationale après avoir été testé positif.
Le plus jeune footballeur célèbre infecté par le Covid: le défenseur allemand Niklas Süle, qui a dû quitter le camp de l'équipe nationale après avoir été testé positif.Image: keystone

Les footballeurs infectés deviennent-ils mauvais? Ce que dit une étude

Les joueurs de football professionnels peuvent attraper le Covid-19 comme n'importe quelle autre personne. Mais quelles sont les conséquences sur le plan physique? Une infection rend-elle les footballeurs moins performants? Des chercheurs allemands se sont penchés sur la question.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
13.11.2021, 15:4715.11.2021, 12:08
Nikolai Stübner / watson.de

Niklas Süle était censé stabiliser la défense allemande avec Antonio Rüdiger lors des derniers matches de qualification pour la Coupe du monde contre le Liechtenstein (11.11) et l'Arménie (14.11). Mais rien de tout ça ne pourra se passer: le défenseur du Bayern Munich, 26 ans, a été testé positif au Covid et se trouve maintenant – tout comme quatre de ses coéquipiers – en quarantaine.

L'infection de Süle soulève les questions suivantes: quelles sont les conséquences d'une infection pour les footballeurs professionnels? Bien sûr, il y a des répercussions à court terme liées à la quarantaine, mais y a-t-il aussi des conséquences à long terme?

257 joueurs infectés

Une équipe de l'Université de Düsseldorf a trouvé une réponse. Dans l'étude The Long Shadow of an Infection: Covid-19 and Performance at Work, trois scientifiques ont étudié l'effet d'une infection par le Covid sur les footballeurs professionnels.

Du début de la pandémie jusqu'en juillet 2021, les chercheurs ont recueilli des données de la Bundesliga et de la Serie A italienne. Au cours de cette période, il y a eu un total de 257 joueurs infectés par le Covid dans les deux ligues. Parmi ceux-ci, 233 professionnels ont pu être identifiés grâce à des articles de journaux, des communications de clubs, de joueurs ou d'associations.

Ensuite, les données des 1406 joueurs des deux ligues ont été obtenues auprès du fournisseur de données «Opta Sports» pendant les 15 mois de la pandémie. Cela signifie que les joueurs qui n'avaient pas été infectés pendant toute cette période ont également été contrôlés et ont servi de groupe de contrôle pour exclure la possibilité que certains changements dans les performances soient dûs à autre chose qu'à l'infection.

Comme les données datent de juillet 2021, les scientifiques supposent qu'aucun joueur vacciné ne figurait parmi ceux qui étaient infectés. Bien que les campagnes de vaccination avaient déjà commencé, l'étude laisse ce point de côté: en effet, on ne peut pas supposer que beaucoup de gens aient déjà été entièrement vaccinés à ce moment-là.

Différence radicale

Les scientifiques ont principalement étudié deux choses: d'une part, ils ont voulu déterminer si un joueur est susceptible de rejouer après sa guérison et s'il obtient également le même temps de jeu qu'auparavant. D’autre part, ils ont analysé sa performance au sein d'un match. Le joueur rétabli est-il à nouveau capable de réaliser les mêmes performances qu'avant son infection?

En ce qui concerne le nombre de fois qu'un joueur entre sur le terrain, l'étude apporte des résultats clairs: il y a 5,7% de chances en moins que le joueur joue aussi souvent qu'avant son infection. Si l'on regarde le temps de jeu absolu en minutes, la différence devient encore plus radicale. Au cours des 150 premiers jours, les professionnels infectés manquent près de dix pour cent des minutes de jeu possibles. Ce n'est qu'ensuite qu'ils reviennent à un niveau similaire à celui d'avant l'infection, bien qu'ils ne l'atteignent pas tout à fait, et ce même après 225 jours.

L'étude montre également si les joueurs sont remplacés plus tôt ou plus tard. En particulier, les remplacements effectués plus tôt suggèrent que la performance dans le match lui-même pourrait être encore pire en raison de l'épuisement. Pour mesurer exactement cette performance au cours d'un match, l'équipe scientifique se réfère au nombre de passes.

Selon l'étude, le nombre de passes est un outil qui a fait ses preuves pour évaluer les performances des joueurs. D'autant plus qu'il est lié à des valeurs telles que l'accélération, la condition physique et l'endurance. On constate également des détériorations drastiques des joueurs dans ces autres indicateurs.

Le nombre de passes diminue de 5,1%. Qui plus est, cette baisse n'est pas temporaire, mais reste présente pendant plus de six mois. Les scientifiques eux-mêmes écrivent dans l'étude:

«Nous considérons cela comme la preuve que les infections entraînent une dégradation durable des performances chez les personnes infectées»
Etude The Long Shadow of an Infection: Covid-19 and Performance at Work

Lien avec l'âge du joueur

La tranche d'âge des footballeurs professionnels est très petite par rapport à la population générale. La plupart des joueurs ont entre 18 et 35 ans, peut-être 40 ans. Pourtant, il existe de nettes différences dans les baisses de performance des joueurs guéris.

Les professionnels âgés de plus de 30 ans ont parfois vu leurs performances chuter de plus de dix pour cent. Les moins de 25 ans, en revanche, n'étaient que légèrement affectés par cette baisse de performance après une infection. En outre, les scientifiques constatent que le temps de régénération nécessaire est plus long chez les joueurs guéris. Les professionnels ont donc besoin de plus de temps pour récupérer après un match.

Une autre question importante se pose: comment les conséquences d’une infection par le Covid diffèrent-elles des blessures à court ou à long terme et aussi des autres maladies respiratoires? La réponse: énormément. Alors que pour toutes les autres absences, les joueurs retrouvent leur niveau initial quasiment dès leur retour sur le terrain, avec le Covid les performances restent en baisse pendant une longue période.

L'étude tient également compte du fait que le football est considéré comme un sport d'endurance et examine comment la baisse de performance d'un joueur guéri progresse sur 90 minutes. Il convient de noter que les joueurs guéris qui ont été remplacés sont également inclus dans ces statistiques. Ce qui est frappant dans tous ces cas: au cours des 30 premières minutes, les performances diminuent de 3%, puis de 6%. La performance reste ensuite à ce niveau jusqu'à la 90e minute.

Au final, les scientifiques de l'Université Heinrich Heine de Düsseldorf ont fourni des données complètes suggérant que les footballeurs professionnels devraient éviter d’être infectés par le Covid. Ils affirment même que chez les athlètes non professionnels «normaux», la baisse des performances pourrait probablement être encore plus sévère, raison pour laquelle ils arrivent à la conclusion suivante: «En fin de compte, nos résultats pourraient servir d'argument supplémentaire pour la vaccination des jeunes et des sportifs.»

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Plus d'articles sur le sport

A Manchester, Ronaldo est devenu un élément perturbateur (un boulet?)

Link zum Artikel

«Les descendeurs trouveront toujours le moyen d'aller vite»

Link zum Artikel

Ces footballeurs qui flambent leur argent dans les chevaux de course

Link zum Artikel

La France s'étrangle devant les salaires de Petkovic et Shaqiri

Link zum Artikel

La moitié des volleyeuses refuse le vaccin, le VBC La Suze sombre

Link zum Artikel

La carrière de Djokovic va devenir très compliquée, voire impossible

Link zum Artikel

Qui est Timo Meier, ce Suisse qui plante des buts en NHL?

Link zum Artikel

Une sprinteuse suisse dit souffrir des conséquences du vaccin Pfizer

Link zum Artikel

Les fans de l'équipe de France se réjouissent du malheur de Petkovic

Link zum Artikel

A Wengen, la FIS s'est une nouvelle fois ridiculisée

Link zum Artikel

A-t-il rencontré le boss de la Fifa secrètement? Ce juge fédéral nie

Link zum Artikel

Comment vont les joueurs prêtés par les clubs romands de Super League?

Link zum Artikel

Les organisateurs d'Adelboden ont été naïfs avec leur plan sanitaire

Link zum Artikel

Aston Villa mise sur l'association Coutinho-Gerrard 2.0

Link zum Artikel

Expert en sports d'hiver? Prouvez-le en reconnaissant ces champions!

Link zum Artikel

Grégory Hofmann a mis fin à son rêve en NHL, et il a eu raison

Link zum Artikel

Avec la peur de la contagion, les stars du ski suisse vivent recluses

Link zum Artikel

«Si Djokovic passe les 3 premiers tours, il sera plus fort que jamais»

Link zum Artikel

Vous voulez aller voir la Nati au Qatar? Bon courage!

Link zum Artikel

Constantin a l'âge de la retraite, on a ressorti 10 photos mythiques

Link zum Artikel

Oui, vous pouvez devenir multimillionnaire en lançant un frisbee

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs passent-ils tous leurs vacances à Dubaï?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
La France s'étrangle devant les salaires de Petkovic et Shaqiri
Les héros de la Nati sont devenus indésirables dans leurs clubs, où ils perçoivent un revenu «XXL», «inconsidéré» et «choquant», selon les réactions dans le pays.

Selon les informations de L'Equipe, le salaire de Vladimir Petkovic à Bordeaux serait de 280 000 euros mensuels, auquel il faut ajouter une part variable pour un montant maximum de 20 000 euros. Soit un total de 3,8 millions de francs (bruts) par an.

L’article