DE | FR
En 2020, Novak Djokovic n'avait pas caché qu'il s'opposerait à toute ingérence dans son corps, de quelque nature que ce soit.
En 2020, Novak Djokovic n'avait pas caché qu'il s'opposerait à toute ingérence dans son corps, de quelque nature que ce soit.keystone/shutterstock/watson

Pourquoi Djokovic ne veut pas du vaccin

Secrètement antivax, le No 1 mondial devrait renoncer à l'Open d'Australie plutôt qu'à ses principes: pas de saleté dans son corps. Un choix totalement cohérent avec son mode de vie et ses croyances mystiques.
21.10.2021, 12:3521.10.2021, 12:58

Plus le tournoi approche, plus le gouvernement australien semble durcir sa position. «Je ne pense pas qu'un joueur de tennis non vacciné obtiendra un visa pour entrer dans le pays, a répété mardi le Premier ministre Dan Andrews. Le virus n'a que faire du classement ATP et du nombre de trophées en Grand Chelem.»

Novak Djokovic sent que la situation lui échappe et tente de mobiliser la communauté du tennis - dont à peine 60% serait totalement vaccinée, selon la rumeur. Le No1 mondial exerce une forme de chantage: «Je vous le dis, je ne sais pas si je vais aller en Australie», prévient-il dans la presse serbe.

Officiellement, Djokovic n'a pas de position arrêtée sur le vaccin. Tout simplement parce qu'il refuse de s'en ouvrir publiquement.

«Je ne vous dirai pas si je suis vacciné car c'est une affaire privée. Je pense qu'il est inadéquat de poser cette question à une personne»

Mais en 2020, le Serbe n'avait pas caché qu'il s'opposerait à toute ingérence dans son corps, de quelque nature que ce soit - une réflexion intéressante pour ceux qui le suspectent de dopage. L'un de ses proches collègues nous le confirme aujourd'hui:

«Je le vois mal s'injecter un truc qu'il ne connaît pas alors qu'il inspecte le moindre carré de tofu dans son assiette»

Ce choix peut paraître contestable, désespérément obtus, et enfreindre le devoir d'exemplarité que certains milieux (politiques ou éducatifs) prêtent aux sportifs d'élite. Mais ce qui a valeur d'exemple pour les tenants de la vaccination n'a aucune espèce de légitimité pour Novak Djokovic - et des millions d'autres citoyens dans le monde.

L'esprit

C'est d'abord une question de principe, comme le Serbe l'a confié au début de la pandémie: «Je ne vois pas de quel droit on nous forcerait à nous vacciner pour voyager.»

Sous des dehors impulsifs, un peu caillera, Novak Djokovic est un homme de convictions, qui lit et réfléchit beaucoup. Ses opinions sur le vaccin ne sont pas des raideurs puritaines, encore moins des postures intellos: elles reflètent sa vision de la société où les croyances personnelles (davantage encore que les libertés individuelles, peut-être) sont inviolables. Or lui ne croit qu'aux plantes et au destin (pour résumer brièvement).

Cette image assez fleur bleue peut paraître en contradiction avec le peu d'humanité que Djokovic manifeste sur le court, et que les foules du monde entier, aujourd'hui encore, lui dénient massivement. Mais pour mieux saisir les méandres de sa personnalité complexe, il faut l'observer dans un autre contexte, hors caméra. Par exemple un vendredi soir chez Macy's, à New-York, en train de distribuer des hugs à la moitié de la ville et papoter avec une vieille dame sans barrière ni garde du corps: «Oui, tout va bien, j’ai traversé des mois compliqués mais peut-être que vous aussi?»

Sa position sur le débat sanitaire

«Il y a beaucoup de divisions dans la société, entre ceux qui ne sont pas vaccinés et ceux qui le sont. Et c’est vraiment effrayant. Le fait que nous en venions à discriminer une personne en fonction de ses choix privés, je suis vraiment... En ce moment, je suis très déçu de la société mondiale et de la façon dont les médias relaient et mettent la pression sur tous.»

Le corps

Ce corps n'est pas seulement son outil de travail, son bien le plus cher. «Il est devenu sa religion», explique joliment L'Equipe. Au début de sa carrière, des problèmes de santé l'ont orienté vers des doctrines parallèles: jamais un tennisman n’a façonné son corps de façon aussi méthodique et innovante, tout en puisant sa force dans des courants de pensée séculaires (bouddhisme, thérapies japonaises, etc).

Image: AP

En 2009, Novak Djokovic arrive au sommet. Mais il souffre d’une déviation de la cloison nasale et, après de longs échanges, il n'arrive plus à respirer. Il n'a aucune endurance. Il ne montre aucune résistance à la chaleur. Il est pris de vertiges. Son corps, dans les situations de stress, a des réactions bizarres.

Davantage que renoncer aux pizzas de son enfance, Djokovic entreprend un changement complet. Il pèse et dissèque tout ce qu’il mange. Il se nourrit presque exclusivement de plantes, ou tout ce qui vient du sol: légumes, fruits, graines, riz, thé. Il boit énormément de vitamines et de sels minéraux. Jamais une goutte d’alcool pendant un tournoi. Jamais de télévision en mangeant. Jamais d’eau fraîche pendant les matches, car elle reste plus longtemps dans l’estomac.

Il explique son changement de vie

Histoire de nourrir sa légende, des collègues ont rapporté qu’il comptait ses feuilles de laitue, une exagération dont Djokovic s’amuse. Mais la réalité est là, sous 72 kilos bien pesés: de son petit corps malade, le champion a fait une mécanique de haute précision. Un parfait alliage d’endurance, d'élasticité et d’explosivité. Une force de la nature. Une prouesse athlétique. Un petit chef d'oeuvre qu'il entretient à grand-peine, à chaque instant de son existence; un bien trop précieux pour qu'une substance plus ou moins notoire, sortie d'un laboratoire, ne vienne l'altérer.

L'être

Djokovic a décidé un jour que l’amour serait roi et que ses tenues seraient bleues, comme la fleur. Depuis 2016, il parle au soleil et ne porte que des couleurs qui lui rendent grâce, des couleurs éclatantes.

Catholique pratiquant, Il a développé une activité spirituelle très intense: yoga, méditation, hypnose, pleine conscience. Ou encore le «shirin yoku», littéralement «bain de forêt», une pratique japonaise qui consiste à errer dans les bois et à enlacer des troncs.

Ses problèmes personnels, en 2018, l'ont conforté dans ces voies impénétrables. Il a vécu dix-huit mois d'une déprime plus ou moins avouable, à sonder son âme et recoller les morceaux avec Madame. Dix-mois à embrasser les arbres et épouser les thèses d’une mouvance «peace and love», peut-être même une secte, dirigée par un vendeur de câlins patenté, une sommité de l'accolade, «un gros baratineur bien naze et bien bronzé», selon d'autres voies voix, appelé Pepe Imaz.

Après tant d'efforts, autant d'introspections, une telle connaissance de soi, Djokovic revendique des raisons de refuser le vaccin. Chacun jugera si ces raisons sont bonnes ou inappropriées. Mais personne ne pourra nier qu'elles sont profondes. Qu'elles viennent du corps.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Une étude réalisée avec des fans pourrait chambouler la Premier League
Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League (FPL) 2020, décrypte chaque semaine l'actualité du football britannique et vous donne ses bons plans FPL. Présentation de la treizième journée.

La Premier League et le foot anglais en général ont été passablement chahutés au cours des derniers mois. Création avortée d'une Super Ligue, sommes de transferts démesurées, reprise controversée de Newcastle par l'Arabie Saoudite, les fondations de la ligue de football la plus suivie au monde ont tremblé sur fond de pandémie.

L’article