DE | FR
Portrait

«Je ne m’amusais pas, je voulais tuer»: Lukaku n'a rien d'un enfant gâté

Après Djokovic, l'attaquant belge est l'autre pestiféré de la semaine. Il n'est pas heureux à Chelsea, qui l'a payé 115 millions d'euros. «Un caprice», s'insurgent les Anglais. Pas du tout.
06.01.2022, 18:4607.01.2022, 18:09

On l'a décrit comme un caprice d'enfant gâté, un enfant privé de ballon, incapable de comprendre qu'il ne mérite pas de jouer, qu'il ne travaille pas assez pendant la semaine, et qui met la faute sur son prof rasoir et borné (Thomas Tuchel, entraîneur de Chelsea). En un sens, Romelu Lukaku a commis deux erreurs de communication.

Erreur I: parler en bien de son ex

«J'ai toujours dit que j'avais l'Inter Milan dans mon cœur. J'aime l'Italie. Je pense que c'est le bon moment pour dire que j'espère vraiment revenir à l'Inter»

Erreur II: critiquer son chef

«Je ne suis pas satisfait de la situation, c'est normal. Je pense que l'entraîneur a choisi de jouer avec une formation différente»

Lukaku a présenté ses excuses pour avoir mal choisi son moment, dans un acte de contrition publique à la façon Bill Clinton – mais sans baisser son froc, noteront certains, puisqu'il n'exprime aucun regret sur le fond.

Il a bâti sa carrière sur la hargne. Pourquoi changerait-il?

Ceux qui lui reprochent son esclandre n'y pigent rien aux caractères forts et aux vies compliquées. Ceux qui s'étonnent de sa réaction brutale n'ont pas lu I’ve Got Some Things to Say, le récit d'un ex-marmiteux dépenaillé dans The Player’s Tribune:

«Je me souviens très bien du moment où j’ai su que nous étions pauvres. Je revois le regard de ma mère devant le réfrigérateur. J’avais six ans et je quittais l’école à midi pour rentrer manger chez moi. Ma maman préparait la même chose tous les midis: du pain et du lait. Quand t’es un gamin, tu n’y penses pas mais j’imagine que c’est tout ce qu’on pouvait se payer. Et puis un jour que je rentrais, je suis allé dans la cuisine et j’ai vu ma mère avec la brique de lait, comme d’habitude. Sauf que cette fois, elle le mélangeait à autre chose. Elle secouait le tout, tu vois? Je ne comprenais pas ce qui passait. Puis elle m’a apporté mon lunch et elle souriait comme si tout allait bien mais j’ai immédiatement réalisé. Elle ajoutait de l’eau dans le lait. Nous n’avions plus assez d’argent pour avoir du lait pour toute la semaine. Nous étions fauchés. Pas seulement pauvres, totalement fauchés»

Son père était un footballeur, mais c'était fini pour lui, il n'avait pas un sou. Plongée dans les abîmes. Ils ont commencé par ne plus avoir de télévision. Puis plus de lumière, deux-trois semaines sans électricité. Puis plus d'eau chaude – une tasse chauffée au gaz pour la douche du soir. Un matelas par terre. Des rats dans la piaule, histoire de rappeler que Cosette n'était pas à plaindre.

Donc l'enfant gâté ne l'est pas. Peut-on même qualifier d'enfant un garçon qui, dans la nuit la plus complète, fait la promesse solennelle et silencieuse à sa mère prostrée qu'un jour elle ne pleurera plus devant ses briques de lait? Il avait six ans. Il voulait, il savait que «ça» arriverait.

«Dans le football, les gens aiment faire référence à la force mentale. Eh bien, je suis le gars le plus fort que tu puisses rencontrer!»
Romelu Lukaku dans The Player's Tribune

Il raconte comment il a joué chaque match, dans chaque rue, dans chaque parc, dans chaque arrière-cour, «comme si c'était une finale». «A chaque fois que je tirais, j’essayais de déchirer la balle. De toutes mes forces. Pas de tir en finesse. Je ne m’amusais pas. Je voulais tuer.»

Moqueries. Il était colossal. Les soupçons sur son âge. Ses grands pieds dans le ballon crevé. Tous ces gens qui voulaient voir ses dents. Ce jour où, de rage, il balance sa carte d'identité dans la meute des parents médisants. Et «le sang qui bouillit» dans ses veines, cette phrase qui remonte sans cesse: «Oh, maintenant, je vais encore plus me faire ton fils. Tu vas le ramener en larmes à la maison».

Il est devenu le joueur
le plus cher du monde

A 12 ans, il a déjà marqué 76 buts en 34 matchs. «Tous avec les chaussures de mon père. Une fois qu’on a eu la même pointure, on a pris l’habitude de se les partager.» A l'instinct du tueur, il a substitué celui du buteur. Les vrais chasseurs de buts diront que c'est pareil.

Il a tenu sa promesse. A seize ans, les recruteurs du Lierse SK le choisissent pour sa hargne et maman n'a plus à s'en faire pour le réfrigérateur. Aujourd'hui, Romelu Lukaku est un homme riche. Le montant total des transactions qui l'ont conduit successivement à Anderlecht, Chelsea, Everton, Manchester United, l'Inter Milan, puis retour à Chelsea, s'élève à 327 millions d'euros. Record historique.

A lui seul, Chelsea en a déboursé 115 pour le rapatrier cet été, sept ans après que José Mourinho, l'entraîneur de l'époque, l'ait laissé filer en lui souhaitant «bonne chance», parce qu'il le trouvait trop égoïste et pas assez aux ordres (il a eu la même perspicacité avec Mohamed Salah et Kevin de Bruyne, également partis de Chelsea).

Mais depuis quelque temps, Lukaku ne jouait plus beaucoup. Quand il est revenu de blessure, la place était occupée. Comment un homme comme lui, avec sa hargne, son passé, aurait-il pu l'accepter tranquillement, en sirotant un thé sur le banc de touche?

Avec son coach Thomas Tuchel.
Avec son coach Thomas Tuchel.

Les experts de la communication institutionnelle auront raison d'arguer qu'il aurait mieux fait de se taire, mais que dire des critiques, aussi, quand elles le sermonnent comme une petite terreur de bac à sable? Parce que si Lukaku ne jugeait pas important de s'exprimer, il vivrait toujours dans un gourbi. Et s'il n'était pas un peu direct, il n'aurait pas marqué 320 buts en carrière, à seulement 28 ans.

Le Mohammed Ali du football

L'Equipe a eu la belle idée de le comparer à Mohammed Ali, «avec un tour de poitrine calculé à 116 cm et un tour de taille de 84 cm, ce haut du corps massif (...) qui lui confère un avantage énorme dans les duels».

Avec la Belgique, en prière.
Avec la Belgique, en prière.

Mais il y a aussi du Mohammed Ali dans le maintien, ce petit air de défi, menton haut, regard noir et plissé, avec une pointe de douceur au fond des prunelles. Ali avait une façon bien à lui de se croire invincible, comme Lukaku: «Je me suis déjà battu contre un alligator, j'ai déjà lutté avec une baleine. La semaine dernière, j'ai tué un rocher, blessé une pierre, et envoyé une brique à l'hôpital. Je suis tellement méchant, je rends la médecine malade».

Ali disait aussi que «qui n'a pas d'imagination n'a pas d'aile». Un gosse en caleçon troué qui promet à sa mère en pleurs que dans dix ans, elle n'aura plus à s'inquiéter de rien, serait facilement capable de combattre un alligator. Alors, imaginez-le face à un gringalet comme Thomas Tuchel.

La réaction de Federer et Nadal sur l'affaire Djokovic

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
La Nati contre l'Angleterre et le Kosovo ++ Lacoste parlera avec Djoko
Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
L’article