DE | FR
Tanguy Nef, si proche des sommets.
Tanguy Nef, si proche des sommets. Image: sda

Les slalomeurs suisses ont un problème: ils ne sont pas du tout réguliers

Le désastre dominical du slalom de Garmisch vient rappeler que, cette saison, la régularité fait cruellement défaut à la bande à Matteo Joris. On a essayé de comprendre pourquoi.
01.03.2022, 06:1001.03.2022, 11:27
Suivez-moi

Dimanche, Henrik Kristoffersen exulte dans la raquette d'arrivée. Le Norvégien retrouve de sa hargne et de son mordant à mesure que la saison avance. La joie du protégé de Jörg Rothen, nouveau détenteur du dossard rouge, contraste avec le cauchemar helvétique.

The patron

Alors qu'au terme de la 1re manche Meillard était en tête, Zenhaüsern second, Nef et Yule dans le bon wagon pour monter sur la boîte, c'est finalement le débutant Fadri Janutin qui sauve les meubles avec un excellent 17e rang, pour sa première course Coupe du monde.

Une solide saison, mais sur une manche

Le lendemain, la gueule de bois est tenace. Ce week-end aurait pu être un feu d'artifice, mais tout est allé de travers dans la station bavaroise. La parfaite illustration de notre équipe nationale de slalom actuelle: elle est dense, dotée d'éléments capables de taper tout en haut de la hiérarchie. Matteo Joris entraîne sept skieurs de classe internationale. Mais disons que la saison 2021/2022 oppose une certaine résistance aux as du virage court. La régularité n'est pas au rendez-vous.

Les deux cas symptomatiques de cette saison sont Loic Meillard et Tanguy Nef. Les contemporains font partie, à n'en pas douter, des slalomeurs les plus rapides du moment. Et le week-end à Garmisch a croisé ces deux destins: le talent d'Hérémence, excellent ce week-end avant de sortir sur le second parcours, qui aurait pu parachever son œuvre allemande sans cet «intérieur», a suivi l'exemple donné la veille par Tanguy Nef; en tête après la manche matinale, avant d'enfourcher en début d'après-midi.

Ces deux sorties de piste font mal, tant les deux bijoux de Swiss Ski auraient sans doute claqué deux victoires. Mais le conditionnel n'est pas présent.

D'ailleurs, Tanguy Nef ne se laisse pas abattre:

«C'était la première fois que j'étais le dernier en haut de la Coupe du monde. Bien sûr que j'étais nerveux, mais je suis content. J'ai bien skié et je pense que j'étais assez rapide. J'ai pris beaucoup de risques, mais je n'ai pas eu assez de respect sur la double. Ce sont des choses qui arrivent. Je dois apprendre à faire deux manches parfaites. J'emmagasine beaucoup de confiance en moi malgré cet échec.»
Au micro de la SRF

Les slaloms s'empilent et la «malédiction» d'une seule manche aboutie ne cesse de coller aux spatules helvétiques. Les exemples de coureurs qui ont enfourché ou commis une faute sur le ski intérieur, la faute classique comme diraient les puristes, sont légion cette année.

C'est le slalom qui veut ça

L'exercice actuel prend des airs de refrain lassant: il est inutile de revenir point par point sur les dégringolades après une bonne première manche de nos Suisses - Luca Aerni et Ramon Zenhäusern peinent à confirmer après le tracé initial. Inutile non plus de relever les bonnes secondes manches pour tirer les marrons du feu. L'équipe suisse de slalom n'est pas assez régulière, elle cravache certes, mais nous gribouille une peinture (souvent) inachevée.

Toujours est-il que la concurrence est féroce en slalom, avec un plateau d'une trentaine de skieurs capables de jouer des coudes pour se faire une place sur le podium. La victoire se joue à coups de poussières de centièmes, et il n'est pas rare que la qualif' soit aussi très serrée. La perf' de Joachim Salarich est là pour le rappeler: avec des dossards impossibles ce week-end, l'Espagnol s'est fait l'auteur de deux top 10. Le slalom est devenu une discipline au niveau stratosphérique, où l'erreur se paie cash.

Quand on engage, quand on raccourcit son virage pour gagner quelques centimètres, l'irréparable n'est jamais loin. Ça se voit dans les résultats cette année: sur huit slaloms, sept vainqueurs différents. Une densité qui permet de comprendre pourquoi nos valeureux slalomeurs bataillent et ne déméritent pas, loin s'en faut.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Thèmes

Un peu d'amour dans ce monde de brutes

1 / 27
Un peu d'amour dans ce monde de brutes?
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pourquoi faudrait-il dire «Kyiv» au lieu de «Kiev»?

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les ex-cracks de Super League cirent le banc à l'étranger
Le championnat suisse a perdu ses plus belles pépites cet hiver. La plupart d'entre elles n'ont pas réussi à s'imposer dans des ligues plus huppées. Un constat inquiétant pour le football helvétique.

Située au bas de l'échelle européenne, la Super League est considérée comme un tremplin et un championnat formateur. C'est aussi sa vocation. Alors souvent, ses meilleurs joueurs partent vers des ligues plus prestigieuses. Lors du mercato hivernal, synonyme de reprise économique post-Covid, le phénomène a été particulièrement marqué, avec les départs de sept cracks.

L’article