ciel couvert
DE | FR
Suisse
élections fédérales

Ces élus de gauche qui lèchent les bottes de Nantermod

Suisse: ces élus de gauche qui lèchent les bottes de Nantermod
Les conseillers nationaux Fabien Fivaz (Les Verts/NE) et Pierre-Yves Maillard (PS/Vaud) lancent de douces vannes à Philippe Nantermod, dans une vidéo produite par... lui-même.images: keystone, twitter

Pourquoi ces élus de gauche lèchent-ils les bottes d'une star du PLR?

Dans une vidéo publiée cette semaine, on apprend que Philippe Nantermod serait «impétueux», «arrogant», «pénible». Logique: c'est la gauche qui tient le micro. Sauf que le socialiste Pierre-Yves Maillard ou l'écolo Fabien Fivaz s'affichent de leur plein gré dans cette capsule de campagne produite par... l'ennemi Nantermod, en personne. Malin, maso ou simplement très suisse?
06.09.2023, 18:4307.09.2023, 08:13
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Alors comme ça, Fabien Fivaz, vous trouvez que Philippe Nantermod «est malheureusement assez bon en débat»? «Oui, il est plutôt bon! Mais Philippe a coupé ma phrase au montage, parce que je précisais qu'il est constamment sur Infrarouge.» Soyons honnêtes, l'écologiste neuchâtelois lui a aussi balancé quelques vacheries, qualifiant la star du PLR d'«arrogant» et de «pénible». Rien de fou: ces «défauts» font quasiment partie de l'ADN public de l'élu valaisan.

Le député vert s'étonne un peu qu'on l'attrape au bout du fil pour si peu. Mais il apparaît tout de même dans une vidéo officielle, en l'honneur d'un ennemi politique, qui plus est en pleine campagne pour les élections fédérales.

La vidéo en question:

Vidéo: watson

On rembobine?

Lundi, jour de rentrée, Philippe Nantermod publie une capsule dans laquelle il tend le micro à une demi-douzaine de ses collègues du Conseil national. Objectif de la manœuvre: dire du mal de lui. On y trouve notamment le PLR Christian Lüscher, l'UDC Céline Amaudruz ou le Centre Vincent Maître, mais aussi (et c'est plus surprenant) des élus de gauche. Nantermod est ainsi «exagérément droitier» pour Pierre-Yves Maillard, «agressif» selon le socialiste neuchâtelois Baptiste Hurni.

Qu'est-ce qui leur a pris de prêter leur image et leurs mots à la campagne d'un adversaire qui vise le Conseil des Etats?

Après quelques coups de fil, on comprend qu'on n'a pas affaire à une production hollywoodienne pensée depuis plusieurs semaines et que les «victimes» ont été attrapées par la manche dans les dédales du Palais fédéral. La surprise empêche évidemment toute décision réfléchie. Le socialiste Pierre-Yves Maillard, qui n'avait pas encore jeté un œil au résultat final, nous assure qu'il «pense» tout ce qui a été diffusé, notamment que le principal intéressé serait «exagérément droitier», mais «capable de progresser».

Une gifle et une caresse, c'est plutôt bon joueur. «Philippe Nantermod m'a demandé de le décrire en trois adjectifs, ce que j'ai fait avec honnêteté», nous dit l'élu vaudois, qui va soutenir la Valaisanne Aferdita Bogiqi pour le Conseil des Etats.

Mais comme pour Fabien Fivaz, tout n'a évidemment pas été conservé dans le produit fini. «Je disais aussi qu'il ne fallait pas voter pour lui, mais il a coupé cette phrase au montage.»

Ben alors, M'sieur Nantermod, ne fallait-il pas assumer les vannes jusqu'au bout?

«Oh, il y a déjà pas mal de vacheries, je trouve! Et ils ne sont pas nés de la dernière pluie! Mes collègues savent que dès qu'il y a une caméra, tout ne sera pas diffusé»
Philippe Nantermod, conseiller national (PLR/VS) et candidat au conseil des Etats.

En vérité, le député-producteur-vidéaste n'a pas bricolé tout seul dans son coin. Une boîte de comm' romande, «qui est vraiment très bien», nous dit-il depuis le kit mains libres de sa voiture, travaille soigneusement à sa publicité sur les réseaux sociaux.

«Mais je tiens à revendiquer la paternité de cette idée! Je n'avais vraiment pas envie d’avoir des gens qui me disent que je suis l'invention la plus importante depuis l'imprimerie. C'est très hypocrite et ça n'intéresse personne.»
Philippe Nantermod

Tous les comédiens de ce (très) court métrage évoquent en revanche l'humour et la spontanéité qui se dégage de cette initiative. Ce n'est pas un scoop, entre deux passes d'armes dans l'hémicycle ou les médias, les parlementaires sont des colocataires qui collaborent et s'entendent plus ou moins bien.«En politique fédérale, on vit ensemble pendant quatre ans. Au-delà des couleurs politiques, il faut pouvoir collaborer. Et il y a évidemment des amitiés qui peuvent naître.»

Jusqu'à promouvoir la campagne de l'adversaire?

«Après la publication de la vidéo, un ami m'a demandé pourquoi j'avais joué le jeu, il trouvait malsain. Je pense qu'il se trompe. La politique, ce n’est pas qu’un combat»
Fabien Fivaz, conseiller national Les Verts/NE

Sur Twitter, la vidéo n'a pas échappé aux critiques, certains internautes pointant «la politique des petits copains». Car Philippe Nantermod a bien joué son coup. Dans une ambiance qui se rapproche furieusement d'un «qui aime bien châtie bien», ce ton décontracté rend le féroce politicien valaisan humble et plutôt sympathique. «Je dois aussi vous avouer que l'idée n'a pas du tout passé chez nos amis alémaniques: ils ont tous refusé de m'envoyer des vacheries!»

Hormis Burger King et McDo qui ne résistent jamais à l'idée de se chamailler en public pour paraître cool, cette franche camaraderie politique (et publique) est une denrée rare hors de nos frontières. On peine par exemple à imaginer Sandrine Rousseau envoyer des coups inoffensifs dans la vidéo de campagne d'un Eric Ciotti, sans qu'une armée de communicants coupe court à cette douce spontanéité.

«C'est vrai qu'à l’étranger, les parlementaires ne comprennent pas notre manière de fonctionner. A l'Assemblée nationale, ils continuent de s'engueuler à la cafétéria!» Histoire d'enfoncer le clou dans le terroir, Fabien Fivaz nous quitte avec l'anecdote de la braderie de La T'Chaux où, entre les stands aux couleurs des partis, tous les élus tapent la discute comme de bons boyscouts.

Le PLR Philippe Nantermod se fait "démolir" par ses collègues
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les infrastructures stratégiques suisses ne seront pas plus protégées
Pour le moment, les investissements étrangers dans les infrastructures énergétiques stratégiques ne seront pas davantage limités. Le Conseil des Etats a rejeté mercredi ce projet.

Les investissements étrangers dans les infrastructures énergétiques stratégiques ne seront pas davantage limités pour l'instant. Le Conseil des Etats a refusé mercredi d'entrer en matière sur un projet qui veut les soumettre à la «Lex Koller».

L’article