Suisse
Argent

Un dinosaure à vendre en Suisse: «Des millions pour un T-Rex»

Le dinosaure Artemis est à vendre à Zurich
Le squelette de dinosaure Artémis est à vendre à Zurich.Image: Koller Auktionen

Un dinosaure à vendre en Suisse: «Il faut quelques millions pour un T-Rex»

Le squelette d'un dinosaure sera vendu aux enchères à Zurich ce lundi. Depuis des années, ces fossiles attirent la convoitise des ultra-riches, accusés de voler de précieux spécimen à musées et scientifiques. Un «cliché», selon un responsable de la maison de vente zurichoise.
17.06.2024, 06:01
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Si vous aimez les dinosaures et vous disposez d'un demi-million de francs, c'est une occasion à ne pas louper. Ce lundi 17 juin, un squelette complet sera vendu aux enchères à Zurich par la maison de vente Koller. Le spécimen, appelé Artémis, est un dryosaurus altus, un herbivore ayant vécu au Jurassique supérieur, il y a 150 millions d'années.

Le squelette fait 2,6 mètres de long et a pu être reconstitué avec «une extrême précision», indique Koller. Il est complet à 70% et son prix estimé oscille entre 380 000 et 600 000 francs. Ce n'est pas la première fois qu'un dinosaure est mis aux enchères en Suisse. L'année passée, un T-Rex avait été vendu 4,8 millions de francs, toujours par Koller.

Si ces opérations attirent toujours l'attention, c'est surtout à cause du profil de certains acheteurs. Posséder des squelettes de dinosaure serait, depuis quelques années, la nouvelle lubie des ultra-riches. Au même titre que les yachts et les Rolex, ironise le Business Insider.

Le phénomène a sans doute été popularisé par l'intérêt que certaines stars hollywoodiennes portent à ces fossiles. Leonardo DiCaprio, Russell Crowe ou encore Nicolas Cage possèdent ou ont possédé d'importantes collections. Au point où le magazine The Cut se demandait pourquoi les acteurs étaient autant obsédés par les squelettes de dinosaure. En 2019, le W Magazine qualifiait ces objets de «tendance la plus en vogue sur le marché de l'art».

Pas que pour les riches

En vérité, cet engouement est plus ancien, estime Christian Link, responsable du département «Out of This World» chez Koller. Selon lui, l'intérêt pour les squelettes de dinosaure a commencé à se développer à partir du début du millénaire, notamment après la vente aux enchères de Sue, un T-Rex adjugé à 8,4 millions de dollars en 1997.

Le T-Rex connue sous le nom de Sue a été vendu aux enchères en 1997
Le T-Rex Sue, exposé à Chicago.Image: AP

Et, contrairement à ce que l'on peut imaginer, il ne s'agit pas d'une tendance réservée uniquement aux riches, assure-t-il.

«Bien sûr, il faut quelques millions pour acheter un T-Rex complet, mais je pense que l'intérêt est aussi grand chez les gens ordinaires et les petits collectionneurs»

«Il y en a vraiment pour tout le monde», insiste Christian Link. «En plus des squelettes complets, il y a également des ammonites, de petits fossiles, des feuilles», liste-t-il. Les montants, qui oscillent entre «quelques centaines de francs et plusieurs millions», sont très variés. A l'image des acheteurs.

«Il s'agit d'une clientèle très diversifiée. Des jeunes souhaitant agrandir leur petite collection aux milliardaires qui veulent se pavaner avec quelque chose de très gros»
Christian Link, Koller Auktionen

Au-delà du profil, on pourrait se demander si ces fossiles ne devraient pas plutôt appartenir à des musées. D'autant plus que les acheteurs les plus fortunés sont accusés d'avoir fait grimper les prix, au détriment des institutions scientifiques.

«Les dinosaures deviennent un objet de luxe accessible uniquement aux plus riches», déplorait un paléontologue interviewé par El Pais. Le Business Insider évoque une «tendance très inquiétante», qui voit des acheteurs privés s'accaparer de précieux fossiles à des «prix exorbitants», «excluant ainsi du marché les chercheurs et les musées».

«Un cliché»

Des interrogations fermement balayées par Christian Link: «Pour être honnête, l'image du millionnaire cupide qui vit dans son bunker et veut tout garder pour lui est un cliché», déclare-t-il.

«Tous les collectionneurs que je connais sont généralement très fiers de collaborer avec un musée, si par hasard ils achètent quelque chose d'intéressant sur le plan scientifique, comme un dinosaure qui n'était pas connu auparavant.»
Christian Link, Koller Auktionen
Artemis dans toute sa longueur.
Artémis dans toute sa longueur.Image: Koller Auktionen

Pour mieux expliquer son point de vue, Christian Link cite le docteur Dennis Hansen, du département d'histoire naturelle de l'université de Zurich: «Tous ces morceaux sont restés dans le sol pendant soixante, soixante-dix, cent millions d'années. Quand on les sort de la terre, ils peuvent parfois être achetés par un collectionneur privé, mais en général, ses descendants ne s'intéressent plus aux dinosaures et les donnent à un musée», indique-t-il. Et d'ajouter:

«Après des dizaines de millions d'années, une génération humaine de plus ou de moins, ça n'a pas vraiment d'importance»
Christian Link, Koller Auktionen

«Il y a encore beaucoup de fossiles enfouis dans le sol», poursuit-il. «Si personne ne les ramasse ou ne les prépare, une fois qu'ils remontent à la surface, ils se corrodent et vont disparaître de toute façon.»

Une squelette d'un tricératops vendu aux enchères à Paris en 2021.
Ce tricératops a été vendu sept millions de dollars en 2021, à Paris.Image: imago

Des milliers d'heures de travail

Christian Link reconnaît tout de même que «les prix ont beaucoup augmenté». «Auparavant», illustre-t-il, «les particuliers n'avaient pratiquement aucun intérêt à posséder des dinosaures».

Pourtant, à ses yeux, ces objets ne sont pas si chers que ça: «Préparer un squelette d'un gros dinosaure peut prendre jusqu'à dix ans de travail. Si l'on considère les milliers d'heures de travail que cela représente, je pense que ce prix est justifié», conclut-il.

Un tyrannosaure vendu aux enchères à Zurich
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une attaque à la machette fait au moins quatre blessés à St-Gall
Quatre personnes au moins, dont une femme enceinte, ont été blessées à coups de machette jeudi soir dans un immeuble locatif à St-Gall. L'agresseur présumé, un Suisse âgé de 34 ans, a été arrêté. Les blessés ont été opérés et ne sont plus en danger.

La police a été alertée jeudi peu après 21h30. Un locataire de l'immeuble a d'abord attaqué une femme enceinte âgée de 29 ans dans la cage d'escalier. Elle venait rendre visite à son père qui a aussi été blessé en se précipitant pour aider sa fille, a indiqué vendredi la police cantonale st-galloise.

L’article