Suisse
Armée

54% des Suisses ne veulent pas augmenter le budget de défense

La majorité des Suisses ne veut pas augmenter le budget de défense

epa11402485 Swiss Army soldiers set up the helicopter base during a media tour of the security precautions of the Nidwalden cantonal police and the Swiss Army at the Obbuergen area in the municipality ...
Des soldats de l'armée suisse.Keystone
Un sondage mené dans 15 pays et publié mercredi par le Conseil européen des affaires étrangères révèle qu'une majorité de la population suisse n'est pas favorable à une augmentation de l'enveloppe pour la défense.
03.07.2024, 22:5004.07.2024, 08:42
Plus de «Suisse»

Les Suisses sont 54% à s'opposer à davantage de financement pour la défense, malgré la guerre en Ukraine, selon un sondage international. En revanche, 12% seraient prêts à envoyer des soldats combattre aux côtés de ceux de ce pays.

Le Conseil fédéral souhaite un plafond de dépenses de l'armée pour 2025-2028 à 25,8 milliards de francs. L'objectif est d'arriver à 1% du PIB de la Suisse d'ici 2035.

Mais cette question est âprement discutée au Parlement. Il y a un mois, le Conseil des Etats avait soutenu une augmentation de quatre milliards supplémentaires, à 29,8 milliards, contre l'avis du gouvernement et de la gauche. Il souhaite que le délai pour atteindre les 1% du PIB soit ramené à 2030.

Une assistance technique

Moins d'un quart soutient une rallonge financière, selon ce sondage représentatif mené en mai par Datapraxis et YouGov auprès de 1079 personnes en Suisse:

  • Au total, 12% sont favorables à l'envoi de troupes combattantes en Ukraine;
  • Ils sont 35% à se dire pour une assistance technique à l'armée ukrainienne;
  • 29% pour aider des patrouilles à la frontière entre Ukraine et Bélarus.

Fin de la guerre d'ici cinq ans

Parmi les questions, 62% des Suisses estiment que la guerre se terminera d'ici cinq ans et 11% s'attendent même à la fin des violences d'ici un an. Pour 40%, il faudra un compromis entre Moscou et Kiev tandis que 9% pensent que l'Ukraine gagnera le conflit et deux fois plus que la Russie le remportera.

Deux tiers affirment que la force de l'armée russe constitue un obstacle important ou modéré à la paix:

  • Un tiers des Suisses estiment «assez probable» que la Russie s'en prenne à un autre pays européen;
  • 13% considèrent eux ce scénario comme «très probable»;
  • En revanche, 27% disent que celui-ci est «peu probable» et 12% «très peu probable».

Un tiers des personnes interrogées en Suisse considèrent que l'OTAN pourrait entrer en guerre avec Moscou. Contre 47% qui ne pensent pas cette situation probable.

Ukrainiens pour davantage d'armes

Parmi les 15 Etats du sondage, des Ukrainiens ont également été approchés. Pour que leur pays se défende, près de 70% souhaitent que leurs alliés envoient davantage d'armes et de munitions. Près de 40% veulent une entrée de leur pays dans l'OTAN. Seuls un tiers appelle à l'envoi de troupes étrangères et encore moins estiment qu'il faudra d'abord un changement politique en Russie avant d'atteindre la paix.

Selon eux, les Lituaniens, les Britanniques et les Américains sont les plus fiables parmi les alliés de l'Ukraine. La moitié estime que Washington cherchera à trouver un accord avec Moscou sans associer Kiev, contre presque le même taux de personnes qui ne pensent pas que leur pays sera lâché.

Seuls 20% des Ukrainiens environ sont prêts à des concessions territoriales si leur pays rejoint l'OTAN. Ils sont 45% à préférer ce scénario à celui d'une démilitarisation du pays en échange de la récupération des régions annexées par Moscou, approche souhaitée par un quart seulement. (jch/ats)

Ce voyage en Boeing a été une véritable angoisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Nombre de nuitées hôtelières attendu en hausse en juin
D'après les estimations, les nuitées devraient être en hausse lors de la période du mois de juin.

Le nombre de nuitées hôtelières devrait avoir progressé en juin, encore une fois soutenu par la demande des touristes étrangers, selon une première estimation de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

L’article